Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

En Lettonie et en France, média participatif d’informations entre lettons et francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un des pays baltes enchanteur au nord-est de l’Europe.

DIEVS, SVETI LATVIJU, National anthem of Latvia

"Dievs Sveti Latviju" national anthem of Latvia, interpreted Sunday, July 7, 2013 to 7:20 p.m. hour Riga by the Géant Choir 13,000 singers of the Closing Concert XXVth Festival of Songs and XV Dances of Latvia, directed here by the illustrious Choirmaster Zuika Roberts, honored this year for 100 years.


DIEVS, SVETI LATVIJU!

DIEVS, SVETI LATVIJU

Dievs, svētī Latviju,
Mūs’ dārgo tēviju,
Svētī jel Latviju,
Ak, svētī jel to! (repeat)

Kur latvju meitas zied,
Kur latvju dēli dzied,
Laid mums tur laimē diet,
Mūs’ Latvijā! (repeat)

The music and lyrics were written by the composer Latvian Karlis Baumanis .
At the time of the Russian dominance it was forbidden to use the word "Latvia" in the words of the song, they were replaced by "Baltic".

This hymn was sung for the first time in public at the first Song Festival in Riga in June 1873.
As the national anthem, the "Dievs, Sveti Latviju!" Was sung for the first time November 18, 1918, when the Declaration of Independence of the Republic of Latvia.
On June 7, 1920 this song officially had the status of national anthem.

After June 1940, the use of national symbols of Latvia - the flag, the coat of arms and national anthem - was banned.
On 15 February 1990 they were restored as official state symbols.

It is a peaceful national anthem, it evokes neither fight nor war but girls in flower and young people singing, with this power that allows through the years and the difficulties in bringing together the minds and hearts .

Lyrics

lyrics

God bless Latvia,
Our beloved fatherland.
Bless Latvia,
Oh bless it, we beseech thee! (repeat)

Where Latvian daughters bloom,
Where Latvian sons sing,
Let us dance happily there,
In our Latvia! (repeat)

vidéos

An other time in 2008

News with help of the Latvian Institute

CROSSWIND - LA CROISEE DES VENTS
film estonien de Martti Helde
14 juin 1941, l’amour dans l’histoire, bouleversant d’émotions, époustouflant chef d’oeuvre balte ...

Comment la dictature stalinienne a écrasé les habitants d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie

Dans la nuit du 14 juin 1941, plus de 40.000 innocents sont déportés de leurs foyers, sur ordre de Staline. Parmi eux Erna, jeune mère de famille, est envoyée en Sibérie avec sa petite fille, loin de son mari. Durant 15 ans, elle lui écrira pour lui raconter la peur, la faim, la solitude, sans jamais perdre l’espoir de le retrouver. Dans "Crosswind", d’une façon inédite, Martti Helde met en scène ses lettres avec Laura Peterson, Mirt Preegel, Ingrid Isotamm . “Ce film est entré dans l’histoire du cinéma. (Télérama)”

Article mis en ligne le 14 juin 2015
par BD par

"J’ai adoré ce très beau film, bouleversant d’émotions, je suis ému par sa perfection stylistique et par son histoire " - " Trois ans pour réaliser cette belle histoire de coeur “In the crosswind - La croisée des vents” : un film requiem en noir et blanc sur les populations baltes, qui coïncide avec l’annexion de la Crimée par la Russie." - "Un chef d’œuvre sur un crime de masse du communisme ... qui ne peut laisser indifférent."


CROSSWIND - LA CROISEE DES VENTS

Crosswind {JPEG} Un film réalisé par Martti Helde avec Laura Peterson, Mirt Preegel, Ingrid Isotamm
Date de sortie : 11 mars 2015 Nationalité : Estonien
http://www.inthecrosswind.com/

Quinze années de correspondance épistolaire entre une déportée et son mari durant la guerre.

Le 14 juin 1941, les familles estoniennes sont chassées de leurs foyers, sur ordre de Staline. Erna, une jeune mère de famille, est envoyée en Sibérie avec sa petite fille, loin de son mari. Durant 15 ans, elle lui écrira pour lui raconter la peur, la faim, la solitude, sans jamais perdre l’espoir de le retrouver. "Crosswind" met en scène ses lettres d’une façon inédite.

Crosswind - La croisée des vents
Crosswind - La croisée des vents
Crosswind - La croisée des vents
Crosswind - La croisée des vents
Crosswind
Crosswind - La croisée des vents

“Mon film est une histoire d’amour figée - Martti Helde ”

Dans Télérama Martti Helde a raconté cet instant qui a ­changé sa vie : « Nous étions avec des amis. Un concours était orga­nisé par notre école de cinéma. Soudain, entre deux gorgées de bière, l’idée a jailli. La déportation des Estoniens par Staline est un événement méconnu hors de nos frontières alors qu’il est central ici. Je voulais raconter cette histoire. La destruction des familles. J’avais lu des lettres de survivants. Une femme racontait que le temps s’était figé dès qu’elle était arrivée en Sibérie. C’est ce que j’ai voulu faire dès le début : figer l’action, figer le temps, figer les acteurs. Mon film, c’est une histoire d’amour figée. »

"Il jette son mégot dans la neige sale. Aujourd’hui, il se sent libéré de ce travail de titan qui a duré quatre ans. La quête de financement fut un combat quotidien. L’art de diriger des statues de chair s’est avéré complexe : « Je dirigeais des sentiments, pas des acteurs. » Une seule scène de huit minutes pouvait nécessiter six mois de travail, la location de 120 mètres de rails suédois pour la caméra mobile, d’une grue finlandaise haute de trois étages, la mobilisation de centaines de figurants. Un jour, la caméra est tombée en panne avant le tournage d’une scène importante. Trois cents figurants ont attendu dans le froid durant seize heures la venue de la seconde caméra. « On a fini par tourner à 2 heures du matin. Une seule prise. Quand on a terminé, je me suis effondré en larmes. » Un détail résume la lenteur du processus de création : pendant la durée du tournage, l’actrice principale a eu le temps d’accoucher de deux enfants." Lire la suite dans Télérama

Martti Helde « Tu ne peux pas avancer si tu ne regardes pas le passé. Mais tu n’avances pas non plus si tu ne regardes que le passé. »

Dans un entretien pour filmdeculte.com, Martti Helde raconte à Nicolas Bardot :

"Vous êtes jeune, c’est votre premier film et vous n’aviez pas de scénario. Était-ce difficile de produire un tel long métrage ?"

"Oh oui ! Personne ne voulait donner de l’argent. J’avais 23 ans au début du tournage. Quand le producteur a cherché de l’argent pour que ce réalisateur de 23 ans fasse son film avec 700 acteurs, personne n’a bougé. Ça a plutôt ricané, genre « On va te donner 5€ ! ». Même pendant le tournage, on nous disait que tout cela était bien beau mais que ça ne ferait pas un film. Pour le producteur, ce fut un cauchemar. Comme on n’avait pas de script, on n’a pas pu demander d’argent. J’ai essayé d’en écrire un mais c’était impossible. Il fallait décrire tout ce que l’on voit, ça n’avait pas de sens avec l’histoire telle qu’on voulait la raconter. Les premières secondes faisaient déjà plusieurs pages. Un cauchemar ! .... "

Et vous lecteur, avez-vous aimé ce film ?
Qu’en dites-vous ? N’hésitez-pas à ajouter votre commentaire ci-dessous.

Quelques commentaires et critiques trouvées sur le film :

"Ce très beau film bouleversant " crosswind" .... j’ai adoré !"

  • Bonjour, jeudi dernier je suis allé voir ce très beau film " crosswind" .... j’ai adoré ...le thèmes du film est simple il s’agit de le déportation par les russes a travers le regard d’un couple eux même déportés et séparés, ... alors je préviens le film est bouleversant pour ceux qui sont pas habitué au noir et blanc bon mais en plus de cela le film est figé dans le temps pratiquement tout le long du film , des tableaux successif se déroulent devant nos yeux et les personnages sur l’holocauste sont figés dans le temps dans le longs travelling nénmoins je vous le conseille car le film m’a beaucoup ému par sa perfection stylistique et par son histoire. le film dure 1h47 et vous êtes dans le noir^^ bon dimanche Jorge
  • "Ce chef d’œuvre va vous figer !" (Paris-Match) "
  • « Crosswind » raconte la vie broyée d’une famille estonienne sous la dictature stalinienne, est une œuvre époustouflante" (Alain Spira)".
  • ’Crosswind – La vie en suspension
  • Crosswind est une plongée hypnotique dans époque ignorée où dialogue valeur du temps, stigmates de la mémoire et surdité de la violence. L’œil est dirigé, le regard est modelé et le souffle est happé par ce dispositif d’hyper-stylisation. C’est bouleversant et jamais gratuit. Il faut souligner le remarquable travail sur le grain et sur le contraste du noir et blanc de Erik Pollumaa et de Janne Laine, directeurs de la photographie, qui nous offrent une image d’une beauté indéniable, évoquant la photographie américaine des années 40 comme l’oeuvre de Dorothea Lange. De ce parti pris minimaliste et de cette rigueur formelle naît la vérité d’un cri étouffé (celle de millions d’anonymes déportés) ainsi que la beauté étrange d’une temporalité dilatée, suspendue en l’air."(maze.fr)
  • http://www.telerama.fr/cinema/aeur-la-recherche-du-temps-figa-c,123964.php

Autres articles de même sujets :

Téléchargements Fichiers à télécharger :
  • 204576.jpg
  • Taille du fichier : 36.6 ko
  • Format : JPEG
  • 091005.jpg
  • Taille du fichier : 36.9 ko
  • Format : JPEG
  • Crosswind - La croisée des vents
  • Taille du fichier : 85.2 ko
  • Format : JPEG
  • 082411.jpg
  • Taille du fichier : 61 ko
  • Format : JPEG
  • 076786.jpg
  • Taille du fichier : 32.1 ko
  • Format : JPEG
  • Crosswind - La croisée des vents
  • Taille du fichier : 53.3 ko
  • Format : JPEG
  • 066316.jpg
  • Taille du fichier : 46.8 ko
  • Format : JPEG
  • Crosswind - La croisée des vents
  • Taille du fichier : 59.6 ko
  • Format : JPEG
  • Crosswind - La croisée des vents
  • Taille du fichier : 47.9 ko
  • Format : JPEG
  • Crosswind - La croisée des vents
  • Taille du fichier : 53.9 ko
  • Format : JPEG

Forum
Répondre à cet article
CROSSWIND - LA CROISEE DES VENTS
film estonien de Martti Helde
GODFRIN - le 20 mai 2015

J’ai vu ce film deux fois. La 2ème fois pour vérifier si les acteurs ne bougeaient vraiment pas. On voit quelques clignements de paupière, ce qui prouve bien un tournage réél, sans effets spéciaux. Par contre, je me demande si le réalisateur n’a pas utilisé une caméra "rapide", filmant par exemple à 240 images par seconde et se déplaçant à vitesse "normale". Un passage d’un personnage à l’autre durant 10 s à la projection ayant été en fait filmé pendant une seule seconde, temps pendant lequel quelqu’un peut vraiment rester complètement immobile.
Le réalisateur peut-il confirmer ?



bullet pointSite map bullet pointContact bullet pointEditors area bullet point

RSS

2009-2016 © Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija - All rights reserved
Site created with SPIP
with the template ESCAL-V3
Version: 3.84.13