logo site
Lettonie-Francija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija. Média participatif d’informations entre lettons & francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un pays balte enchanteur centenaire au nord-est de l’Europe.


Uģis Prauliņš & le Chœur letton mixte "Anima"

ANIMA, chorale lettone mixte de Saulkrasti en Lettonie et leurs amis, ont créé un album consacré à leurs racines et au patrimoine culturel letton. Les arrangements de chansons folkloriques et les compositions originales de l’album combinent des éléments vocaux qui reflètent la culture musicale unique des Livoniens et des peuples apparentés vivant en Lettonie.

Les artistes :



Le 18 novembre dernier, le chœur mixte "Anima", fêtait le centième anniversaire de la République de Lettonie, en présentant son premier CD "Jūrd - Les racines de Livonie ".



Qu’en dites-vous ?

Les chansons du disque “Jūrd. Saknes. Roots” par le chœur mixte ANIMA

  • Tšītšorlinkizt 3:25
  • Kaškē, kaņģē 2:27
  • Urū ! Rirī ! 1:27
  • Velikine armakene 6:10
  • Lelū ! 1:08
  • Līgo ! 5:49
  • Käkānikā 3:11
  • Aģoug 3:37
  • Lūotum 7:10

Pour se procurer le disque “Jūrd. Saknes. Roots” au Centre Lausja de musique folklorique et traditionnelle lettone Genre Choir Music, Post-Folk référence : SKU CD085 - Price 12.00 €





DIEVS, SVETI LATVIJU, Hymne national de Lettonie

"Dievs svētī Latviju" hymne national de la Lettonie, interprété le dimanche 7 juillet 2013 vers 19h20 heure de Riga, par le Grand Choeur des 13000 choristes du Concert de cloture du XXVè Festival des Chants et XV des Danses de Lettonie, dirigé ici par l’illustre Chef de Choeur Roberts Zuika, mis à l’honneur cette année pour ses 100 ans.




DIEVS, SVETI LATVIJU - vardi - paroles
Dievs, svētī Latviju, Que Dieu bénisse la Lettonie,
Mūs’ dārgo tēviju, Notre chère patrie,
Svētī jel Latviju, Nous te supplions, bénis la Lettonie,
Ak, svētī jel to ! (repeat) Oh, nous te supplions de la bénir ! (bis)
Kur latvju meitas zied, Là où les lettones fleurissent **,
Kur latvju dēli dzied, Là où les lettons chantent,
Laid mums tur laimē diet, Dansons de joie dans notre patrie
Mūs’ Latvijā ! (repeat) Dans notre Lettonie ! (bis)

La musique et les paroles ont été écrites par le compositeur Letton Karlis Baumanis}(11.05.1835.-10.01.1905.)} (plus connu sous le nom Baumanu Karlis). A l’époque de la dominance tsariste russe il était interdit d’employer le mot "Lettonie" dans les paroles de chansons, ils furent remplacés par "la Baltique". Regardez attentivement la tranche des pièces de 2€ lettones, vous y lirez gravé le titre de l’hymne national.

Karlis Baumanis fut l’un des plus ardents participants au mouvement pour l’éveil national letton. En outre, ses articles polémiques sur les chansons populaires, publiés dans la presse lettone et allemande à Riga, ont conduit à l’émergence de l’ethnomusicologie en Lettonie




Défi ouvert au régime tsariste

L’hymne est apparu dans la deuxième moitié du 19ème siècle, quand le peuple letton a commencé à montrer ouvertement un fort sentiment de fierté et d’identité nationale.




Karlis Baumanis

Karlis Baumanis a été le premier compositeur letton à utiliser le mot « Lettonie » dans des paroles de chanson. Le concept de "Lettonie" avait seulement commencé à prendre forme dans l’esprit des écrivains et des militants et a été utilisé pour décrire toutes les régions traditionnellement habitées par les Lettons. Bien que la plupart des Lettons n’osaient pas encore rêver d’un Etat souverain totalement indépendant de l’Empire tsariste russe, la chanson "Dievs, sveti Latviju !" devint un puissant catalyseur de la conscience nationale émergente. L’utilisation du mot « Lettonie » dans la chanson était un défi ouvert au régime tsariste qui avait peu de sympathie pour les mouvements nationaux.

Initialement, les autorités russes interdisent l’utilisation du mot « Lettonie » dans le titre et le texte de la chanson et il a été remplacé par le mot "pays baltes". la chanson a été interprétée en public en Juin 1873 lors du premièr Festival de la Chanson à Riga. Et chantée en tant qu’hymne national le 18 Novembre 1918, à la proclamation de l’indépendance de la Lettonie.

Le 7 Juin 1920 "Dievs, sveti Latviju !" a été officiellement proclamé hymne national de la République de Lettonie.

Après juin 1940, pendant un demi-siècle l’emploi des symboles nationaux de la Lettonie - le drapeau, les armoiries et l’hymne national - fut interdit.
Le 15 février 1990 ils furent restaurés en tant que symboles officiels de l’Etat.

Beaucoup de gens ont été persécutés tout simplement pour garder et cacher le drapeau rouge-blanc-rouge ou en chantant l’hymne national. Mais les symboles officiels de la Lettonie n’ont jamais été oubliés et la lutte pour réafficher les couleurs nationales rouge-blanc-rouge a marqué le début d’une nouvelle lutte pour l’indépendance à la fin des années 1980.

C’est un hymne national paisible , il n’évoque ni lutte, ni guerre, mais des jeunes filles en fleur et des jeunes gens qui chantent, avec cette puissance qui permet de traverser les années et les difficultés et rassemblt les esprits et les coeurs.




Musique


saeima.lv/documents

Autre moment en 2008

sources et liens : Latvian Institute et Ministère Letton des affaires étrangères

Si vous souhaitez apprendre à chanter en choeur cette chanson, contactez-nous ci-dessous. Nous tenons à votre disposition les diverses voix ( soprano, alto, ténor, bariton, basse ).

logo article ou rubrique
Souvenez-vous
"The Train Station Latvians 1937"
Film documentaire de Geka Dzintra.

Documentaire en quatre parties sur les purges staliniennes et les massacres organisés par l’Union Soviétique contre les lettons en 1937. Le 2 décembre de chaque année est maintenant en Lettonie un jour national de Commémoration du génocide causé par le régime totalitaire communiste.

Article mis en ligne le 17 mars 2018
par BD par



"The Train Station Latvians 1937"
Un film documentaire de Geka Dzintra.

En 1926, dans l’Union soviétique, un recensement national a trouvé 151 410 Lettons qui y vivent. 18 346 d’entre eux vivaient à Leningrad et ses environs, 10 583 étaient dans le district de Pskov, 10167 travaillaient à Moscou et 35.069 vivaient en Sibérie.
Il y avait au moins 372 colonies lettones en URSS avec 12.000 exploitations agricoles.

Les Lettons se sont dispersés tout autour de la terre au cours des derniers siècles. Certains ont été expulsés pour avoir refusé d’obéir aux puissances qui ont prévalu. Certains ont eu une vision d’une vie meilleure, tandis que d’autres ont fui la guerre et la révolution.
Cela n’a pas toujours été le cas pour ces émigrés de trouver une vie plus facile pour eux-mêmes, mais il n’y a eu qu’un seul endroit où un programme d’actions anti-letton a été mené. Là, chaque letton a été traité comme un espion, comme un traître et un ennemi qui méritait d’être torturé, puis tué.
Ce sont les répressions qui ont été menées en Russie soviétique en 1937, où l’horreur et la pensée pathologique et perverse du régime ont retourné quelques Lettons en traîtres et en assassins de leur propre compatriotes.

L’opération « letton » a commencé avec les ordres émis le 30 Novembre 1937, par Nikolaï Ejov, chef craint de la police secrète de Staline, le NKVD.

22.360 personnes ont été arrêtées au total, et 74% ont été mis à mort.

L’objectif principal de l’opération était les Lettons, mais des citoyens soviétiques d’autres nationalités ont été accusés d’espionnage pour le compte de la Lettonie, et ont également été victime de la purge. La plupart des victimes, étaient innocentes et leur seule faute était d’être lettons dans l’Union soviétique. Les héros de ce film sont les héritiers de ceux qui ont été victimes des grandes purges de Staline . Ils ont été interrogés à Moscou, Kemerovo, dans le district de Krasnoïarsk, ainsi qu’en Lettonie.