Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

En Lettonie et en France, média participatif d’informations entre lettons et francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un des pays baltes enchanteur au nord-est de l’Europe.

"Palais de Lumière - Gaismas Pils" par Jāzeps Vītols & Auseklis
Chanson Centenaire de Lettonie - #LV100

Cette chanson chorale emblématique en Lettonie, très connue par les lettons, composée par Jāzeps Vītols et Auseklis figure presque toujours au répertoire de la Fête Nationale des Chants & des Danses. Elle fut mise officiellement 17 fois au programme du Concert Final de célébration du Chant. Au cours de la période soviétique, censurée dans quatre festivals, la chanson a été remplacée par d’autres chansons de Jāzeps Vītols. Le Palais de Lumière, est aussi le nom choisi pour la Bibliothèque Nationale de Lettonie. Voici comment cette chanson a traversé le siècle et les occupations successives ...

Article mis en ligne le 1er août 2017

par BD
logo imprimer

’’Le Palais de Lumière" - Gaismas pils - Castle of Light

Voici une Chanson pour choeur mixte, incontournable dans le répertoire des chants du Festival National de la Chanson, composée par Jāzeps Vītols (1863-1948), un des pionniers de la musique classique lettone [1] et écrite par Auseklis.

La chanson a été composée le 21 Juin 1899, datée par le grand musicien letton Jāzeps Vītols lui-même, à une époque où Vītols était en vacances et rendait visite à son frère Ansis, médecin à Zarečije, Province de Pskov, ( Pskov est une ville de Russie à l’est de l’Estonie et de la Lettonie. la capitale administrative de l’oblast de Pskov. Sa population s’élève à 208 145 habitants en 2016 . ) Jāzeps et Ansis ont été élevés dans une famille germanophone. Après avoir étudié la musique à Saint-Pétersbourg, Jāzeps s’installa dans ce qui était alors la capitale impériale et devint l’un des professeurs les plus respectés au Conservatoire de renom. En plus d’être éducateur, Vītols était aussi critique de musique et chef d’orchestre.

Jāzeps Vītols se plaignait fréquemment de la rareté des paroles en Letton dans ses lettres, mais la « beauté épique » des textes d’ Auseklis, inspirait le compositeur au point qu’il considérait les deux volumes du travail du poète, ses œuvres les plus précieuses, comme un « objet de jalousie ».

Les paroles sont prises du poème "Légende de rue" du poète rebelle letton Auseklis, (1850-1879) [2] de son vrai nom Miķelis Krogzemis (ancienne orthographe : Krogsemju Mikus) premier porte parole des idées d’éveil national letton. Auseklis était écrivain satirique, éducateur, éditeur, publiciste ...


Gaismas Pils
Chanson lettone centenaire par Jāzeps Vītols & Auseklis, interprétée par le Grand Chœur sous la direction du Chef Haralds Mednis, lors du Concert Final de la Fête Nationale des Chants. (Archives LR3)

"Gaismas Pils" fut interprétée la première fois dans l’été 1900, chantée par le chœur de la Société de chant letton de Riga, présidée par Jakob Ozols, mais elle apparut pour la première fois dans le répertoire d’un Festival de la Chanson en 1910, avec comme chef d’orchestre son auteur.

Avec les contemporains de l’histoire, à ce moment-là « Palais de Lumière » a déjà été répétée plusieurs fois. Soit dit en passant, au répertoire du festival se trouvaient huit chansons de Jāzeps VITOLS, raconte Dzintars Gilba, historien expert de la musique et de littérature au Musée letton des arts et de la musique, qui a bien étudié l’histoire de « Gaismas Pils - Château de la Lumière » :

« Depuis lors, « Gaismas Pils - Palais de Lumière » figure dans la quasi-totalité des répertoires des Festivals Nationaux de la chanson, et d’ici 2018, officiellement le chant a été chanté dans 17 festivals - soit presque’à chaque célébration du temps de la Lettonie. Au cours de la période soviétique, dans quatre festivals, la chanson fut remplacée par d’autres chants de Jāzeps Vītols  : ce fut « Chanteur Beverīnas - Beverīnas dziedonis », „Karaļmeita" et « Upe un cilvēka dzīve - La rivière et la vie humaine. »


Une chanson pour chœur mixte, rapide et dynamique avec de puissants contrastes et fluctuations,

La composition se compose de trois parties (une partie centrale contrastée suivie d’une reprise) et un coda. En travaillant le principe d’éviter la division du groupe de base du chœur en plusieurs voix, le « Palais de Lumière » est soutenu à quatre voix.

Le ton principal est mineur. Jēkabs Graudiņš a noté avec perspicacité que la plupart des grands travaux de Vītols étaient composés avec une clé mineure. Cependant, la touche mineure de Vītols n’est pas larmoyante ; Comme la clé mineure des chansons folkloriques lettones, c’est maniable et héroïque. Nikolai Rimsky-Korsakov, professeur de Vītols, a observé avec intérêt que la musique de Vītols ne ressemble ni à la musique russe ni à la musique allemande. Le critique de musique estimé Jēkabs Poruks va un peu plus loin : "Malgré les longues années qu’il a passées en Russie et le manque de signifiant ethnographique dans sa musique, le caractère national de sa musique nécessite peu d’explication. [...] Il suffit de considérer "Beverīnas Dziedonis", "Karaļmeita" et "Gaismas Pils" pour voir que Auseklis, Rainis et Vītols sont les étapes d’un seul voyage".

L’historien de la musique Valentīns Bērzkalns après le 5ème anniversaire de son livre "Histoire du Festival de la chanson" a commenté comme suit "Gaismas pilis" :

" En outre, dans "Château de Lumière", on ne peut nier la relation avec les grands maîtres.
Ce n’est pas pour rien qu’elle est appelée : "La Chanson Classique" de Vītols. Le compositeur s’éloigne du flot de toutes les émotions. Ce qui est indiqué par le fait que la chanson n’a utilisé que le tempo et des signes dynamiques, en évitant les mots des signes d’expression pratique. Et pourtant, la dynamique de la chanson est très rapide avec de puissants contrastes et fluctuations, ce qui se passe déjà avec le premier tour."

"Par ailleurs, « Château de Lumière » est un chant choral caractéristique : L’harmonie de la chanson est maintenue tout au long des quatre volets, avec une portée mélodique des voix individuelles, rythmée et très large - presque jusqu’à deux octaves - pour que chaque voix apparaisse tourbillonner à des endroits précis."

Gaismas Pils, chanson bissée ! Réclamée, et chantée 3 fois lors du Festival des chants en 1980

En 1980, lorsque le festival de la chanson a été visité par Annija Vītols, âgée de 90 ans, veuve du compositeur Jāzeps Vitols de New York. La chorale l’a accueillie avec des ovations, en mémoire de son époux Jāzeps et de la période de la Lettonie libre d’avant 1940. Le chœur chantait habituellement deux fois "The Castle of Light". Mais cette fois-là, le chœur a rappelé Annija Vītols ... et "Gaismas Pils" a re-sonné pour la troisième fois ", explique Gilba. Ce fait est cité dans le journal américain-letton "Laiks" :

Pour diriger cette chanson, devant le Grand Chœur ont pris place dix chefs - parmi lesquels Jāzeps Vītols lui-même, Pauls Jozuus, Teodors Kalniņš, Leonīds Vīgners, Jēkabs Mediņš, Haralds Mednis, Ausma Derkēvica, Imants Kokars un Sigvards Kļava,” dit Dzintars Gilbis

Parmi les grands chefs, Harald Mednis est celui qui fut le plus lié à "Castle of Light". L’historien de la musique Dzintars Gilba dit que cette chanson a été un tournant dans la carrière de Haralds Mednis en tant que chef de Chœur. C’est avec cette chanson "Château de la Lumière" et son Chœur Lazdonas, qu’il a gagné en 1938, le concours de chant dans le groupe des chorales rurales, interprétant l’une des chansons obligatoires.


Harald Mednis a eu une grande audace de diriger une chanson interdite !

L’ histoire légendaire se passe en 1985 au festival de la chanson. Il n’y avait pas de « Château de lumière » , la chanson était "censurée" du programme, et Harald Mednis, détesté par les autorités soviétiques, a été mis à l’écart et ne figurait pas sur la liste des chefs de chœurs du Festival. Le chef de chorale se trouvait dans le public. "Sachant cela, après le programme officiel prévu du Festival des Chants, le Chœur et les spectateurs ont scandé "Gaismas Pils"et "Mednis". Les autorités soviétiques ont été forcées de s’incliner.

1985 : Gaismas Pils, une chanson qui a fait plier les soviétiques

Regardez bien, nous sommes en 1985 sous le régime soviétique. Il doit être environ une heure du matin. Le programme du Concert Final du Festival des Chants est arrivé à la fin. Il pleut. Les parapluies et les imperméables de poche sont sortis, et tout le monde chante sous la pluie ! Plusieurs dizaines de milliers de choristes et les spectateurs crient et "dansent" en appelant "Gaismas Pils"et "Mednis". On a amené Harald sur le podium. C’était un événement inoubliable pour beaucoup" que l’on peut revoir dans ce reportage de la télévision de Lettonie de juillet 1985 . « À l’époque, pour la première fois "Château de Lumière" a joué un grand rôle dans sa vie ».











Ci dessous les paroles de la chanson "Gaismas Pils"

’’Le Palais de Lumière" (Gaismas pils / The Castle of Light)
Kurzemīte, Dievzemīte,
Brīvas tautas auklētāj’ !
Kur palika sirmie dievi,
Brīvas tautas dēliņi ?
Peuple du Kurzeme, peuple de Dieu,
des nations libres auklētāj !
Où séjournent les dieux gris
Délinquance des nations libres ?
Tie līgoja vecos laikos
Gaismas kalna galotnē.
Visapkārt egļu meži,
Vidū gaiša tautas pils.
Ils étaient dans la vieillesse
Eclairés vers la fin.
Autour des forêts d’épinettes,
Au milieu du château folklorique
Asiņainas dienas ausa
Tēvuzemes ielejās,
Vergu valgā tauta nāca,
Nāvē krita varoņi.
Journée de miel sanglant
Vallée de la patrie
Des gens sont venus dans la vallée
Les morts sont tombés en héros
Ātri grima, ātri zuda
Gaismas kalna staltā pils, -
Tur guļ mūsu tēvu dievi,
Tautas gara greznumi.
Coule rapidement, sèche rapidement
Montagne du Palais de Lumière
Les dieux de nos pères sont là
Gloire à l’esprit du peuple
Sirmajami ozolami
Pēdīgajo ziedu dod :
as slēpj svētu piles vārdu
Dziļās siržu rētiņās.
Sirmajami en chêne
La dernière fleur est donnée
Cache le Saint nom du palais
Dans les profondeurs des coeurs .
Ja kas vārdu uzminētu,
Augšām celtos vecā pils,
Tālu laistu tautas slavu,
Gaismas starus margodam’ !
Si l’on devinait le mot
du château supérieur, ce vieux château
Loin de la renommée populaire
Des rayons lumineux pour le markodam !
Zilā gaisā plivinātos
Sarkanbaltie karogi ;
Kurga laukā atskanētu
Sirmo garu dainojums.
Bleu dans l’air
Drapeaux rouge-blanc ;
Champ de jeu Gourmet
Le son d’une silhouette.
Tautas dēli uzminēja
Sen aizmirstu svētumu :
Gaismu sauca, - gaisma ausa !
Augšām cēlās Gaismas pils !
Les fils du peuple devinent
La sainteté depuis longtemps oubliée :
La lumière crie - la lumière se fit !
Éclaire la route vers le Palais !

Notre traduction des paroles est imparfaite. Merci de vos améliorations donnant sens à la chanson de l’artiste Jāzeps Vītols. C’est parfois difficile de bien transcrire les multiples sens d’une poésie rebelle. Qu’en dites-vous ?
Cet article vous a plu ?
Tous vos avis et message nous font plaisir



Ici la chanson est interprétée sous la direction du chef d’Orchestre et de Choeur Imants Kokars. Un extraordinaire musicien fort apprécié, qui avait 87 ans en 2008. Imants Kokars, est aujourdhui dans son palais de lumière à faire chanter les anges. Chef de choeur remarquable, il dirige le grand choeur, sous les regards attentifs de son frère jumeau, et des spectateurs. Un autre moment passionnant !

Quelques liens, notes et sources :


Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS

2009-2017 © Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.37