Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

En Lettonie et en France, média participatif d’informations entre lettons et francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un des pays baltes enchanteur au nord-est de l’Europe.

14 juin 1941 en Lettonie : Déportation massive de lettons vers les goulags de Sibérie, les mêmes conséquences qu’un génocide

Sans le Pacte Ribbentrop-Molotov du 23 août 1939 signé par les dictateurs totalitaires nazis et communistes, il n’y aurait pas eu d’occupations, de déportations et de liquidations dans les états Baltes. Les purges staliniennes et les massacres organisés par l’Union Soviétique contre les lettons s’étaient déjà produits en 1937. Le 14 juin 1941 en Lettonie, en Estonie, en Lituanie ce sont plus de 43.000 baltes parmi lesquels plus de 3.000 enfants qui sont déportés en Sibérie. 90 000 civils lettons, principalement juifs sont exterminés par les nazis ou par des milices lettones entre 1941 et 1945. D’autres déportations soviétiques auront lieu en mars 1949.

Article mis en ligne le 11 juin 2017

par Bruno
logo imprimer

Selon les données des Archives de l’État letton, le 14 juin 1941 la Lettonie a perdu plus de 15 425 personnes dans les déportations vers les goulags russes. Parmi les Lettons, les Juifs, les Russes, les Polonais : 3751 étaient des enfants de moins de 16 ans. Les hommes furent séparés de leurs familles et conduits dans les camps du Goulag, où ils furent nombreux condamnés à la peine capitale, tandis que d’autres punis d’un emprisonnement dans les camps.

Le 23 aout 1939, Staline à la tête de la Russie soviétique s’est mis d’accord avec Hitler et les nazis pour occuper les Etats baltes. Les déportations ont commencé en 1940 dans la soi-disant zone du Pacte Molotov-Ribbentrop. D’Ukraine et de Biélorussie dans les régions de l’Ouest ont été déportées environ 270.000 personnes ethnique polonais.

15 juin 1940 Occupation soviétique de la Lituanie

15 Juin 1940, les panzers allemands déboulent en France …… les françsis ne se soucient pas de ce qui se passe à l’Est. Est-ce ainsi encore aujourd’hui ?

16 Juin 1940 En violation des principes du droit international, l’URSS lance un ultimatum contre la Lettonie. Elle exige la formation d’un nouveau gouvernement soviétique et annonce le déploiement immédiat de l’armée soviétique dans le pays.
Le gouvernement Ulmanis accepte l’ultimatum sous la menace implicite des armées soviétiques massées aux frontières.

Le 17 Juin 1940, l’armée soviétique envahit les pays baltes.

Les troupes soviétiques occupent la Lettonie. Andrei Vychinski, le procureur de la Grande Terreur, émissaire de Staline, vient guider la prise de contrôle du pays.
Un nouveau gouvernement approuvé par Moscou est installé pour préparer la soviétisation politique du pays. La répression commençe dès juillet 1940 par des emprisonnements et des exécutions.

Aout 1940 , À la suite d’un simulacre d’élections la République socialiste soviétique de Lettonie est proclamée.

Déportation des lettons vers les goulags soviétiques.

Le Livre noir du communisme cite 1 480 exécutions. Il s’agit principalement des membres de l’exécutif, de politiques considérés dangereux, d’anciens combattants "blancs", d’exilés politiques, d’auteurs de répressions contre les communistes, de cadres de l’armée d’active ou de réserve et de personnes occupant des postes stratégiques.

La répression contre l’opposition commençe aussitôt. Des familles entières furent classées "ennemies du peuple". Et comme en Pologne, Moscou planifia et exécuta avec méthode les déportations : 5 séries de déportations par trains entre les pays Baltes et la Sibérie.

Les documents montrent que la décision d’expulsion menée dans la mer Baltique occupée a été prise par Josef Staline a accepté le 15 mai 1941. Dans les jours qui suivent, les organismes soviétiques de répression ont établi les arrêtés d’expulsion, les instructions, les directives, les listes de déportés, et ont calculé la quantité requise de troupes pour la déportation des « trois pays ». La déportation de la population de la Baltique a été prévue le 12 Juin, mais en raison de fêtes religieuses en Lituanie, elle a été déplacée au 14 Juin.

Cela a été suivi le 22 mai 1941 par une vaste campagne d’expulsion en Ukraine. Cette fois lancée en vue de la déportation des pays Baltes occupés.

La 1ère vague eu lieu le 13-14 juin 1941 avant l’attaque allemande. L’élite politique et d’affaire de la Lettonie, alors considérée hostile envers le régime d’occupation soviétique, est déportée.

La répression culmine dans la nuit du 13 au 14 Juin 1941. Ce jour-là, 10 000 Estoniens, plus de 15 425 Lettons et près de 23 000 Lituaniens sont déportés.

Selon les données des Archives de l’État letton, le 14 juin 1941, en Lettonie plus de 15 425 personnes ont été déportées, dont les Lettons, les Juifs, les Russes, les Polonais, dont 3751 étaient des enfants de moins de 16 ans.

« Le destin des enfants de Sibérie fait partie de la mémoire collective de la nation Lettone, les histoires de vie, la perte et la souffrance inimaginable, et le chemin complet vers la survie, vers le retour. Et cela, pour ceux qui ne sont jamais revenus. Pour les parents, les frères et sœurs qui sont restés dans l’éternelle frigidité profonde » a déclaré ce 14 juin, Solvita Āboltiņa, Présidente du Parlement letton.

« Le destin des enfants de Sibérie fait partie de la mémoire collective de la nation Lettone ..."

Les hommes séparés de leurs familles le temps de l’expédition et conduits dans les camps du Goulag, où de nombreux ont été ondamnés à la peine capitale, tandis que d’autres sont punis d’un emprisonnement dans les camps.

L’arrêt brutal de dizaines de milliers de personnes, y compris les femmes, les enfants et les nourrissons, les personnes âgées, extraites de leur maison en milieu de la nuit par l’armée et emmenés dans une direction inconnue était quelque chose d’inédit. Ils ont été soumis à la violence et la cruauté, la notion de dignité humaine n’éxistait plus.



Témoignage à Riga le 12 juin 2008 de Jakow Shats.
Jacob Shats naît en 1929 à Riga, en Lettonie, d’une famille aisée de la bourgeoisie riguase, son père est pharmacien, ils vivent dans un bel appartement du centre ville et tous les étés ils s’installent dans leur maison de Jurmala, sur la mère baltique...
... Ils sont déportés la nuit du 14 juin 1941, dans la région de Krasnoïarsk. Sont père, condamné aux travaux forcé comme « élément socialement dangereux », est séparé d’eux pour être envoyé ...
( La suite sur le site museum gulagmemories eu )


Les principales voies d’expulsion et les emplacements des camps

En Lituanie, on compte parmi les déportés : 5 536 personnes ayant des activités dans les partis dits bourgeois et les organisations nationalistes et antisoviétiques, 3 165 anciens grands propriétaires, industriels, commerçants et hauts fonctionnaires du gouvernement bourgeois, 1 582 hauts fonctionnaires de la police et du système pénitentiaire, 1 430 anciens officiers de l’armée lituanienne. En Lettonie, sur les 15 425 personnes déportées le 14 Juin, 3 751 ont moins de 16 ans, 1 614 ont moins de 7 ans.

Seulement 1/5 a pu survivre.

14 Juin 1941 Sur ordre de Moscou plus de 15.000 citoyens lettons sont déportés vers d’autres parties de l’Union soviétique. Les hommes sont séparés de leurs familles, jugés en vertu de l’article 58 du code pénal soviétique russe comme « contre-révolutionnaires » et emprisonnés au Goulag dans des camps de travaux forcés . Les familles sont envoyées peupler les zones de Sibérie. Les taux de mortalité sont élevés, en particulier chez les enfants et les personnes âgées.

22 Juin 1941 L’Allemagne nazie attaque l’URSS. L’Armée rouge fuit en plein désarroi. Environ 50.000 habitants fuient la Lettonie ou sont emmenés comme prisonniers.


1er Juillet 1941, Riga est occupée par les forces allemandes. L’ensemble du territoire letton est aux mains des Allemands le 7 Juillet. Même si au premier abord ils sont accueillis comme les libérateurs de la terreur soviétique, les Allemands traitent la Lettonie comme un territoire soviétique occupé et ne reconnaîssent pas son indépendance.

"91% des juifs lettons, qui restaient en Lettonie au moment de l’occupation nazie, furent exécutés, soit 60.000 sur 66.000. Leur liquidation advint presque entièrement dans les 6 premiers mois de l’occupation nazie. Juillet-septembre : 30.000 tués, création d’un ghetto fin octobre, puis en 2 jours, le 30 novembre et le 8 décembre 25.000 juifs furent exécutés. C’était avant le Protocole de Wannsee du 20 janvier 1942."

Après l’attaque de l’Allemagne contre l’URSS en 1941, l’armée rouge a été repoussée hors des pays baltes.

Après trois ans d’occupation allemande, les Soviétiques étaient de retour et reprenaient leur propre répression.

Les fermes des déportés furent confisquées. La collectivisation forcée commença. Les maisons vides passèrent aux familles de militaires ou aux colons soviétiques transférés dans les pays baltes pour modifier leur composition ethnique.

Nombre de déportés sont morts en chemin ou en exil. Les survivants avaient reçu l’interdiction de rentrer chez eux, jusqu’à la mort de Staline en 1953. Mais la repression ne s’est pas arrétée.

8 mai 1945 À la fin de la guerre, la Lettonie a perdu environ un tiers de sa population. Environ 120.000 Lettons dans l’Ouest refusent de revenir et finalement s’installent au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et dans d’autres pays. En Lettonie, les colons d’autres régions de l’URSS commencent à arriver. L’immigration est encouragée par l’industrialisation massive des années 1960 et 1970, La réduction de la proportion de Lettons dans la population passe au recensement de 1935 de plus de 3/4 à un peu plus de la moitié en 1989.

9 mai 1945 L’armée allemande est coincée dans l’enclave du Kurzeme, parmi eux une division de légionnaires lettons. Les répressions soviétiques contre la population s’étend à l’ensemble de la Lettonie. Des dizaines de milliers de lettons sont arrêtés, envoyés dans des prisons et des camps de travail forcés.

1945 - L’armée de l’occupation allemande capitule (mai) et l’URSS rétablit son pouvoir sur la Lettonie.


Répression et déportations soviétiques du 13-14 juin 1941

Extraits d’un article de B.Spridzâns, directeur du département de la réhabilitation des citoyens indument réprimés.

"…Selon l’arrêté strictement secret No.1299-526 du CC du PC de l’URSS du 14 mai 1941 "sur la déportation des éléments socialement étrangers des Républiques baltes, de l’Ukraine occidentale, de la Biélorussie occidentale et de la Moldavie" il était prévu de déporter les catégories suivantes :"

-* 1) les membres des organisations contre-révolutionnaires et leurs familles ;

  • 2) les anciens gendarmes, les gradés de la police et des gardiens de prisons, ainsi que les simples policiers ou gardiens de prison en cas de documents compromettants ;
  • 3) les anciens grands propriétaires et commerçants (dont le chiffre d’affaire annuel dépassait 150’000 lats), les anciens industriels (dont le chiffre d’affaires annuel dépassait 200’000 lats), et les principaux fonctionnaires des gouvernements bourgeois ;
  • 4) les anciens officiers dont les dossiers sont compromettants (dont ceux qui avaient servi dans les troupes territoriales de l’armée rouge) ;
  • 5) les membres de la famille des condamnés à mort ou des membres d’organisations contre-révolutionnaires qui ont pris le maquis ;
  • 6) les personnes qui ont été rapatrié depuis ou vers l’Allemagne et dont les dossiers sont compromettants ;
  • 7) les réfugiés polonais s’ils ont refusé d’adopter la citoyenneté soviétique ;
  • 8) les éléments criminels qui poursuivent leurs activités ;
  • 9) les prostituées enregistrées auprès de la police si elles continuent leurs activités.

Il est précisé que les dossiers compromettants veulent dire actions anti-soviétiques ou contacts avec le renseignement étranger.

En application de cet arrêté, le personnel opérationnel du Commissariat de la sécurité d’état de la RSS de Lettonie, des districts et des villes, préparèrent les documents pour l’arrestation des chefs de famille et la déportation des membres de leur famille. Documents signés par les directeurs et contresignés par la direction du Commissariat de la sécurité : Noviks, Sustin, Brezgin, Cinis, Krivickis.

Les arrestations et les déportations eurent lieu simultanément pendant la nuit du 13 au 14 juin (il y a une lumière crépusculaire à minuit à la mi-juin, NdlR)…

…D’après les archives à disposition (jugées incomplètes NdlR) du Ministère de l’intérieur de la République de Lettonie 14.194 personnes (7.077 hommes et 7.117 femmes) furent arrêtés et déportés le 14 juin 1941.

Le Ministère de l’intérieur a connaissance de 275 arrestations supplémentaires dans les jours qui ont suivi le 14 juin et de 711 arrestations planifiées qui n’ont pas eu lieu…

…Ils furent déportés principalement dans les régions de Krasnojarsk (7.518) et de Tomsk (1.599), pour les autres les informations sont lacunaires…

…En 1946 furent rapatriés 954 enfants en dessous de 16 ans dont 300 dont les deux parents étaient morts. Jusqu’en 1947, 1.426 personnes étaient rentrées illégalement, 1.225 adultes et 203 enfants furent déportés à nouveau avec aggravation de peine…

Sources :

  • latvianhistory.wordpress.com
  • Regarder aussi :

    • Archives sonores, mémoires européennes du goulag

    Forum
    Répondre à cet article

    Les gazouillis du site Lettonie-Francija



    pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

    RSS

    2009-2017 © Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija - Tous droits réservés
    Site réalisé sous SPIP
    avec le squelette ESCAL-V3
    Version : 3.87.59