logo site
Lettonie-Francija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija. Média participatif d’informations entre lettons & francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un pays balte enchanteur centenaire au nord-est de l’Europe.

DIEVS, SVETI LATVIJU, Hymne national de Lettonie

"Dievs svētī Latviju" hymne national de la Lettonie, interprété le dimanche 7 juillet 2013 vers 19h20 heure de Riga, par le Grand Choeur des 13000 choristes du Concert de cloture du XXVè Festival des Chants et XV des Danses de Lettonie, dirigé ici par l’illustre Chef de Choeur Roberts Zuika, mis à l’honneur cette année pour ses 100 ans.




DIEVS, SVETI LATVIJU - vardi - paroles
Dievs, svētī Latviju, Que Dieu bénisse la Lettonie,
Mūs’ dārgo tēviju, Notre chère patrie,
Svētī jel Latviju, Nous te supplions, bénis la Lettonie,
Ak, svētī jel to ! (repeat) Oh, nous te supplions de la bénir ! (bis)
Kur latvju meitas zied, Là où les lettones fleurissent **,
Kur latvju dēli dzied, Là où les lettons chantent,
Laid mums tur laimē diet, Dansons de joie dans notre patrie
Mūs’ Latvijā ! (repeat) Dans notre Lettonie ! (bis)

La musique et les paroles ont été écrites par le compositeur Letton Karlis Baumanis}(11.05.1835.-10.01.1905.)} (plus connu sous le nom Baumanu Karlis). A l’époque de la dominance tsariste russe il était interdit d’employer le mot "Lettonie" dans les paroles de chansons, ils furent remplacés par "la Baltique". Regardez attentivement la tranche des pièces de 2€ lettones, vous y lirez gravé le titre de l’hymne national.

Karlis Baumanis fut l’un des plus ardents participants au mouvement pour l’éveil national letton. En outre, ses articles polémiques sur les chansons populaires, publiés dans la presse lettone et allemande à Riga, ont conduit à l’émergence de l’ethnomusicologie en Lettonie




Défi ouvert au régime tsariste

L’hymne est apparu dans la deuxième moitié du 19ème siècle, quand le peuple letton a commencé à montrer ouvertement un fort sentiment de fierté et d’identité nationale.




Karlis Baumanis

Karlis Baumanis a été le premier compositeur letton à utiliser le mot « Lettonie » dans des paroles de chanson. Le concept de "Lettonie" avait seulement commencé à prendre forme dans l’esprit des écrivains et des militants et a été utilisé pour décrire toutes les régions traditionnellement habitées par les Lettons. Bien que la plupart des Lettons n’osaient pas encore rêver d’un Etat souverain totalement indépendant de l’Empire tsariste russe, la chanson "Dievs, sveti Latviju !" devint un puissant catalyseur de la conscience nationale émergente. L’utilisation du mot « Lettonie » dans la chanson était un défi ouvert au régime tsariste qui avait peu de sympathie pour les mouvements nationaux.

Initialement, les autorités russes interdisent l’utilisation du mot « Lettonie » dans le titre et le texte de la chanson et il a été remplacé par le mot "pays baltes". la chanson a été interprétée en public en Juin 1873 lors du premièr Festival de la Chanson à Riga. Et chantée en tant qu’hymne national le 18 Novembre 1918, à la proclamation de l’indépendance de la Lettonie.

Le 7 Juin 1920 "Dievs, sveti Latviju !" a été officiellement proclamé hymne national de la République de Lettonie.

Après juin 1940, pendant un demi-siècle l’emploi des symboles nationaux de la Lettonie - le drapeau, les armoiries et l’hymne national - fut interdit.
Le 15 février 1990 ils furent restaurés en tant que symboles officiels de l’Etat.

Beaucoup de gens ont été persécutés tout simplement pour garder et cacher le drapeau rouge-blanc-rouge ou en chantant l’hymne national. Mais les symboles officiels de la Lettonie n’ont jamais été oubliés et la lutte pour réafficher les couleurs nationales rouge-blanc-rouge a marqué le début d’une nouvelle lutte pour l’indépendance à la fin des années 1980.

C’est un hymne national paisible , il n’évoque ni lutte, ni guerre, mais des jeunes filles en fleur et des jeunes gens qui chantent, avec cette puissance qui permet de traverser les années et les difficultés et rassemblt les esprits et les coeurs.




Musique


saeima.lv/documents

Autre moment en 2008

sources et liens : Latvian Institute et Ministère Letton des affaires étrangères

Si vous souhaitez apprendre à chanter en choeur cette chanson, contactez-nous ci-dessous. Nous tenons à votre disposition les diverses voix ( soprano, alto, ténor, bariton, basse ).

logo article ou rubrique
30 Novembre 1941, à Rumbula l’un des plus grands sites de massacres de juifs en Europe
Souvenons-nous

A Rumbula, le 30 Novembre et 8 Décembre 1941, les nazis ont tué plus de 25 000 Juifs lettons du ghetto de Riga et des environs, ainsi que 1000 Juifs allemands transportés par le train.

Article mis en ligne le 30 novembre 2018
par Bruno par

Rumbula est l’un des plus grands sites de massacres de juifs en Europe

Le 30 Novembre et le 8 Décembre 1941, les nazis ont tué plus de 25 000 Juifs lettons du ghetto de Riga et environ 1000 Juifs allemands transportés par le train

Le Conseil des communautés juives de la Lettonie, la communauté juive de Riga, la société lettone des Juifs - et les anciens prisonniers des ghettos et camps de concentration, la communauté religieuse juive de Riga commémorent ce 30 Novembre dédié à l’anniversaire du massacre dans la forêt Rumbula.

Cérémonie de commémoration de la Journée du 30 novembre 1941 à Rumbula





Le Memorial de Rumbula

En Novembre 1941 l’administration nazie a décidé de détruire tous les Juifs emprisonnés dans le ghetto de Riga. 25 000 personnes, dont environ mille Juifs déportés d’Allemagne, ont été tués en deux vagues le 30 Novembre et le 8 Décembre 1941. Plusieurs centaines de Juifs du camp de concentration "Kaizerwald" ont été utilisés pour exhumer et brûler les corps, et ont également été tués ici en 1944.

En 1964, les militants juifs locaux ont réussi à surmonter les obstacles érigés par le gouvernement soviétique et la pierre commémorative de Rumbula, avec l’inscription "Pour les victimes du fascisme" non seulement en letton et en russe, mais aussi en yiddish a été dréssée.

Le mémorial conçu par Sergejs Rizhs a été inauguré le 29 Novembre 2002. Il a été créé avec le soutien de diverses institutions et organisations ainsi qu’avec des dons privés de personnes en provenance de Lettonie, d’Israël, des États-Unis, et d’Allemagne.

Près de la route, à l’entrée du mémorial, il est une construction métallique qui symbolise l’horreur de la catastrophe. C’est le chemin sur lequel des milliers de Juifs ont été conduits à leur mort.

L’entrée de la mémoire est marquée par deux dalles avec des inscriptions en letton, anglais, allemand et hébreu, narrant les événements tragiques qui ont eu lieu ici. Le chemin mène à la partie centrale de la mémoire, où se trouve une menorah (un chandelier rituel) de quatre mètres de hauteur tissé de fil métallique. La base du chandelier a la forme de l’étoile de David, dont les côtés portent des gravures aux noms des rues du ghetto. Les noms des personnes tuées dans Rumbula sont taillées dans les pierres de granit.
Sur le terrain de la mémoire il y a six fosses communes marquées par des rectangles avec des bordures en béton. Lors de la création de ce monument, la pierre commémorative de l’époque soviétique a été préservée.

Pour accéder à la commémoration de l’Holocauste dans Rumbula, prendre le bus n° 18 jusqu’à l’arrêt "Rumbula".

Marchez quelques mètres jusqu’à ce que vous voyez la moitié immense porte métallique sur le côté de la rue. En outre aller le long de la route jusqu’à ce que vous atteignez un mur métallique sur laquelle il y a des inscriptions en quatre langues, puis aller à l’intérieur du monument.