Lettonie-Francija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija. Média participatif d’informations entre lettons & francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un pays balte enchanteur centenaire au nord-est de l’Europe.

Exposition d’artistes lettons : Paris, Villa Vassilieff du 13 janv. au 24 mars 2018

Du 13 janvier au 24 mars 2018 le Centre d’art contemporain de Lettonie en collaboration avec l’Établissement Culturel de la Ville de Paris Villa Vassilieff organise l’exposition « Akademia : Performing Life ». Les récits d’artistes lettons exilés ou émigrés à Paris, New York, Berlin et en Suède restitués dans les contextes élargis de l’histoire de l’art du 20ème siècle au milieu des flux migratoires et de la mondialisation.

Article mis en ligne le 11 janvier 2018

par JB
logo imprimer
Exposition d’artistes lettons Villa Vassilieff du 13 janvier au 24 mars 2018

Du samedi 13 Janvier au samedi 24 Mars 2018, l’exposition d’art contemporain dévoilera le premier événement en France du centenaire de l’État letton.

Vernissage public samedi 13 Janvier de 16h à 21h

La Villa Marie Vassilieff, cet ancien atelier d’artiste situé au cœur du quartier Montparnasse, autrefois lieu de rencontre incontournable pour Modigliani, Picasso, Soutine, Léger … est devenu nouvel établissement culturel de la Ville de Paris. Le site de l’ancien ate­lier de Marie Vassilieff abrita jusqu’en 2013 le musée du Montparnasse.


Aija Bertrāne et des élèves de l’Akademia
photographiés par Raymond Duncan vers 1924. Courtesy : Duncan Collection

"Akademia Perfoming Life" est réalisée en collaboration avec le Centre d’art contemporain de Lettonie à Riga dans le cadre du projet de recherche et d’art contemporain "Paysages transportés" qui examine les récits d’artistes lettons exilés ou émigrés à Paris, New York, Berlin et en Suède, les restituant dans les contextes élargis de l’histoire de l’art au 20ème siècle, parmi les flux migratoires et la mondialisation.

L’exposition Akademia : Performing Life (Akademia : performer la vie) se penche sur les récits et la philosophie émanant de l’Akademia, une communauté et une école, qui, des années 1910 aux années 1970, proposait des cours de danse, d’art et d’artisanat, accueillait une galerie d’art, une maison d’édition et montait des pièces de théâtre et de danse.

Fondée par Raymond Duncan, danseur et artiste américain, et codirigée à partir de 1920 par Aija Bertrane, danseuse et écrivaine lettone, l’Akademia fut une incarnation de leur syncrétisme idéologique qui mêlait principes socialistes, désir de raviver la Grèce antique et un mode de vie « naturel » letton.

L’exposition souhaite explorer les notions et principes incarnés par l’Akademia à ses débuts comme des potentielles alternatives aux modèles traditionnels d’éducation, de création et de vie communautaire tout en questionnant leurs parts d’ombre.


Ieva Balode
Image d’une video - Equal Voltage, 2017

L’histoire de l’Akademia se présente sous la forme d’un puzzle à reconstruire en mêlant la collection familiale des Duncan aux Etats-Unis, les récits des proches et anciens membres de
la communauté, les différents ouvrages et pamphlets publiés sur la presse de l’Akademia et les coupures conservées dans les bibliothèques parisiennes rapportant les excentricités de son fondateur.

Comme plusieurs utopies collectives du début du siècle, l’Akademia n’est au départ ni tout à fait un lieu de vie, ni complètement une école, mais plutôt une communauté à géométrie variable se réunissant pour danser, faire de la musique, marcher, débattre ou peindre autour de Raymond Duncan et de sa philosophie. Prônant une vie saine, simple, un retour à la nature, une diffusion de l’art dans la vie quotidienne et une libération des normes sexuelles et familiales.

Raymond Duncan s’oppose fermement à l’industrialisation, au capitalisme et à la vie de la famille bourgeoises, sources selon lui de la déshumanisation de la vie moderne. La vie quotidienne de la communauté est également rythmée par des activités artisanales telles que la poterie, le tissage, la fabrication de sandales et d’objets selon des méthodes et une esthétique inspirées de l’antiquité grecque.


Mersedes Azpilikueta
Amour moléculaire, 2017

Dans une logique d’autogestion, ces productions sont ensuite vendues dans la boutique de l’Akademia permettant ainsi de financer la vie et les activités artistiques de ses membres.
Mais au fils des décennies, l’Akademia et ses idéaux flétrissent et se raidissent : dans les années 1960, ses membres vieillissants se réunissent autour d’un Raymond Duncan de plus en plus narcissique et d’Aia Bertrand qui continuera après la mort de son mari à faire vivre l’école. Son rôle, immense mais encore méconnu, dans la gestion et l’organisation sociale et artistique de l’Akademia, illustre l’occultation habituelle des figures féminines dans l’histoire.

Au sein de l’exposition, des documents d’archives, des objets et tissus produits par les membres de l’Akademia dialoguent avec des œuvres d’artistes lettones et étrangers, Mercedes Azpilicueta, Ieva Balode, Yaïr Barelli, Ieva Epnere [1], Barbara Gaile, Daiga Grantiņa, Myriam Lefkowitz, Mai-Thu Perret et AAndrejs Strokins.


"Green school" par Ieva EPNERE (Lettonie)
vidéo 13’ min., 2017

En France beaucoup connaissent Françoise Dolto (1908-1988) qui souhaitait faire de la "Maison verte" un lieu de rencontre et de loisirs pour les tout-petits avec leurs parents. L’histoire de la vie de Marta Rinka est bien moins connue du grand public. Marta Rinka a créé la première école maternelle en Lettonie. Avec Augusts Dombrovskis ils ont créé un phénomène unique dans la culture lettone - le festival des enfants "Ziemeļblāzmas - aurores boréales" qui dure depuis plus de cent ans dans le parc de Vecmilgravis, un quartier de Riga, et réunissent les familles le premier dimanche de juin.


"Akadémia Performing Life" se déploie sur deux chapitres à la Villa Vassilieff et au Latvian National Museum of Art où elle sera présentée au printemps 2018.

Commissaires d’exposition : Solvita Krese & Inga Lāce
Commissaire associée chargée de la programmation : Camille Chenais

Adresse :
Villa Marie Vassilieff
Chemin du Montparnasse
21 Avenue du Maine
75015 Paris
Tél. +33.(0)1.43.25.88.32
www.villavassilieff.net


Lire l'article :


Forum
Répondre à cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les gazouillis du site Lettonie-Francija






pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce



2009-2018 © Lettonie-Francija - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 4.1.4