Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

En Lettonie et en France, média participatif d’informations entre lettons et francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un des pays baltes enchanteur au nord-est de l’Europe.

La Lettonie,
prochaine cible de Poutine après l’Ukraine ?
Un scénario réaliste effrayant !

Selon Paul Roderick Gregory dans un article de Forbes paru ce 23/9/2014 : Le président russe Vladimir Poutine est plus dangereux que la menace de la faction djihadiste "Etat islamique", et peut détruire l’OTAN".

La Lettonie serait sa prochaine cible dans les pays Baltes, avec une tactique déjà utilisée en Géorgie et en Ukraine. Le plaidoyer du Président de l’Ukraine Petro Porochenko interroge : Le conflit en Ukraine est-il l’avant-garde d’une lutte mondiale pour la liberté et la démocratie ?

Article mis en ligne le 25 septembre 2014

par JB
logo imprimer

La Lettonie menacée par les "incursions" russes, peut subir le même scénario de guerre invasive russo-soviétique, déjà expérimenté par Poutine en crimée et en Ukraine.

"La menace en Ukraine est plus forte que celle de la faction djihadiste et pourrait détruire l’OTAN."

Il est rare pour un chef d’Etat étranger, d’être invité à s’exprimer devant les deux chambres du Congrès américain.

Petro Porochenko, Président de l’Ukraine, a prononcé jeudi dernier, un urgent plaidoyer pour un soutien militaire américain contre l’invasion par la Russie.

Malgré ce passionnant plaidoyer, le Président Barack Obama a collé à son refus de fournir des armes et autres engins militaires à l’Ukraine.

Le conflit en Ukraine : "avant-garde d’une lutte mondiale pour la liberté et la démocratie".

Le discours passionné du président Porochenko a suscité les ovations des deux côtés de l’allée. Prenant la parole devant une session conjointe du Congrès, le président Petro Porochenko, décrit le long conflit dans l’est de l’Ukraine comme étant à l’avant-garde d’une lutte mondiale pour la liberté et la démocratie.

"Les couvertures ne gagnent pas les guerres"

Paul Roderick Gregory interroge : "C’est comme si le discours de Petro Porochenko n’a jamais eu lieu malgré son appel mémorable au président Obama : "les couvertures ne gagnent pas les guerres". Le New York Times a relégué Petro Porochenko en pages A12. Aucune mention sur le Drudge Report, et le Wall Street Journal a placé Ukraine obtient plus d’aide et aucune arme en A6 et tourne en dérision la peur d’Obama "de vraies armes (pour l’Ukraine) vont provoquer Vladimir Poutine, comme si il a besoin d’une excuse pour l’invasion" sur son éditorial. BTW : à la Maison Blanche, pour parler de l’invasion russe de fin Août , on en parle comme d’une « incursion »."

En Ukraine ce sont plus de 3000 civils masacrés avec des soldats ukrainiens, et de plus en plus de mercenaires russes et de conscrits envahissant le sud-Ukraine. Des informations qui rivalisent difficilement avec les macabres décapitations médiatisées sur You-Tube, par les factions de l’état islamique (ISIS ou ISIL).

Le risque potentiel posé par la guerre de la Russie au Sud-Est de l’Ukraine dépasse les menaces émanant des factions djihadistes.

Peu avant le discours de Petro Porochenko, un général à la retraite, un ancien ambassadeur, et un expert du renseignement ont témoigné devant la Chambre du congrès, sur la façon de vaincre les 30.000 forces ISIS (et en croissance).

Ces mêmes experts militaires auraient des difficultés à expliquer comment, sans assistance militaire, une armée ukrainienne entravée pourrait vaincre des séparatistes russes soutenus régulièrement par les troupes russes, surtout maintenant que la Russie a montré qu’elle va envahir avec des forces régulières.

"Les sanctions font effectivement mal à la Russie, mais c’est un prix que Poutine est prêt à payer."

L’Europe et les Etats-Unis semblent être d’accord pour enraciner la faiblesse militaire de l’Ukraine. Angela Merkel a rejeté l’aide militaire de peur que l’Ukraine croie qu’une solution militaire est possible. Barack Obama a exprimé la crainte que l’aide militaire pourrait impliquer les États-Unis plus profondément dans le conflit. Ni Merkel, ni Obama, ne semblent comprendre, qu’on ne gagne pas la paix en commençant par la perdre.

Avec son interpellation "Les couvertures ne gagnent pas les guerres" , le président Petro Porochenko, a gagné toute l’attention du Congrès américain. par contre, son parallèle glacial avec la crise des missiles de Cuba a largement échappé à l’attention :
"Sans aucun doute que le système international de freins et de contrepoids a été effectivement ruiné (par les actions de la Russie). Le monde est plongé dans la pire crise de sécurité depuis le bras de fer des États-Unis (missiles de Cuba) de 1962 "

Par cette comparaison frappante, Petro Porochenko a précisé que les ambitions territoriales de Vladimir Poutine, ses intentions claires de rétablir un empire russe, et sa haine de l’OTAN, fournissent la poudrière pour rallumer des événements similaires à ceux d’Octobre 1962, lorsque les forces américaines et soviétiques s’affrontaient "viseur dans le viseur" des missiles de Cuba, au bord de la guerre nucléaire.

Dans des semaines ou des mois, nous pourrions être dans une impasse telle avec la Russie, pas dans les Caraïbes, mais dans un petit état de la mer Baltique.

"Les deux plus grandes puissances nucléaires du monde seraient-elles en mouvement vers une confrontation comme la crise des missiles, parce que la Russie atteint ou n’atteint pas ses objectifs en Ukraine du Sud-Est ? "

L’Europe et les Etats-Unis espèrent-ils vraiment que l’accord de paix conclu en affaiblissant l’Ukraine arrétera le rêve de Poutine de restaurer l’empire russe ?

Le commentateur russe Andrei Piontovsky signale que si "Poutine succède et subordonne complètement à lui-même la politique de l’Ukraine ... et d’autres blocs européen de son choix , il poursuivra sa campagne invasive. Et la prochaine cible sera les pays baltes. " S’il perd en Ukraine, il ne pourra pas se déplacer vers sa prochaine cible et son régime peut être menacé.

À ce stade, il semble que fin août, l’opération anti-terroriste de Poutine de l’invasion du sud-est de l’Ukraine se soit terminée avec succès : les forces de l’Ukraine ont été dévastées . L’armée de l’Ukraine et la garde nationale ont replié en arrière, dans l’espoir de se regrouper. Poutine est proche de son objectif d’un sud-est Ukrainien autonome à travers lequel il peut manipuler l’ensemble de l’Ukraine, et il n’a pas encore payé ce qu’il considère comme le prix réel.

"En ce qui concerne Poutine, le jeu est presque terminé. Soyons prêts pour le prochain match".

Déjà en mars 2014, Madame Vaira Vike Freiberga, ex-Présidente de la Lettonie, qui a rencontré Poutine à plusieurs reprises au cours de ses deux mandats entre 1999 et 2007, déclarait que l’ancien agent du KGB qu’est Poutine et la Russie "pousseront aussi loin que possible, et tant qu’ils n’auront pas de résistance ils pousseront encore plus loin."

Andrey Piontkovsky, analyste scientifique et écrivain politique russe , critique virulent de Poutine, fait valoir que l’adhésion à l’OTAN des pays baltes n’empêchera pas le retour de Poutine. Au contraire, cela va l’inciter. "Des guerres hybrides comme en Ukraine - contre l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie - remettraient en question l’ensemble de l’alliance OTAN et donneraient à Poutine une énorme victoire." Poutine voit le grand prix à portée de main : la destruction de facto de son plus grand ennemi , l’OTAN - l’organisation même qui a détruit l’URSS et encerclé la Russie. Les risques d’une telle aventure seraient élevés, mais les récompenses seraient astronomiques.

Mais attendez, car les sceptiques affirment : Poutine comprend sûrement qu’une attaque contre un Etat Baltique déclenchera la clause de l’article 5 de défense mutuelle de l’OTAN. L’engagement à Tallinn le 3 Septembre du Président des États-Unis sur "l’article Cinq" n’est-il pas limpide ? "Une attaque contre un est une attaque contre tous ... Donc, si, dans un tel moment, vous vous demandez à nouveau qui viendra vous aider, vous connaissez la réponse : l’alliance de l’OTAN, y compris les forces armées des États-Unis d’Amérique , ici, présente, maintenant ".

Poutine n’oserait pas, disent les sceptiques. Obama a fixé une ligne rouge, et cette fois il l’a signifié.

Pas si vite ! Nous avons pensé que Poutine n’oserait pas envahir et annexer la Crimée et malgré l’ordre de repartir, il l’a fait. Nous avons pensé qu’il n’utilisait pas ses troupes régulières dans le sud l’Ukraine, mais il a fait. Et dans tous les cas, il s’en est tiré presque indemne. Poutine répond même : J’ai été là et fait cela en Ukraine. Je peux aller dans les pays Baltes. Je sais comment le faire.

Il y a du vrai dans ce qu’il dit.La Russie a six ans d’expérience dans les guerres et combats hybrides, et aucun n’a échoué.

On était contre la Géorgie, un membre de l’OTAN de Partenariat pour la paix . Poutine a annexé les parties de la Géorgie et l’OTAN a fait peu ou rien.

Comme écrit Thomas Lifson, penseur américain : « Nous sommes maintenant dans un territoire très dangereux . La Russie sera encouragée à intensifier ses provocations, en ayant vu que les menaces d’Obama sont vides ... Le risque est qu’ayant montré qu’il peut être victime d’intimidation, Obama va répondre trop tard .... mettant ainsi hors Armageddon. "

Le scénario de Poutine pour destruire l’OTAN : un nouveau type de guerre qui commençerait par un des trois états baltes.

Nous pouvons déjà décrire le scénario de Poutine pour destruire l’OTAN par ce nouveau type de guerre. Un plan qu’il a déjà perfectionné en Géorgie, en Moldavie et en Ukraine.

Le scénario est commencé dans les Etats baltes.

La Russie a déjà lancé une provocation en Estonie, mais c’est probablement une diversion. [1]. La Lettonie, un pays de deux millions d’habitants, est la première cible probable avec un quart de Russe, 150.000 qui ne sont pas citoyens lettons.

Première étape : la propagande par des médias soumis ou amis

La première étape de la guerre hybride de la Russie est déjà faite sous la forme d’ enquêtes secrètes des russes ethniques de Lettonie. Le bras de la propagande de Poutine - la télévision russe - martèle déjà à longueur d’antenne la discrimination de la Lettonie contre ses russes. Alors que les préparatifs contre la Lettonie s’accélèrent, la télévision russe et ses multiples canaux , qui sont la principale source d’information de la plupart des russes de Lettonie, mettront de plus en plus en vedette des histoires sordides d’assassinats, de torture et de viol de russes en Lettonie par les nationalistes et néo-nazis soutenus par l’état. "criminel de la Lettonie".

Les agents du renseignement militaire russe (GRU) et le FSB (successeur du KGB) vont infiltrer la Lettonie avec des mercenaires, armés avec de l’argent et des listes de sympathisants potentiels.

Des émeutes seront organisées dans les petites villes de l’Est avec une forte proportion de Russes. Les manifestants / occupants arboreront pancartes exigeant l’égalité des droits et le statut autonome. Des foules armées accableront la police locale et occuperont les bâtiments municipaux. Les occupants proclameront ensuite une République des peuples libres de Lettonie. Ils entoureront leurs immeubles occupés avec des barbelés, des pneus enflammés, en transportant des voyous armés avec des AK47 .

Cela se déroule déjà en partie : [2]

L’armée russe va commencer des manœuvres "longues et régulières" sur la frontière avec la Lettonie. ( Le nombre d’ incursions d’avions russes au dessus des territoires de l’Estonie et de la Lettonie augmente actuellement de jours en jours.)

Le Kremlin peut admettre que des « volontaires » de Russie ont traversé la frontière, mais le peuple russe est libre d’aider ses frères russes à l’étranger, et le Kremlin n’a rien à voir avec cela. La Russie ne veut que la paix à ses frontières. Le gouvernement letton fournira des protestations indignées au Kremlin qui clamera son innocence, alors que ses troupes font des feintes à la frontière.

Les forces lettones, lituaniennes, estoniennes et communes feront leur chemin pour éliminer les nouveaux « maires » autoproclamés et « gouverneurs » des bâtiments et des villes occupées.
Des tirs seront échangés entre les forces de la Baltique et de la République autoproclamée du peuple libre de la Lettonie.
Les pertes s’alourdissent.
La Lettonie déclare qu’elle a été attaquée par la Russie et invoque l’article 5.
La Russie proteste de son innocence envers l’OTAN et craint que la guerre civile a éclaté sur ses frontières. Elle pourrait être contrainte, toutefois, d’intervenir si d’autres Russes sont à risque, et la Russie aura pas d’armes sur la table.

La Russie et les Etats-Unis à nouveau s’observent d’œil à œil. Nous ne savons pas, pour reprendre l’expression de Dean Rusk, lequel clignera le premier.

Que feront l’OTAN et les Etats-Unis à ce moment ? La réponse est loin d’être claire.

Les ondes, la presse et la blogosphère auront déjà été saturées avec des avertissements terribles de Troisième Guerre mondiale. Poutine a déjà enregistré le disque qu’il peut gagner la guerre avec l’OTAN par le biais d’ armes nucléaires tactiques.

Les apologistes de Poutine en Allemagne, en France, en Italie et aux États-Unis vont se demander : Sommes-nous vraiment prêts à mourir pour la Lettonie ou l’Estonie ?

À ce stade, Poutine se montrera lui-même très bienveillant comme un faiseur de paix. Certes, il peut travailler sur quelque faits observés : L’agitation lettone ne sera rien de plus que celle d’un référendum en Ecosse qui a mal tourné.

Pourquoi devrions-nous tourner le monde à l’envers juste à cause d’une guerre civile dans un petit pays insignifiant que si peu de gens peuvent localiser sur la carte ?

Lors d’une réunion d’urgence de l’OTAN à Bruxelles, les Etats baltes font leur plaidoyer en faveur de l’article 5. L’OTAN décide d’attendre et de voir.
Tout va peut-être aller très bien avec quelques économes sanctions.

De plus en plus de mercenaires et d’équipements traversent la frontière pour défendre gratuitement la république populaire de Lettonie. La Lettonie s’enfonce dans un conflit gelé, dont la fin n’est pas visible. Les troupes russes restent en équilibre sur la frontière.

Poutine a appelé le bluff de l’OTAN, et le monde a vu que l’OTAN est une coquille vide. Il n’y a plus d’OTAN.

Poutine est le roi sur son perchoir.
C’est lui qui décide qui sera épargné et qui sera puni.

Les factions djihadistes de l’etat islamique et Poutine enseignent la même leçon. Si l’Occident veut gagner, il doit résister avant qu’il ne soit trop tard.

Cela aurait été facile de vaincre les factions djihadistes quand elles n’étaient qu’une force hétéroclite de quelques milliers.

Cela aurait été facile d’arrêter Poutine si l’Occident avait déménagé des destroyers, des transporteurs et des troupes de l’OTAN en Pologne ou à Kiev en premier contre l’annexion de la la Crimée.

Paul Roderick Gregory affirme : "L’ attaque non conventionnelle de Poutine sur l’Ukraine au sud-est aurait été arrêtée par des sanctions massives avant les méfaits (et non après), en écartant avec un franc-parler les protestations d’innocence de la Russie, et en fournissant à l’Ukraine une réelle aide militaire."

"Il est déjà trop tard pour faire ce que nous aurions dû faire, mais envisagez rapidement le scénario décrit ci-dessus, très vite, car il pourrait vraiment être trop tard !"

Chamberlain, Daladier, Hitler, Mussolini et Galeazzo Ciano sur le point de signer les accords de Munich.

Pour le magazine Forbes : "l’ Ukraine se bat elle-même avec très peu ou pas d’aide de ses alliés ineptes. Ceux qui se tiennent à côté de la ligne des victimes comprennent l’urgence de la situation. D’autres ne le font pas.

La remarque d’Obama lors d’une levée de fonds récente est précise : "Sur le plan géopolitique ... ce qui se passe en Ukraine ne constitue pas une menace pour nous." ". Suite à cette remarque, Paul Roderick Gregory termine son article en référence à l’histoire des accords de Munich de 1938, quand les états d’Europe de l’Ouest pactisaient avec Hitler : "Cette remarque peut entrer dans l’histoire avec "la paix pour notre temps" de la déclaration de Chamberlain .

Pendant combien de temps, nos dirigeants européens, plus préoccupés de vendre leurs armes, pactiseront-ils encore avec Poutine ?





Sources, autres liens et lectures


Forum
Répondre à cet article
Aborder la crise en Ukraine d’une autre façon
Denis Roy - le 4 octobre 2014

Le texte suivant aborde la question de la crise en Ukraine sur une base plus historique. Par contre, il est intéressant de voir que les conclusions sont vraiment alignées.

http://bouteillesalamer.com/www.bouteillesalamer.com/Blogue/Entrees/2014/9/28_Nous_sommes_linstrument_de_lhistoire.html



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS

2009-2017 © Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.52