Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

En Lettonie et en France, média participatif d’informations entre lettons et francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un des pays baltes enchanteur au nord-est de l’Europe.

Pauvreté cachée en Lettonie :
la vie avec "La grâce de Dieu et la bonté humaine"

Les enfants seraient-ils condamnés à avoir faim en Lettonie, dans une famille monoparentale ? En 2011, le revenu mensuel de 100.000 lettons était inférieur à 45 lats (64 €). Avec le point de vue de Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie.

Article mis en ligne le 23 octobre 2012
dernière modification le 13 août 2014

par BD
logo imprimer

(Traduction de l’article de Kristīne Rizga, paru dans Re:Baltica et sur TVNET Photographies de Kaspars Goba 21/10/2012)

Lorsque Zane Valdmane, sa fille Madi de deux ans sur la main, a ouvert la porte de l’appartement, le manque chronique d’argent de la famille, n’apparait pas à première vue. A 36 ans, Zane, une silhouette athlétique, de beau yeux verts et le visage soigné avec des rides souriantes aux coins de sa bouche, respire la santé et la joie de vivre. Le petit appartement de deux chambres à Saldus , où Zane vit avec sa fille et son fils Arthur, 13 ans, respire les bougies, la paix, l’ordre et la lumière.

Mais si vous parlez de l’étroite petite table de cuisine, l’image idyllique de la famille diminue lentement. L’évier de cuisine porte les brosse à dents, car l’appartement ne dispose ni de toilettes, ni de douches. Zane et Madi se baignent dans une petite cuvette en cuisine, Arthur profite des douches de la salle de sport. La cuisine est un réfrigérateur, car Zane n’a pas d’argent et n’arrive pas non plus à payer pour l’électricité. Il n’existe pas de machine à laver. Les murs de la cuisine sont décorés avec trois rouleaux différents de papier peint, acquis par Zane grâce à des dons de l’église.

Un cinquième de la population lettone risque la pauvreté

En tant que mère célibataire, Zane fait partie du plus grand groupe de Lettons subissant la pauvreté. Dans l’ensemble, 425 000 personnes, soit environ un cinquième de la population lettone risque la pauvreté. Cela signifie que le revenu du ménage est d’environ 150 lats (215 €) par mois ou moins, et ces foyers n’ont souvent pas assez d’argent pour le loyer, le chauffage, la nourriture, parfois pas d’eau pour la toilette, le téléphone ou la télévision.

L’année dernière, 100.000 résidents lettons avaient un revenu mensuel inférieur à 45 lats (64 €) par mois.

La plus grande joie de Zane et l’orgueil de sa vie - ses enfants - se sont révélés être son plus grand défi. Pour Zane et toutes les mères célibataires Lettones à faible revenu, il est de plus en plus difficile d’élever des enfants que dans n’importe quel autre pays européen.

Photo : Kaspars Goba

En grande partie parce les programmes lettons d’avantages sociaux qui ciblent spécifiquement les pauvres, par rapport à d’autres pays de l’UE, ne dépensent que la plus petite partie du produit . La Banque mondiale (BM) indique que le système politique letton soutient très généreusement les familles riches avec des enfants s’ils ont un revenu plus élevé, mais investit moins de ressources pour des enfants comme Madi et Arthur, qui vivent dans les familles pauvres et monoparentales.

Comme dans d’autres pays, le budget d’aide sociale des municipalités augmente lors des années de crise, mais la protection sociale lettone et les prestations sont diminuées et bien inférieures à la grande majorité des pays de l’UE. En 2009, le Fonds monétaire international (FMI) estimait la Lettonie avoir la plus forte baisse du PIB dans le monde, seules la Bulgarie et la Roumanie ont investi moins de protection sociale que la Lettonie. Comparativement à l’époque - l’Estonie a contribué pour environ 40% de plus, et la Lituanie pour 33% de plus qu’en Lettonie.

Zane touche actuellement un revenu mensuel beaucoup plus élevé que ces deux dernières années, depuis qu’elle a obtenu du père d’Arthur une pension en faveur des enfants.

Avec la pension alimentaire son revenu mensuel est de 161 lats (231 €).
Soit 70 lats (100 €) d’allocation pour les chômeurs, principalement financés par les fonds communautaires, 8 LVL (11,50 €) d’allocations familiales nationales pour chaque enfant, et 75 lats (107 €) de pension alimentaire ce mois-ci, or presque tous les mois elle est payée en retard et a dû être récupérée avec l’assistance de l’huissier de justice .

Zane paye son petit appartement de deux pièces 60 lats (86 €) par mois. Il faut ajouter 20 lats (29 €) pour le bois de chauffage et les services publics. Les 81 lats (116 €) restants, il reste à Zane une moyenne de 2,60 lats (3,73 €) par jour insuffisants pour nourrir ses enfants et elle-même. Depuis deux ans, il manque d’argent pour les fournitures scolaires, les vêtements, les visites chez le dentiste, les voyages scolaires d’Arthur, ...

Comment Zane survit-elle ?

"En partie avec mon imagination. En partie - avec la grâce de Dieu et la bonté humaine. Notre église allemande envoie quelque chose à la famille. Des amis de la Croix-Rouge m’appellent et me demandent de leur traduire des documents pour la délégation suédoise. Les suédois me donnent quelque chose."
Au moins trois fois par mois, Zane emprunte cinq lats (7,18 €) à une variété d’amis.
"Là, je n’ai plus de complexe. Comment puis-je survivre ? Et ainsi de mois en mois.
Chaque mois, vous ne savez pas comment mendier de nouveau
"

On ne peut pas condamner les enfants à avoir faim et mendier de l’argent !

"Arthur tolère cette situation très lourde. Il supporte pour moi, pas pour le monde ou le père, mais juste pour moi. Cela créé un stress important, une blessure", ajoute Zane d’une voix plus calme, ponctuée des rires joyeux de Madi.

Mais ce n’est rien, dit Zane, parce qu’elle vit beaucoup mieux à Saldus que d’autres mères célibataires. "Si vous êtes au chômage ou suivez le programme simtlatnieku, c’est déjà considéré comme un luxe pour nous ", dit Zane. La majorité des mères ayant des enfants scolarisés, connaissent le service de baby social organisé, comme Zane, elles reçoivent aussi la même bourse d’études formation, mais ne reçoivent pas de pension alimentaire. "Comment survivent-elles, je ne sais pas », a expliqué Zane, L’État empêche de recevoir ces bourses d’études, de travail ou de formation.

Les dons en plus, n’étaient pas nécessaires avant 2009. Lorsque Zane est devenue enceinte de Madi, elle a toujours travaillé, payé des impôts et gagnait assez.
"Nous ne pourrons jamais vivre dans le luxe, mais les dons n’étaient pas nécessaires", a déclaré Zane.
En1990, Zane était étoile Lettone de l’équipe féminine de hockey sur glace. Quelque temps après avoir joué elle a vécu en Suisse et en Allemagne. Après son retour en Lettonie l’année 2000, Zane a fait irruption dans le journalisme et travaillé comme reporter pour la radio régionale. Au début de 2008 Zane s’efforçait toujours de guider le club de patinage et de danse.
"Cette année, nous sommes allés mieux que jamais. J’ai gagné environ 400 lats (569 €) par mois. Suffisant pour manger trois fois par jour, payer le loyer, les groupes de loisirs d’Arthur, le dentiste et les randonnées scolaires. Une fois par an, nous pourrions randonner dans les pays baltes."

Les années précédant la crise, Zane faisait plus que tout autre letton.

Le Ministère des affaires sociales (LM) montre qu’en Lettonie depuis plusieurs années vistreknākajos le nombre de personnes qui se trouvaient en dessous du seuil de pauvreté a augmenté. Cela s’est produit malgré le revenu total produit par la croissance des bulles immobilières et le chômage réduit. Entre 2004 et 2008. Le taux de risque de pauvreté en Lettonie a augmenté de 19% à 26% et a été l’un des plus élevés de l’Union Européenne (UE). Ce qui signifie que la croissance des revenus est inégale. Le coefficient de Gini, qui mesure les inégalités de revenus dans la société, est en Lettonie le plus élevé de l’Union Européenne.

L’inégalité est néfaste pour l’économie et la démocratie

Après la crise mondiale, les économistes sont de plus en plus d’accord pour dire que l’inégalité des revenus est nuisible à la fois à l’économie et à la démocratie. Les scientifiques Britanniques Ričards Vilkinsons et Keita Piketa, (les preuves en francais) comparant les pays développés par leurs inégalités de revenu ont trouvé des coïncidences étonnantes :
Plus les inégalités sont grandes, plus augmente le nombre de meurtres, de prisonniers, de maladies mentales, y compris l’alcoolisme, l’abus des drogues, la mortalité, la faible mobilité sociale et le manque de confiance envers le gouvernement.
Des études ont également révélé que les pays où les inégalités de revenus sont élevées, ces facteurs ont un impact négatif sur l’ensemble des personnes - aussi bien les pauvres que les riches.

Les inégalités de revenu et la pauvreté sont souvent présentées comme une conséquence inévitable du capitalisme, mais les deux phénomènes sont soumis aux choix politiques.
Le gouvernement est susceptible de les toucher au mieux par des réformes fiscales - par une redistribution meilleure ou plus progressive des revenus, vers les moins pauvres comme
au Danemark et en Autriche.

Comme l’Amérique et la Lettonie, cette moindre ou plus conservatrice redistribution augmente l’inégalité et la pauvreté, et ne pourra les briser au plafond.
Des experts fiscaux conviennent que depuis les années d’indépendance la Lettonie est dominée par une politique budgétaire et fiscale très conservatrice.

Dans la vie de Zane, cela signifie qu’elle a payé plus d’impôts que les personnes ayant des revenus similaires dans d’autres pays européens.

C’est parce que le système fiscal letton perçoit la plupart de l’argent par l’impôt indirect - La TVA - par le biais des produits de consommation tels que la nourriture, les vêtements ou les médicaments.
Les personnes ayant de faibles revenus ont la majorité de leurs budget avec ces dépenses.
Les pays dotés d’un système fiscal plus progressiste, collectent davantage les impôts directs - sur les biens immobiliers, sur les intérêts des dépôts, les dividendes et les bénéfices, ce qui augmente un peu le fardeau des habitants les plus fortunés.

L’argent n’est pas tout de devoir se serrer la ceinture

La politique lettone impose un très lourd fardeau intensifié durant la crise sur les personnes à faible revenu, .

En 2008, à la fin de l’éclatement de la bulle immobilière, et un an plus tard, le taux de chômage est grimpé à 21%, le club de patinage et de danse de Zane du club a commencé à perdre des emplois. Il était de moins en moins question d’apprentissage.
Pendant ce temps, tous ont souffert des coupes dans le budget de l’Etat. Les fonctionnaires ont eu un salaire recadré. Un plafond partiel a été imposé en cas de maladie, de maternité, de paternité, parentales et de prestations de chômage. Pour la première fois depuis l’indépendance, un impôt sur les dividendes, les gains en capital et le logement a été créé. Mais le plus lourd fardeau pesait sur les plus pauvres, selon la Banque mondiale (BM) et les études du FMI.

En 2009 Zane a toujours travaillé. Le gouvernement a augmenté la taxe sur l’auto-emploi de 15% à 26%. Dans le même temps le revenu minimum non imposable a été réduit de 90 lats (128 €) à 35 lats (49 €). L’étude du FMI estime qu’un tiers de la population lettone est à faible revenu, et que cela a produit une augmentation de 7% de taxes. Les impôts indirects, qui touchent le plus directement les familles pauvres, ont également été relevés de 18% à 21%.

En 2011, la politique fiscale a augmenté de façon significative les coûts de chauffage et d’eau chaude, ce qui a crevé le porte-monnaie de la plupart des familles à faible revenu. Ces décisions du gouvernement, de faire peser un fardeau plus lourd sur le travail et sur Zane, ont fait tomber beaucoup de personnes en dessous du seuil de pauvreté.

En 2009 Zane est tombée enceinte. "Je l’ai voulu, à un moment où les gens m’ont dit que ce n’est pas le moment de naitre des enfants au monde." L’expérience la plus difficile est venue quand, même les parents les plus proches ont proposé l’avortement, mais Zane voulait une fille et a défié la pression environnante. Le père de Madi vit en Russie, et ses coordonnées manquaient. La pension alimentaire pour Arthur n’était pas encore. Très souvent il fallait survivre la semaine avec un lats.
« Avec Arthur, ma période de grossesse a été pour nous l’étape la plus difficile de la vie », reconnaît Zane instinctivement. A cette époque, les deux ont dû manger beaucoup de flocons d’avoine avec du lait en poudre des colis alimentaires donnés par l’UE. L’autre jour, la maman et son fils sont allés manger la soupe populaire dans l’église.

Quels sont les alternatives ?

La Lettonie a ignoré les recommandations de l’UE et du FMI
Ces années difficiles, le gouvernement a souvent demandé à tous de se serrer la ceinture, l’option de couper moins douloureusement dans le budget n’a pas existé. Cependant, beaucoup de personnes nient cette affirmation.

En 2009. disponible sur Wikileaks, la correspondance entre le gouvernement letton et les bailleurs de fonds internationaux, montre très clairement que les prêteurs - l’UE, le FMI ont fait pression – pour d’autres méthodes de réduction des dépenses publiques. Dans l’un des rapports vus sur Wikileaks, rapportant une téléconférence entre le ministre des Finances, Repse Einars (Unité) et le FMI, l’UE et le gouvernement suédois, qui a fortement conseillé d’augmenter les impôts immobiliers ou d’introduire une taxe progressive sur les riches qui permettrait de réduire le minimum imposable. Repse a répondu que ce n’était pas possible parce qu’une telle décision ne convient pas à la situation politique.

La lecture de Wikileaks, il est évident que la Banque mondiale, le FMI et les prêteurs internationaux ont exprimé leurs grandes craintes qu’avec les compressions budgétaires, le fardeau est trop lourd pour les personnes à faible revenu.
Ils ont également suggéré à la fois d’en remplacer certaines pour réduire les coûts et de fournir plus de soutien aux familles à faible revenu.

Par exemple, l’allocation universelle nationale de la famille - LVL 8 (11 €) par enfant - consomme environ 36%, soit environ 23 millions de dollars du budget total de l’aide sociale. Ce budget, l’un des plus faibles de l’UE, est pour les groupes les plus vulnérables, et n’inclut pas les prestations calculées à partir des cotisations (chômage, maladie).
L’étude de la Banque mondiale a exprimé sa surprise que la Lettonie offre une telle prestation universelle pour tous les citoyens, quel que soit le revenu des gens et les avantages généreux des parents. Une partie des résidents lettons ne répond pas à ce montant, selon l’étude. La Banque mondiale a conseillé au gouvernement de redistribuer 8 lats (11 €) directement aux familles défavorisées, et d’augmenter la prime. Même avec un seuil relativement élevé, par exemple pour seulement 40% des ménages les plus aisés, le gouvernement pourrait économiser environ 17,3 millions d’euros sur ces prestations.

Le Ministère de la bienfaisance dit qu’il n’a pas adopté la réforme des 8 lats (11 €) de prestations familiales car les frais administratifs seraient élevés. Lorsque Re : Baltica a demandé comment ces calculs ont été effectués. On a décidé non seulement de continuer à accorder ces avantages demeurés inchangés, et on a trouvé des ressources supplémentaires au programme.
La Lettonie soutient les plus démunis à travers la coopération locale - Le revenu minimum garanti (GMI) et des allocations de logement. Ces prestations sont pour la plupart portées sur les épaules des municipalités. En 2011, elles coûtent trois fois plus aux municipalités qu’il y a dix ans (53 millions lats = 75 millions €) et les années de crise les prestations sont payées en partie par le gouvernement.

L’analyse PB montre que trop de revenu minimum garanti (GMI) et d’allocations logement sont allées aux ménages aisés.
L’expérience montre qu’une telle situation se produit souvent lorsque les autorités ne contrôlent pas suffisamment les responsables.
PB recommande de surveiller le coût de ces prestations. Cela signifie que toutes les autorités locales devraient être les mêmes, ne dépendant pas des avantages des pouvoirs locaux.
Mais dans une interview avec Re : Baltic , LM a confirmé que c’est dans la direction opposée que cela bouge.
D’ici 2013 les allocations logement et le revenu minimum garanti (GMI) budgétaires d’état seront réduites et resteront limitées à l’autorité locale.

Les experts de la Banque mondiale estiment que pendant les années de crise la Lettonie ne pouvait pas se permettre de payer le système maternel. En outre, ce sont les familles avec les revenus les plus élevés qui ont été plus subventionnées que les familles pauvres. En 2005, le gouvernement a augmenté les salaires des mères de familles à revenu élevé. Mais contrairement aux versements de maternité, de paternité ou de retraite, jusqu’en 2011 le gouvernement n’a pas augmenté les cotisations de chaque résident pour financer ce programme.
Pendant la crise, la Banque mondiale a recommandé de réduire le versement aux mères et d’égaliser - jusqu’à 100 lats (142 €) par mois pour un enfant la première année et 30 lats (42 €) la seconde, une économie de 50 millions de lats (71 millions d’euros).
Bien qu’en 2010 Le gouvernement a activement participé à l ’« Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale », et les documents gouvernementaux ont souvent cité comme prioritaire d’aider les pauvres, aucune des principales recommandations de de la Banque mondiale ne s’est réalisée

Au contraire, le gouvernement débloquant les ressources de soutien aux familles résultant des dernières modifications fiscales n’a fait que renforcer l’injustice sociale.
Récemment, le gouvernement a réduit le revenu minimum garanti (GMI) de 45 à 35 lats (de 64 à 49 €), et a refusé de lever le minimum non imposable de 90 lats (128 €).
guaranteed minimum income (GMI) = revenu minimum garanti (RMG).
« Il n’est pas avantageux pour les pauvres d’aller travailler »

« Non », - Répond Zane à la question de savoir si elle estime que la situation s’améliore et que nous allons sortir de la crise. Ce qui est contraire à l’affirmation du gouvernement selon laquelle la crise a été vaincue, avec la généreuse dotation supérieure à 200 millions de lats (284 millions d’euros), inscrite en plus au budget.

Lisez les documents du Ministère des affaires sociales (LM) et cherchez à parler avec les responsables
vous ne trouvez pas une logique de décision claire. D’une part, le gouvernement se réfère à l’aggravation de la pauvreté, mais de l’autre – affirme réduire l’aide des personnes aux plus faibles revenus.

Photo : Kaspars Goba

Les documents du Ministère des affaires sociales (LM) mettent également en évidence les programmes "simtlatnieku" de réduction de la pauvreté.
Un sixième de l’ensemble des participants a trouvé un emploi dans les six mois après leur participation au programme.
Cependant, malgré un des taux de chômage des plus élevés en Europe, ce programme est suspendu à partir de 2012. Beaucoup moins d’argent cette année, le public travaille en intérim.

Pourquoi cette différence entre le concept de vouloir aider les pauvres, et les politiques qui réduisent les aides d’État ?
« La crise est terminée », a déclaré Ilze Viņķele (Vienotība), ministre des Affaires sociales.
« Aujourd’hui, les tendances changent pour le mieux. Oui, insuffisante cependant, les gens peuvent trouver un emploi », le ministre a expliqué sa philosophie à l’unité du parti.
LM : au printemps prochain en attendant les conclusions de la Banque mondiale, afin de mieux comprendre les pauvres et leurs besoins.
Mais dans l’intervalle, « allez travailler, même chez Maxima.
L’emploi subventionné par l’Etat prendra fin, mais le magasin Maxima (grande chaine de supermarchés) fonctionne depuis des années.On ferait mieux de compenser les transports permettant aux hommes de travailler " dit Winkel.

LM : Le pays a développé une dépendance aux prestations

Ilze Kurme, ministre des Affaires sociales gestionnaire de bureau, ajoute :
"Dans la région de bļauj, on ne peut pas trouver de travailleurs qualifiés, et mentionne le programme simtslatu, car le revenu minimum garanti (GMI) et les prestations pour enfants posent problème. "
Elle est d’accord en partie avec cette ligne : « Si j’ai une famille avec des enfants et reçois 300 lats (426 €) pourquoi devrais-je aller travailler ? "
Un fonctionnaire du ministère des Affaires sociales (LM) reconnaît à la fois que le pays a développé une dépendance aux prestations et que les gens ne veulent pas travailler.
LM Les opinions exprimées dans les plans de travail officiels.

Lorsque Re : Baltica a demandé si le ministère dispose de données montrant l’abus des prestations, la réponse est - pas une. C’est seulement le point de vue des employés du gouvernement et des affaires sociales.
En septembre 2012, des employés du gouvernement de l’Agence nationale pour l’emploi (SEA)et des entrepreneurs de Saldus, ont proposé 69 postes vacants à Zane. Pour chacune des 27 places qualifiées pour les chômeurs disponibles, Re : Baltica a appelé les deux sociétés, pour savoir quels étaient les postes les plus ouverts pour lesquels le ministère pousse activement des gens comme Zane.

La première entreprise, « société IMS" à Mersraga transforme les poissons. L’emploi - emballage et conditionnement de boîtes. Le salaire dépend de la marque. Lors du fonctionnement en déplacement 1,5 (2,1 €) peut couter plus de 200 lats (284 €). Étant donné que Zane vient directement de Saldus, l’employeur a promis que les personnes seront conduites à l’atelier par le bus, mais doivent séjourner dans les auberges du lundi au vendredi. L’auberge facture séparément.

La deuxième société, LLC "ours" recherche un boulanger de pain d’épice. Un quart de nuit. Chaque changement - 12 heures. Paiements - 1,20 lats (1,7 €) par heure.

Il reste encore des postes vacants dans certains commerces, mais Zane il y a quelque temps a travaillé en tant que plante la viande et le vendeur avait peu d’avantages. Fête du Travail - 9 heures-21 heures. Le travail était sans contrat, congés de maladie et vacances. Salaire - 150 lats "enveloppe". Après la récupération des frais de nourrice, avec des avantages mesquins, Zane perdait de l’argent.

Les dernières données statistiques du Bureau central montrent qu’en 2010, les employeurs ont eu la plus forte hausse de postes semblables, en offrant un salaire inférieur à 200 lats (284 €) par mois.

Alors Zane voit que la seule véritable possibilité de sortir de la pauvreté, soit la ré-émergence de travailleurs indépendants, ou l’émigration.

Zane tient compte de ses expériences d’émigration. "Mais j’ai déjà été en Allemagne. Je comprends que c’est ma propre terre, ma maison,ma vie parmi des compatriotes. Un tendre amour, mes petites branches, l’atmosphère, des personnes. J’ai un amour et du patriotisme pour cette petite communauté. "

En novembre, Zane tentera de trouver un emploi à la radio. S’il n’y a pas de chance, elle essaiera de reprendre l’entraînement ou les groupes de travail pour aller ailleurs, louer, avoir assez à manger, et le séjour quelques heures par jour et faire l’éducation d’Arthur.

Les enfants sont une priorité pour Zane, alors elle essaie de passer plus de temps avec eux, en leur enseignant les valeurs comme la bonté, le respect et la confiance, parce que l’argent n’est pas important dans la vie. Photo : Kaspars Goba.

« Les enfants sont le principal projet de ma vie. Je veux qu’ils augmentent leurs valeurs : l’honnêteté, la transparence, le respect des personnes, quelles que soient leurs revenus matériels. Je veux montrer aux enfants que l’on peut très bien vivre dans la satisfaction, sans excès. Si nous pourrions trouver la valeur d’une vie modeste, sans excès terribles en lettonie, l’image globale aurait davantage de respect et de confiance en l’autre. "

Dans la même étude, Le Ministère, décrit la nécessité de réduire le rôle de l’État dans le maintien du réseau social, les données indiquent que la pauvreté s’aggrave et que la situation est encore grave. Les entreprises n’ont pas l’intention d’augmenter de manière significative le nombre d’employés. Le taux de chômage dégressif mais le nombre de chômeurs reste très cruel : le taux d’inoccupation en 2011 étaient sept fois moindre qu’en 2007. En Lettonie le chômage continue d’être parmi les plus élevés en Europe. L’année dernière, pour chaque emploi vacant permanent il y avait une moyenne de 50 chômeurs.

Lorsque le pays se remet lentement de la plus grande baisse du PIB, le taux de chômage élevé est inévitable et son recul au niveau d’avant crise prendra de nombreuses années. Mais l’année prochaine, le budget social total du réseau sera ramené à 9%, ce qui est presque deux points de pourcentage de moins qu’en 2007, lorsque le chômage en Lettonie était environ trois fois inférieur au niveau actuel (5,6% puis 16% aujourd’hui).

Le revenu minimum garanti (GMI) a été réduit par Le Ministère de 45 à 35 lats (de 64 à 49 €), même si une étude de la Banque mondiale et des réseaux sociaux sera présentée au printemps prochain afin de l’améliorer. Ainsi, tous les pauvres sont également punis de cette réduction par une décision a été basée sur des rumeurs publiques sans données sérieuses à l’appui.
Au cours des dix dernières années de recherche dans le domaine du développement des jeunes enfants on démontre qu’ une vie stable avec un minimum de stress et une attention constante des parents de l’enfant dans les deux premières années de la vie sont la meilleure contribution efficace que l’Etat peut fournir. Sinon, le futur coûtera cher pour tous les contribuables : avec les maladies chroniques, la toxicomanie et l’augmentation de la criminalité.
Un haut niveau de protection en faveur des pauvres agit également comme une protection contre ces entreprises, qui ont un chômage élevé, proposant des conditions de travail dangereuses,
réduisant le taux de salaire ou recrutant des travailleurs peu qualifiés au lieu d’avoir à faire pression sur les politiques fiscales favorables a la productivité élevée.

Jusqu’à présent, l’analyse des décisions du gouvernement, mène à la conclusion que les familles pauvres et les enfants n’ont pas leur place en lettonie.

Zane du fait qu’elle est consciente depuis longtemps essaye d’y penser. Elle sait, avec le temps que gagner 300 lats (426 €) par mois, est un rêve. Elle est actuellement heureuse d’aller en formation, avec d’autres chômeurs ils apprennent les méthodes commerciales. Il y a quelques mois dans son cours de comptabilité un professeur NVA de macroéconomie a dit fièrement comment la Lettonie se porte bien - une croissance du PIB plus rapide que dans les autres pays européens, des exportations en croissance, un chômage qui n’est pas si horrible. Le Premier ministre Valdis Dombrovkis en déplacements à travers le monde, offrant l’exemple aux autres gouvernements de la crise lettone comme étant le modèle le plus approprié. Un produit à croissance plus rapide meilleur que chacun fait avec moins de pauvreté. Ceux qui ne font pas aussi bien en temps de croissance, doivent s’efforcer davantage.

Zane réagissait "Non-sens complet", Zane se souvient de cette conférence, en regardant par la fenêtre de la cuisine. « La personne normale comprend, cependant, que tout est différent. Cependant je n’attends rien des gouvernements. Par le fait Je réside dans cette ville que j’aime beaucoup, et beaucoup de gens respectent notre travailleur social qui m’aide beaucoup.
Et j’essaie de donner de moi-même aussi bien. "

sources et liens utiles sur le sujet :

RE:BALTICA
http://www.rebaltica.lv/lv/petijumi/latvijas_veiksmes_stasta_slepta_puse/a/795/slepta_nabadziba_latvija_dzive_ar_dieva_zelastibu_un_cilveku_labestibu.html

Re : baltica est un organisme sans but lucratif qui produit le journalisme d’investigation dans l’intérêt public. Fondé en Août 2011, nous nous concentrons sur des enquêtes approfondies de questions socialement importantes dans la région de la Baltique, comme la corruption, la criminalité, les finances, l’entrepreneuriat, la santé et les droits humains. Notre journalisme encourage la transparence et de la réforme. Nous sommes basés à Riga, mais nos journalistes et des membres du conseil d’administration viennent de tous les pays baltes : l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie.

http://www.tvnet.lv/zinas/viedokli/440255-slepta_nabadziba_latvija_dzive_ar_dieva_zelastibu_un_cilveku_labestibu

Saldus

Des liens pour comprendre, écouter, visionner sur l’augmentation des inégalités dans le monde :

equalitytrust.org.uk
L’accroissement des inégalités est le fléau des sociétés modernes. Nous apportons des preuves concernant chacun des onze problèmes sociaux et sanitaires différents, à savoir la santé physique, la santé mentale, la toxicomanie, l’éducation, la population carcérale, l’obésité, la mobilité sociale, la confiance et la vie au sein de la communauté, la violence, le taux de grossesse chez les adolescentes et le bien-être des enfants. Pour chacune de ces questions sanitaires et sociales, les sociétés au sein desquelles les inégalités sont les plus grandes enregistrent des résultats considérablement pires..

How Economic Inequality Harms Societies- Regardez Richard Wilkinson’s TED talk online

Entretiens avec Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’Economie

France Inter : Entretiens avec Joseph Stiglitz est lauréat du Prix Nobel d’Economie, professeur à l’Université de Columbia, ex directeur de la Banque mondiale et conseiller de Bill Clinton. Il est l’auteur de plusieurs best-sellers, dont : Le triomphe de la cupidité, La Grande Désillusion ou encore Un autre monde. Son dernier opus s’intitule Le Prix de l’inégalité (Les liens qui libèrent).

RUE89 : Posez vos questions à Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie
L’économiste de passage en France pour la parution de son livre « Le Prix des inégalités  ». Pour Stiglitz, notre système économique ne fonctionne plus pour la grande majorité de la population. Résultat : les inégalités se sont aggravées comme jamais. Et cela devrait durer encore un peu, comme il l’écrit :
« Puisqu’il est flagrant que notre système politique est sous la coupe des intérêts d’argent, la confiance dans notre démocratie et dans notre économie de marché va s’éroder, et avec elle notre influence mondiale. »

Joseph Stiglitz : « La fin de l’euro ne serait pas la fin du monde » Nous avons posé vos questions au prix Nobel d’Economie. Il condamne l’Europe et son austérité, prône plus de sécurité pour les salariés, mais pas de protectionnisme.

France Info : Joseph Stiglitz : " les inégalités freinent la croissance http://www.franceinfo.fr/sites/defa...

Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS

2009-2017 © Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.37