Lettonie-Francija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija. Média participatif d’informations entre lettons & francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un pays balte enchanteur centenaire au nord-est de l’Europe.

26è Festival National chant choral letton & XVI Festival de danse à Riga : Billets en vente dès le 3 mars 2018

Dès le 3 mars 2018, les billets de la vingtaine d’événements payants seront commercialisés dans les 50 billetteries SIA Biļešu Paradīze de toute la Lettonie et sur la boutique en ligne bilesuparadize.lv pour la 26è Fête Nationale de la Chanson lettone et XVI Festival de danse - #LV100 - Parmi les 63 événements au programme les deux-tiers sont d’accès gratuits. Inscrivez-votre adresse email pour recevoir personnellement les informations au fur & à mesure

Nouvelles au 7 janvier 2018.
AFP - 19/02/2012
Les électeurs lettons rejettent le russe comme deuxième langue officielle - afp19/02/2012
Référendum

Les électeurs lettons ont massivement rejeté samedi 18/02/2012 par référendum une proposition visant à faire du russe la deuxième langue officielle. Un tiers des 2 millions d’habitants de cette république balte est constitué de russophones.

Article mis en ligne le 19 février 2012
dernière modification le 18 juillet 2012

par JB
logo imprimer

Extrait d’un reportage d’ Euronews paru le 01-11-2011 euronews.com

En Lettonie, la question de la langue officielle revient sur le devant de la scène. C’est le letton actuellement, mais les russophones, ils sont 40% dans le pays, veulent que le russe soit la deuxième langue officielle. Une campagne est lancée par les russophones pour récolter des signatures, il en faut presque 155 000 avant le 30 novembre, pour que le parlement examine la question. ... http://fr.euronews.net/


Lettonie : le russe, seconde langue officielle ? par euronews-fr

Le 18 février 2012 Les Lettons sont appelés à se prononcer par référendum sur l’opportunité de faire du russe la seconde langue officielle de l’État. Un espoir pour la minorité russophone de cette ancienne république soviétique qui espère ainsi mettre un terme à une forme de discrimination. Mais les sondages leur donnent peu de chances de victoire.


Lettonie : Le russe doit-il devenir la seconde... par euronews-fr

Samedi 18 février 2012 Les électeurs lettons ont massivement rejeté par référendum une proposition visant à faire du russe la deuxième langue officielle. Un tiers des 2 millions d’habitants de cette république balte est constitué de russophones.

D’après France 24 citant l’ AFP -
http://www.france24.com/fr/20120219-referendum-russe-large-victoire-non-lettonie-langue-minorite-riga-democratie-rejet-participation-
Les Lettons ont massivement rejeté samedi la possibilité d’instaurer le russe comme deuxième langue officielle de leur pays lors d’un référendum national reflétant le malaise de la minorité russophone de cette ex-république soviétique.

Selon les résultats publiés par la commission électorale et portant sur 95% des bureaux de vote, 74,62% des électeurs se sont prononcés contre l’instauration du russe comme deuxième langue officielle, seuls 25,06% d’électeurs ayant voté pour.

Les partisans du "oui" souhaitaient mettre fin à ce qu’ils considèrent comme une discrimination à l’égard des russophones.

Composée essentiellement d’anciens immigrés russes de l’époque soviétique, la minorité russophone représente environ un tiers des 2 millions d’habitants de ce pays balte.

Signe révélateur de l’importance que les Lettons ont attaché à ce référendum, le taux de participation a été très élevé (69,23%).

"C’est une question d’identité nationale, ce qui explique pourquoi la plupart des gens n’ont pas considéré ce référendum comme un simple jeu politique, et ont participé aussi massivement", a déclaré à l’AFP Ivars Ijabs, analyste politique à l’Université de Lettonie.

La participation a été particulièrement élevée dans la capitale Riga (77%) et dans les régions de Vidzeme (nord, 72%) et de Kurzeme (ouest, 70%) considérées comme des bastions du sentiment national.

Pendant la campagne, les partisans du "non" ont rappelé que des milliers de Lettons de souche avaient été envoyés par les Soviétiques dans des camps en Sibérie et que la langue russe avait été imposée dans la vie publique pendant que le pays était dominé par Moscou pendant cinq décennies.

La consultation nationale a été organisée à la suite d’une pétition du mouvement pro-russe "Langue natale", signée par 10% des électeurs.

"Notre principal objectif était d’amorcer le dialogue et ce dialogue vient de commencer", a déclaré à la télévision publique LTV1 le leader de ce mouvement, Vladimirs Lindermans, après la publication des résultats partiels.

"Cela a parfois été plutôt émotionnel et hystérique, mais même l’hystérie est mieux que le silence des 20 dernières années", a-t-il souligné.

La Lettonie a repris son indépendance de Moscou en 1991, à l’issue de 50 ans de domination soviétique, et a rejoint en 2004 l’Union européenne et l’OTAN.

Après l’indépendance, les immigrants russes qui s’étaient installés dans le pays ont dû demander la nationalité lettone en se soumettant à un test de langue pour ne pas devenir apatrides.

Pour Alekseï Vessoli, ancienne vedette lettone du patinage d’origine russe qui a représenté la Lettonie au niveau international, voter "oui" a été un signal en direction du pouvoir.

"J’ai voté pour, en espérant que le gouvernement s’aperçoive que beaucoup de gens se sentent abandonnés, et pour dire que le russe n’est pas une langue étrangère en Lettonie", a-t-il déclaré à l’AFP.

Lors des élections législatives de septembre, un parti d’opposition pro-russe, le Centre de l’Harmonie a remporté un succès historique avec près d’un tiers des sièges au Parlement.

Soutenu par la minorité russophone, ce parti n’a cependant pu s’insérer dans la coalition gouvernementale, car il pâtit d’une piètre opinion auprès des autres formations politiques, notamment à cause de son accord de coopération avec le parti Russie Unie du Premier ministre russe Vladimir Poutine.

"Ce référendum, ce n’est pas la fin, ce n’est qu’un début... Bien sûr, nous allons respecter la loi, mais nous allons entreprendre d’autres actions", a prévenu M. Lindermans.

Source france 24 d’après AFP :
http://www.france24.com/fr/20120219-referendum-russe-large-victoire-non-lettonie-langue-minorite-riga-democratie-rejet-participation-

Extrait d’un reportage d’ Euronews paru le 19-02-2012 euronews.com
Moscou : le "non" des Lettons ne "reflète pas la réalité"


Moscou : le "non" des Lettons ne "reflète pas la... par euronews-fr

La victoire du non au référendum en Lettonie "ne reflète pas la réalité". Réaction de Moscou après que trois Lettons sur quatre ont voté contre l’instauration du russe comme deuxième langue nationale. La diplomatie russe estime que ce résultat est entaché par la privation de droit de vote de 300 000 russophones du pays considérés comme apatrides.

.


Forum
Répondre à cet article

Les gazouillis du site Lettonie-Francija






pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce



2009-2018 © Lettonie-Francija - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 4.0.22