Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

En Lettonie et en France, média participatif d’informations entre lettons et francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un des pays baltes enchanteur au nord-est de l’Europe.

DIEVS, SVETI LATVIJU, National anthem of Latvia

"Dievs Sveti Latviju" national anthem of Latvia, interpreted Sunday, July 7, 2013 to 7:20 p.m. hour Riga by the Géant Choir 13,000 singers of the Closing Concert XXVth Festival of Songs and XV Dances of Latvia, directed here by the illustrious Choirmaster Zuika Roberts, honored this year for 100 years.


DIEVS, SVETI LATVIJU!

DIEVS, SVETI LATVIJU

Dievs, svētī Latviju,
Mūs’ dārgo tēviju,
Svētī jel Latviju,
Ak, svētī jel to! (repeat)

Kur latvju meitas zied,
Kur latvju dēli dzied,
Laid mums tur laimē diet,
Mūs’ Latvijā! (repeat)

The music and lyrics were written by the composer Latvian Karlis Baumanis {{}}.
At the time of the Russian dominance it was forbidden to use the word "Latvia" in the words of the song, they were replaced by "Baltic".

This hymn was sung for the first time in public at the first Song Festival in Riga in June 1873.
As the national anthem, the "Dievs, Sveti Latviju!" Was sung for the first time November 18, 1918, when the Declaration of Independence of the Republic of Latvia.
On June 7, 1920 this song officially had the status of national anthem.

After June 1940, the use of national symbols of Latvia - the flag, the coat of arms and national anthem - was banned.
On 15 February 1990 they were restored as official state symbols.

It is a peaceful national anthem, it evokes neither fight nor war but girls in flower and young people singing, with this power that allows through the years and the difficulties in bringing together the minds and hearts .

Lyrics

lyrics

God bless Latvia,
Our beloved fatherland.
Bless Latvia,
Oh bless it, we beseech thee! (repeat)

Where Latvian daughters bloom,
Where Latvian sons sing,
Let us dance happily there,
In our Latvia! (repeat)

vidéos

An other time in 2008

News with help of the Latvian Institute

Trajectoire d’enfance au goulag de Silva Linarte
Témoignage

Cet article est extrait d’interventions lors d’une journée d’étude à la BULAC.

Une contribution à la connaissance d’un pan très peu étudié de l’histoire du Goulag, celle de la déportation des enfants des pays d’Europe centrale et orientale avant et après la seconde guerre mondiale.

Nous proposons d’interroger les formes spécifiques de cette remémoration, la mise en récit de l’enfance au Goulag ainsi que le processus de transformation de cette expérience en témoignage, par le biais des empreintes indélébiles laissées sur ces adultes déplacés dans leur enfance.

Article mis en ligne le 16 novembre 2012
par BD par

Quelques jalons sont proposés pour appréhender les spécificités de l’expérience infantile, la diversité de ces expériences et la récurrence de la remémoration tardive.

Cette recherche s’appuie sur des témoignages oraux recueillis dans le cadre du projet Mémoires européennes du Goulag dans les pays de l’Europe centrale et orientale. [1]

JPEG - 9.7 ko

« Si vous saviez comme j’aime la forêt » [2]
Silva Linarte naît en 1939 en Latgale, une région au sud-est de la Lettonie. Sa famille, relativement aisée dans cette région très pauvre, attachait une grande importance à l’instruction et à la culture. En juin 1941, son père, ayant refusé de dénoncer des collègues instituteurs, est arrêté et condamné aux travaux forcés au Viatlag, où il décède en 1942. Silva, sa mère et ses sœurs sont reléguées dans la région de Krasnoïarsk, en Sibérie.

JPEG - 46.3 ko

En 1947, Silva et ses sœurs, semi-orphelines, bénéficient d’une mesure les autorisant à rentrer en Lettonie. Après un long périple en train, elles sont placées dans un orphelinat à Riga, puis dans des familles d’accueil. Leur mère parvient ensuite à s’échapper de la colonie spéciale et les retrouve clandestinement en Lettonie. En 1950, au cours de la seconde déportation de masse, la mère et les trois filles sont renvoyées en Sibérie. Alors que les conditions de vie s’améliorent peu à peu, la mère de Silva meurt d’un cancer. Silva rentre définitivement en Lettonie en 1956, où elle parvient à poursuivre des études et devient designer et peintre. Elle réoccupe aujourd’hui la maison de son enfance, replongeant, avec ses propres filles, dans les souvenirs du passé familial miraculeusement conservés.

Juliette Denis, doctorante au Cersec, a rencontré Silva Linarte à Daugavpils.

Présentation

Entretien avec Silva Linarte

Questions à Silva Linarte

Juliette Denis Doctorante en histoire au HAR (Histoire des arts et représentations, Université Paris Ouest) et à l’IHTP (Institut d’histoire du temps présent, CNRS), ATER à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, est aussi auteure d’articles dans diverses revues, dont : "Identifier les « Éléments ennemis » en Lettonie, Une priorité dans le processus de resoviétisation (1942-1945)"
juliette.denis chez gmail.com

Une contribution qui explore les modes d’identification de la figure de l’ennemi et sa place dans la resoviétisation de la Lettonie en 1944-1945.
Notes :

[1Ces documents sont extraits d’une journée d’étude à la BULAC autour du témoignage de Silva Linarte, disponible avec d’autres documents sur le site des archives sonores mémoires européennes du goulag.



bullet pointSite map bullet pointContact bullet pointEditors area bullet point

RSS

2009-2016 © Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija - All rights reserved
Site created with SPIP
with the template ESCAL-V3
Version: 3.85.4