Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

En Lettonie et en France, média participatif d’informations entre lettons et francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un des pays baltes enchanteur au nord-est de l’Europe.

25 mars 1949 en Lettonie
42125 personnes Victimes du génocide soviétique

La Lettonie, commémore le 25 mars 1949 et les 42125 victimes du génocide communiste

. La plus grande déportation de victimes des pays baltes. La première commémoration de cette seconde déportation massive s’est déroulée à Riga en 1989, en plein régime soviétique, et a démarré la lutte vers l’indépendance de la Lettonie. Des événements qui malheureusement résonnent avec l’invasion de la Crimée. En mémoire, différentes activités ont lieu à Riga et dans tout le pays.

Article mis en ligne le 24 mars 2017

par BD
logo imprimer

A Riga, et dans d’autres villes de Lettonie, ce 25 mars, pour commémorer la déportation des victimes de la terreur communiste, auront lieu plusieurs événements et concerts.

Dans les gares de triage on se souvient de la répression politique par le KGB. .

Au Musée de l’occupation de la Lettonie, suivi par une procession au Monument de la Liberté, où se déroule la cérémonie solennelle de dépôt des gerbes de fleurs, symboles de la résistance pacifique non-violente et de l’attachement à la terre lettone.

A la "Petite Guilde" de Riga, centre culturel et d’art folklorique, et dans d’autres endroits de Riga, la musique des kokles accompagne de nombreux chanteurs.

En soirée, des concerts rassemblent différents chœurs et musiciens dans toute la Lettonie.



25 mars 1949 en Lettonie :
42125 Victimes du génocide communiste

Une deuxième déportation de masse d’environ 42125 personnes est dirigée contre les agriculteurs lettons et les partisans de la Lettonie, qui ne veulent pas collectiviser.

Des familles entières sont déportées « à vie » en Russie, la plupart d’entre elles, dans les régions sibériennes de Omsk, Tomsk, et Krasnoïarsk.

Après la mort de Staline en 1953, beaucoup de familles sont autorisées à revenir en Lettonie, mais sont stigmatisées, parfois exclues pour la vie. Une vague de collectivisation a eu lieu, mais les fermes collectives sont inefficaces, et les pénuries alimentaires deviennent courantes. La déportation a réduit considérablement les activités partisanes nationales.

Déportation des lettons vers les goulags soviétiques.

C’est la plus grande déportation de personnes de l’histoire des États Baltes.
Au total dans les trois pays Baltes se furent 94779 victimes déportées,
dont près de la moitié venant de Lettonie
.




Victimes baltes des déportations soviétiques de mars 1949
République FamillesPersonnesTrains
Estonie 7488 20713 15
Lettonie 13624 42149 31
Lituanie 9518 31917 20
Ensemble 30630 94779 66

Le 25 Mars 1949, fut l’accomplissement de la décision secrète prise par le Conseil des ministres de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques du 29 Janvier 1949. Le Département de la sécurité de l’URSS et les troupes du ministère de l’Intérieur ont réalisé la plus grande déportation de personnes dans l’histoire des États Baltes . Les gens ont été déportés en Sibérie par le biais de l’opération connue sous le nom de "Priboj"

25 mars 1989 : En mémoire, première manifestation pacifique vers l’indépendance


Le 25 mars 1989, en plein régime soviétique, sous la pluie, eut lieu à Riga une gigantesque commémoration de cette déportation. A la mémoire des victimes des déportations, un immense cortège funèbre est organisé de la Daugava au cimetière des Frères. L’une des premières démonstrations pacifique dans la lutte vers l’indépendance retrouvée.

Les déportations ont été effectuées par les forces intérieures du Département de la sécurité d’Etat d’URSS ( 7456 hommes) et par les troupes d’élite du Destroy Bataillon de Lettonie Département de la Sécurité d’Etat ( 6931 hommes) .

En dehors de cela , il y avait environ 12 000 membres du Parti communiste et de la Ligue des jeunes communistes qui participent aux expulsions.

Ainsi, les "collaborationnistes locaux" représentaient environ 63 pour cent des deportés. Environ 4000 agents professionnels de la Sûreté de l’URSS ont mené les forces armées pour déporter 3005 groupes. Les gens ont été pris dans 55 stations de chemin de fer.

42 322 personnes ont été mises en 3316 camions et 33 trains de troupes. Parmi ces personnes déportées - « ennemis de classe » et de la puissance d’occupation - environ 72,6 pour cent étaient des femmes et des enfants.

L’ expulsion ont été orientés vers les régions de Krasnoïarsk , Novossibirsk , Omsk et Amur. Les dirigeants de la Sûreté de l’Etat d’URSS ont reçu de nombreux prix et médailles "pour l’excellente exécution d’une tâche particulière de l’État" .



Autres articles, liens et lectures :







Selon les sources certains chiffres peuvent quelque peu varier. Principalement issus de la traduction d’un article basé sur des matériaux trouvés dans les archives centrales de l’armée soviétique de l’ex-URSS à Moscou . L’auteur de l’article traduit, y analyse le nombre et la structure des personnes deportées de Lettonie.
Sources :




Forum
Répondre à cet article



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS

2009-2017 © Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.28