Lettonie-Francija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija. Média participatif d’informations entre lettons & francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un pays balte enchanteur centenaire au nord-est de l’Europe.

Des nouvelles de Stéphan André Soudière
"brali - frère" de la forêt, à travers la Lettonie

Hier, Samedi 22 février en Lettonie, depuis la forêt, il restait encore 80 km à Stephan, pour arriver en bout de sa traversée. Stephan cotoyait dans quelques médias lettons l’actualité d’Ukraine qui annonçait la libération de Ioulia Timochenko et la destitution du président ukrainien en fuite. Dimanche Stephan sera à Lipuški, le village des vieux croyants. "Le français qui dort dans les forêts de Lettonie, est touché par la bonté des lettons" "des êtres humains très accueillants, qui prennent tous soin de moi comme d’un membre de leur famille "... le "frère" de la forêt lettone.

Article mis en ligne le 23 février 2014

par BD
logo imprimer
Stephan André Soudiere

"Le français qui dort dans les forêts de Lettonie, touché par la bonté des lettons"

Quelques nouvelles de Stéphan André Soudière depuis la Lettonie d’après nos échanges et conversations, ainsi que celles traduites des médias lettons et de son blog 23/02/2014 - (Photos d’archive personnelle de Stephan).



Samedi 23 février - 18 h ... Stephane m’annonce qu’il sera dimanche près de Lipuški et du grand lac Razna, dans le parc national Razna, à 25 km de Rēzeknes en région Latgales. C’est la région des "vieux croyants" depuis des temps immémoriaux. En 1893 la vieille église des croyants de Lipuški était la plus grande des pays baltes. Le village de Lipuški a été créé à une époque où l’Empire russe persécutait les vieux-croyants. Fuyant la répression du tsar, des chrétiens y ont fondé leur paroisse et y ont construit une église.

Stephan André Soufiere photographe
Stephan André Soufiere photographe traversant la Lettonie

Dans l’interview de Stephan par TVNET on y apprend l’émotion ressentie par le photographe pour la passion, l’humanité et la grande bonté des habitants de Lettonie qui l’ont aidé jusqu’à présent.

"Pourquoi avez-vous choisi de vous rendre directement en Lettonie ? Pourquoi avez-vous décidé de revenir en Lettonie ?
En Lettonie, la première fois, c’était il y a dix ans, quand la Lettonie a rejoint l’Union européenne. Depuis, j’ai fait des voyages réguliers dans le pays, j’ai été dans différentes villes et dans de nombreux endroits de Lettonie. Au cours de ces années, j’ai acquis des amis et des connaissances proches, et mon amour pour cette terre ne diminue pas. "

"Je savais que je m’attendais à quelque chose d’excitant, d’original et pur dans son intégrité. J’admire la nature lettone, mais auparavant je ne savais rien du peuple letton. Bien sûr, mes amis sont des gens formidables, mais ... ce sont mes amis ! Comment cela pourrait en être autrement. "

"L’ hospitalité et l’attitude chaleureuse est incroyable, une merveilleuse expérience."

"Rencontrer des gens qui ne me connaissent pas, vivre leur hospitalité et leur attitude chaleureuse est incroyable, une merveilleuse expérience. Je me sens très ému de la passion, de l’humanité et la grande bonté de certaines personnes qui m’ont aidé jusqu’ici. Je suis également très touché par quelques personnes âgées qui vivent dans la pauvreté, mais vivent toujours avec elle sans amertume, sans se plaindre. "

"Une autre chose m’a frappé, c’est le nombre de maison en bois abandonnées. Cela semble être une preuve de l’identité de la campagne lettonne, je voudrais bien pouvoir sauvegarder et restaurer l’une d’elle."

Lundi 17 février - 17h03 ( Viesīte - http://www.viesite.lv )
"Tout va bien, je progresse a bonne allure, je suis ce soir a Vesitie. Demain je pars pour Livani."

Stephan André Soudiere

Désolé de ne pas poster quoi que ce soit jusqu’à ce moment. J’utilise une tablette pour tout. Je peux avoir accès à Internet et même télécharger mes photos de l’appareil photo, ce qui veux dire que je peux facilement poster quelques photos ici.
Mais je l’ai perdue, ou peut-être oubliée quelque part.

Mon meilleur ami voyageur.

Donc, maintenant, j’ai seulement un téléphone intelligent. Appeler un dispositif électronique « intelligent » est un peu trop exagéré. Ok, c’est un peu plus qu’un simple téléphone, mais en un seul boitier, il ne fait que ce qu’il est programmé à faire. "Ceux qui appellent un chat un chat devraient être forcés de l’utiliser". Je dirais plutôt qu’il s’agit d’un mini-ordinateur avec des capacités limitées, et à l’heure actuelle peut-être mon meilleur ami voyageur.

Donc, retour à mes aventures.

Après une nuit froide, je me suis réveillé avec les parois de la tente congelées. La tente intérieure était étincelante blanc, due à la condensation. cela m’a fait sentir comme ces maisons que vous voyez en Sibérie où des températures extrêmement basses créent une couche de glace à l’intérieur des maisons mal chauffées.
Après j’ai fait mes affaires, je retourne sur la rivière. Comme il faisait froid, une nouvelle fine couche de glace s’est formée sur une épaisseur, avec la création d’un espace rempli d’eau entre ici. Marcher a été rendu plus difficile car la couche mince craquait sous mes pas et a la glace était trop mince, la pulka ne glissait pas dessus, mais a travaillé comme un brise-glace.

Comme un ours blanc sur la banquise

Ce fleuve est plus étroit du fleuve Balta et n’a pas été congelées sur toute sa surface.
À un certain point, j’ai dû sauter sur de grands blocs de glace qui dérivaient pour atteindre l’autre coté de glace dure. Je me sentais comme un ours blanc sur la banquise. Je suis passé encore une fois à travers la glace, à la hauteur des hanches,
mais j’ai eu la chance que la pulka est resté sur la glace.

Plus tard, la rivière était complètement ouverte en raison d’un fort courant. Le seul passage a ensuite été suspendu glace ligne étroite créée par la dilatation de l’eau au cours du processus de congélation. La seule chose, c’est qu’il y avait beaucoup d’arbres brisés tenus par la glace, et si j’ai du faire mon chemin à travers en utilisant ma scie et la hache. C’est devenu évident que je ne pourrai pas continuer comme ça,
en tirant , c’est beaucoup trop dangereux.

Sur la carte a été montré un pont sur la rivière sur la route de Balta à Kaleti. ( voir article ) J’ai décidé que ce serait mon point de la sortie de la rivière. Il suffit d’approcher du pont, j’ai trouvé quelques chalets et une ferme. Je pensais que la grange serait un excellent endroit pour la nuit et suis allé demander la permission au propriétaire.

Un accueil trés chaleureux en famille chez Arvis .

Ici vivent Arvis et sa famille, sa femme Linda, le mignon petit Gustav et la grand-mère.
Ils partagaient un repas avec les parents, Anits, Arita, Edgars et Liga. Comme je ne m’y attendrais pas d’un homme âgé de 30 ans, Arvis parlait un anglais parfait ainsi que son épouse Linda.

Je lui explique ce que je fais en Lettonie et lui demande la permission de dormir dans la grange. En insistant, ils m’ont offert de rester dans la chambre de Gustav et m’ont invité à manger les produits locaux de la ferme, et boire un incroyable jus de pomme fait maison ...

Parler avec Arvis fut un plaisir, il est le futur de la Lettonie . Un homme travaillant très dur avec le désir de réussir ici, dans son pays. Cela lui aurait été plus facile d’aller vivre à l’étranger et d’obtenir de meilleurs salaires en Allemagne ou en Irlande, mais il croit dans le potentiel de la Lettonie. Mais comme il le dit : "pour gagner à la loterie , vous devez au moins aller acheter le billet". Rien n’est gratuit, il s’agit de volonté et de travail acharné.

Y a-t-il quelqu’un pour aider Arvis à la ferme ?

Arvis fait l’élevage de vaches à viande, quelque 40 têtes. Je me dis qu’il lui faut désespérément quelqu’un pour l’aider, car il gère également une forêt. Mais il ne peut pas trouver quelqu’un qui veut travailler dur pour moins de 300 € par mois à cette distance ( C’est le salaire minimum ici, alors qu’il est de 1500 € en France et de 1800 € au Luxembourg, près de là où j’habite ). Tout cela n’éteint pas son enthousiasme, et je suis sûr qu’il va réussir.

Continuer ou reporter ?

Le lendemain , une décision importante doit être prise. Pas de neige et pas de rivières ou de routes praticables pour tirer la pulka, deux alternatives me sont offertes :
reporter mon expédition à un autre moment, ou continuer à pied.

Arvis m’a encouragé à continuer à pied, et c’est ce que je fais maintenant. Néanmoins, il m’est impossible de traverser directement à travers champs et forêts. C’est tout boueux, impraticable. Je ne peux marcher que sur les routes qui rendent le voyage beaucoup plus long. Alors je marche en moyenne 26 à 27 km par jour. Je ne peux pas faire plus, parce que mon sac est beaucoup trop lourd, plus de 25 kg, un sac qui n’est pas faite pour hikking. Vous pouvez imaginer que mes pieds souffrent et qu’à la fin de la journée , je suis épuisé .

Ce soir , je suis 8 km après Bauska. Marcher sur les routes asphaltées est facile, la surface est dure et propre. Vous obtenez un bon rythme . Bien sûr, il faut etre prudent en raison de la circulation. Cependant, il n’y a pas tellement de voitures. Néanmoins , j’ai remarqué un comportement intéressant selon les catégories de conducteurs.
Tout le monde sait que lors de la marche sur la route, il faut marcher à gauche, face à la circulation. Et les pilotes sont censés vous remarquer et dévier leur conduite, pour mettre une distance entre vous et leurs voitures.

Observation concernant les conducteurs ...

Donc, ce n’est pas une observation scientifique, c’est juste mon observation :
Toutes les femmes font un écart . Les hommes avec des femmes à bord font un écart.
Les hommes seuls ne le font pas souvent, et les hommes avec des hommes à bord ne font jamais d’écart ( Spéciallement si c’est un gros 4X4 allemand )
Vous pouvez tirer votre propre conclusion. Important : tous les chauffeurs de poids lourds sont très prudents et je les remercie grandement pour cela.

Jusqu’à présent, je n’ai parcouru que des "paysage champêtres" , d’immenses champs de cultures, pas de forêt, parfois ressemblant à des steppe mongoles. La région Zemgale est essentiellement agricole . La prochaine, Latgale, sera la partie la plus sauvage.

Si les paysages étaient un peu toujours les mêmes, j’ai fait une grande rencontre avec "les êtres humains" , des gens très accueillants, qui prennent tous soin de moi comme d’un membre de leur famille.

Je raconterai plus plus tard . Gardez à l’esprit que je ne peux pas écrire facilement tous les jours.

A bientôt, et merci de me suivre
Stéphan André Soudière

[http://latvia2014.blogspot.fr >http://latvia2014.blogspot.fr]



Forum
Répondre à cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les gazouillis du site Lettonie-Francija






pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce



2009-2018 © Lettonie-Francija - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 4.0.65