Lettonie-Francija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija. Média participatif d’informations entre lettons & francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un pays balte enchanteur centenaire au nord-est de l’Europe.

Histoire de la Lettonie - Latvie - latvija - Chronologie des principaux événements
-3000 à aujourd’hui

L’Histoire de la Lettonie. Une chronologie des principaux évènements de Lettonie, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. La première indépendance , les temps d’occupations, la Révolution Chantante, l’indépendance et la crise financière.

Article mis en ligne le 11 janvier 2013
dernière modification le 13 juin 2014

par Bruno
logo imprimer

-3000 av JC au 11é s.

 3000 av JC Peuples finno-ougriens, ancêtres des actuels Finlandais, les Estoniens et les Lives (Lives), arrivent dans la région de la Baltique

 2000 avant JC Peuples baltes, ancêtres des actuels Lituaniens et les Lettons arrivent dans la région de la Baltique.

 100 après JC L’historien romain Tacite dans sa Germania mentionne la vie Aestii sur la rive droite de la Suevic (Baltique) Mer qui sont des agriculteurs industrieux et de recueillir l’ambre. Amber était en grande demande par les Romains, commerce de l’ambre avec la rive orientale de la mer Baltique a prospéré.

Du 9 au 11e s. Raids vikings et les conquêtes de la région de la Baltique. Parmi les proto-Lettons, le Curonians (dans l’actuelle occidentale Lettonie et Lituanie) sont mentionnés comme des adversaires redoutés des Vikings scandinaves.

12e s.

La fin du 12e s

Arrivée des marchands allemands et les missionnaires chrétiens. Établissement des premières colonies autour de la Daugava inférieure et des domaines de Surf (Livonie) .

1198 Début des croisades pour christianiser la Baltique. A cette époque, outre les Lives, proto-letton Curonians, Semigalians, Seloniens et Latgaliens (dont le nom a évolué parmi tout le peuple letton) ont déjà établi leurs propres principautés et s’opposent aux envahisseurs.

1201 La ville de Riga est fondée à proximité du site d’un village Surf à la confluence des rivières Ridzene et Daugava. Il devient le centre pour la conquête de la mer Baltique par les Frères de l’Épée, plus tard, l’Ordre de Livonie. Riga devient également un grand centre commercial, qui se joindra à la Ligue hanséatique vers 1282 1300, lors des conquêtes allemandes dans l’actuelle Lettonie et l’Estonie principalement.

La terre devient connu sous le nom Livonia (des Lives), à l’origine une confédération de cinq principautés, quatre évêchés et l’état de l’Ordre de Livonie.
Le Nord de l’Estonie est régi par le royaume du Danemark.
Les Allemands deviennent la classe dirigeante dans les villes. Les Chevaliers allemands devenus barons terriens gardent leurs privilèges jusqu’à la Première Guerre mondiale

16e s

1501-1503 En vertu de Maître Walter von Plettenberg de l’Ordre de Livonie, l’armée de Livonie avec un grand nombre de soldats de la région douves forces russes hors du tsar Ivan III et signe un traité de paix.

1561 La Confédération de Livonie cesse d’exister. Après les incursions de l’armée de Tsar russe Ivan IV (« Le Terrible »), danois et polonais-lituanien forces, Gotthard Keppler, le dernier maître de l’Ordre de Livonie, se rend à la frontière polono-lituanienne roi Sigismond Auguste II. Il devient duc de Courlande, à l’ouest les terres de la Daugava. La noblesse allemande a atterri obtient des privilèges généraux du roi de Pologne. Actuels territoires lettons à l’est de la Daugava viennent sous la domination polonaise. Les guerres dans le territoire letton dernier jusqu’en 1583.

1585, 1586 L’église catholique romaine et luthérienne catéchismes imprimés les premiers livres de la langue lettone. La plupart de la Lettonie devenir luthérienne au 16ème siècle. Est de la Lettonie, Latgale (Latgalia), est restée majoritairement catholique à ce jour. Rédigé langue lettone est développé par des ecclésiastiques allemands au 17ème siècle, aboutissant à la traduction en letton de la Bible, qui devient une norme et que le véhicule de choix pour l’alphabétisation.

1621 Après les guerres de 1600 sur les, Riga est conquis par la Suède en vertu Gustave-Adolphe. Parce que les rois de Suède maîtriser les privilèges des barons allemands, leur primauté dans le nord de la Lettonie et de l’Estonie devient connu sous le nom du « bon temps » suédois. Est de la Lettonie reste sous la domination polonaise.

1650 L’apogée du duché de Courlande : Duke Jacob fonde des colonies en Gambie, en Afrique et sur la Tobago île des Caraïbes.

18è s.

1710 Riga se rend aux forces du tsar Pierre I (« La Grande ») au cours de la Guerre du Nord (1700-1721). Nord de la Lettonie, de nos jours connu sous le nom de Vidzeme, est sous la domination russe et, de concert avec le sud de l’Estonie, devient la province russe de Livonie. Paysans lettons devenus serfs de leurs barons allemands.

En 1772, pendant le premier partage de la Pologne, la Lettonie orientale, Latgale, devient une partie de la province russe de Polotsk, plus tard - Vitebsk. Durant le troisième partage de la Pologne en 1795, le duché de Courlande devient une province russe.

19è s

1818, 1820 Le servage est aboli dans les provinces de Courlande et la Livonie. Paysans lettons obtenir la liberté apparente, mais perdent leurs terres et deviennent, en effet, serviteurs sous contrat. Ce n’est que vers le milieu du siècle Lettons obtenir le droit d’acheter des terres. En Latgale, le servage est aboli seulement avec le reste de la Russie en 1863.

Fin 19e s. Montée de la conscience nationale et la modernisation de la société, appelé le « réveil » : accroître l’indépendance économique, la migration vers les villes, la montée d’une classe ouvrière, les niveaux croissants de l’éducation, le développement de la conscience culturelle et politique et l’émergence de l’idiome moderne Lettonie, la culture et nationale identité.

1900

1905 La révolution russe de 1905 suppose une double caractéristique en Lettonie : il est à la fois des travailleurs et de la révolution des agriculteurs avec un fort accent national dirigé par les Lettons instruits et le Parti social-démocrate letton des travailleurs. La Révolution devient un terrain d’entraînement pour la démocratie appliquée au niveau populaire. Il s’avère à la fois contre le tsar du gouvernement et de la noblesse terrienne allemande. Le brûlage des demeures seigneuriales allemands devient un phénomène largement répandu. Le gouvernement russe envoie des expéditions punition pour le pays accueilli par la noblesse allemande. Des centaines sont exécutés, des milliers envoyés en exil ou fuir le pays.

1914-1918

1914-1918 Première Guerre mondiale prend un lourd tribut à la Lettonie. La moitié de son territoire est occupé par les forces allemandes 1915-1917, tous de celui-ci en 1918. Combats lourds sont battus sur le sol letton à partir de 1915. Quelque 700 000 réfugiés devenus, pour la plupart en Russie. Soldats lettons qui servent dans l’armée russe subissent de lourdes pertes.

1915 Création d’unités militaires nationales, des bataillons lettons fusiliers, plus tard régiments, commandés par des officiers lettons au sein de l’armée russe pour défendre Riga contre l’armée allemande. Quand les Allemands de s’emparer du pays en 1917-18, beaucoup partent pour la Russie et rejoignez la révolution communiste.

18 November1918
La lettonie a déclaré son indépendance à Riga une semaine après l’armistice de la première guerre mondiale, mais toujours sous occupation allemande. Le gouvernement provisoire est dirigé par Karlis Ulmanis. La guerre de libération commence car le nouvel état est menacé par l’Armée rouge. Parmi ses troupes des fusiliers lettons.

17 Décembre 1918 - La République socialiste soviétique de Lettonie est déclarée. Le gouvernement dirigé par Pēteris instituts Stucka sa règle avec les lois draconiennes et la terreur impitoyable.

1918 Novembre - Le Conseil national Letton proclame la Lettonie, état ​​souverain et indépendant.

Riga, fondée en tant que poste de traite en 1201
Est devenue la capitale de la Lettonie indépendante en 1918
La Lettonie déclare son indépendance le 18 novembre.

1919-1922

3 Janvier 1919 Riga est prise par les troupes de l’Armée rouge. Le gouvernement provisoire et ses petites unités militaires se replier sur Liepāja dans le sud-ouest de la Lettonie. Tout en cherchant l’aide de puissances de l’Entente, le gouvernement est contraint d’accepter l’aide de la garde nationale allemande locale et irréguliers de l’armée pour lutter contre les forces communistes.

3 Mars 1919 Une contre-attaque par les forces combinées allemands et lettons contre l’Armée Rouge commence. Le commandant de la brigade de la Lettonie, le colonel Oskars Kalpaks, est tué par un tir ami, le 6 Mars.

16 Avril 1919 Un coup d’Etat allemand à Liepāja ne parvient pas à renverser le gouvernement provisoire, qui trouve refuge sur un bateau gardé par des navires de guerre de l’Entente, mais un gouvernement pro-allemand letton est néanmoins attesté.

22 mai 1919 Les troupes allemandes prennent Riga les Reds et lancer une tuerie aveugle contre les communistes et les sympathisants présumés. Au lieu de poursuivre les forces soviétiques, les Allemands se retournent contre Brigade Nord de l’armée estonienne et lettone dans le nord de la Lettonie ..

22-23 Juin 1919 Les Allemands sont battus par les forces de l’Estonie et de la Lettonie près de Cēsis. Le gouvernement allemand s’effondre. Les Allemands signent un armistice, mais les irréguliers ne parviennent pas à maintenir les dispositions à rester dans le pays. Le gouvernement letton provisoire revient à Riga.

11 Novembre 1919 La dernière tentative allemande pour reprendre sous le couvert d’une fausse Armée Volontaire de l’Ouest russe dirigée par Bermondt-Avalov est déjoué que l’armée lettone, aidé par la puissance de feu des navires de guerre britanniques et français, reprend la partie ouest de Riga pour mettre fin à un one- impasse mois sur les rives de la Daugava.

1 Février 1920 Une armistice avec la Russie soviétique prend effet après que l’armée lettone aidée des troupes polonaises a libéré l’est de la Lettonie de l’Armée rouge. Le gouvernement communiste letton est dissout le 13 Janvier 1920.

1 mai 1920 L’Assemblée constitutionnelle élue commence son travail en tant qu’organe législatif temporaire avec la charge principale de rédiger une Constitution. Sa plus ambitieuse loi sur la réforme agraire est passée le 16 Septembre 1920. Elle exproprie de grandes exploitations agricoles allemandes et distribue des terres aux paysans sans terre, accordant une attention particulière aux participants à la guerre de libération.

11 Août 1920 Un traité de paix est signé avec la Russie soviétique, où la Russie soviétique reconnaît sans réserve l’indépendance de la Lettonie et sa souveraineté, en renonçant volontairement et pour toujours à toute prétention à la souveraineté lettone qui appartenait à l’Etat russe.

26 Janvier 1921 L’ indépendance de la Lettonie est reconnue par le Conseil suprême des forces alliées, bientôt suivie par d’autres Etats. La Lettonie se joint à la Société des Nations le 22 Septembre 1921.

22 Février 1922 L’Assemblée constituante adopte la Constitution de la République de Lettonie. Elle déclare la Lettonie Etat indépendant et démocratique dont le pouvoir souverain réside dans le peuple. Seules les personnes lors d’un référendum peuvent modifier son état.

7 - 8 Octobre Election de la première Saeima (Parlement). La Saeima se réunit le 7 Novembre et le 14 Novembre élit Čakste Jānis comme premier président de la Lettonie. F nos Saeimas sont élus au cours de la période de la première indépendance.

1930

15 mai 1934 Le Premier ministre Karlis Ulmanis organise un coup d’Etat sans effusion de sang. La Saeima est rejetée et tous les partis politiques interdits. Comme un certain nombre d’autres pays d’Europe, la Lettonie devient un État autoritaire. Bien que loin d’être un régime totalitaire, le gouvernement ne tolère pas la dissidence et décide par décret.

30 Novembre 1937 Dans le cadre de la Grande Terreur stalinienne, les autorités soviétiques ferment les organisations lettones et les institutions culturelles et organisent les arrestations massives de Lettons résidant en URSS comme présumés agents étrangers. Environ 25.000 lettons sont arrêtés, dont 16.500 sont exécutées.

1939-1944

23 Août 1939 Hitler et Ribbentrop ministre des Affaires étrangères de Staline, ministre des Affaires étrangères de Molotov signent un traité de non-agression, aussi connu comme le pacte Hitler-Staline, ce qui permet à Hitler d’attaquer la Pologne et plus tard - l’Europe de l’Ouest. Le pacte comprend des protocoles secrets qui désignent la Finlande, l’Estonie, la Lettonie et la Roumanie en tant que parties de la sphère d’influence soviétique. Le 28 Septembre un traité d’amitié et des frontières est signé, dont les protocoles secrets assignent la Lituanie à la sphère d’influence soviétique et permettent aux Allemands de souche de quitter les zones sous influence soviétique. L’Allemagne nazie et l’Union soviétique deviennent de facto alliés pendant près de deux ans.

5 Octobre 1939 Sous la menace militaire, la Lettonie est contraint de signer un traité d’assistance mutuelle avec l’Union soviétique, ce qui assure l’indépendance lettone, mais permet quelque 25 000 soldats soviétiques stationnés dans l’Ouest Lettonie. Lorsque la Finlande refuse de signer un traité similaire, l’Union soviétique attaque le 30 Octobre. La Finlande est forcé de se rendre en Mars 1940.

16 Juin 1940 Infractions réclamant du traité d’assistance mutuelle, les questions de l’Union soviétique un ultimatum à y répondre dans les six heures, exigeant l’installation d’un gouvernement et qui permet un nombre illimité de troupes soviétiques à entrer dans le pays. Le gouvernement Ulmanis accepte l’ultimatum sous la menace implicite de grandes forces soviétiques massées à la frontière et l’occupation de la Lituanie le 15 Juin.

17 Juin 1940 Les troupes soviétiques occupent le pays. Staline émissaire Andrei Vychinski, le procureur de la Grande Terreur, vient de guider la prise de contrôle. Un nouveau Moscou approuvé par le gouvernement est installé, qui se déroule à préparer le pays à la soviétisation politique.

21 Juillet 1940 Saeima populaire, « élu » dans une quasi-unanimité une soirée électorale le 14 et 15 Juillet, déclare unanimité en Lettonie comme un Etat soviétique, demande d’admission à l’Union soviétique et passe les premières lois d’expropriation de style soviétique.

23 Juillet 1940 États-Unis Secrétaire d’État Sumner Welles émet une dénonciation cinglante des « processus sournois" par lequel les pays baltes sont « délibérément anéantis » par un « voisin plus puissant." La déclaration lance le refus persistant du gouvernement des États-Unis et d’autres à reconnaître la reprise »par le recours à la force ou à la menace de la force."

5 Août 1940 Lettonie devient la République 15 de l’Union soviétique. L’incorporation n’est jamais reconnu de jure par la plupart des gouvernements occidentaux. En droit international, la République de Lettonie continue à exister. Aux Etats-Unis, le Royaume-Uni et plusieurs autres pays légations lettons et autres représentations diplomatiques continuer à travailler. De facto la souveraineté est rétablie 51 ans plus tard, le 21 Août 1991.

14 Juin 1941 Plus de 15.000 citoyens lettons sont déportés sur ordre de Moscou à d’autres parties de l’Union soviétique. Les hommes sont séparés de leurs familles, jugés en vertu de l’article 58 du code pénal soviétique russe comme « contre-révolutionnaires » et emprisonnés dans des camps de travaux forcés du Goulag. Seulement 1/5 de la 5000 plus de survivre. Les familles comme les accessoires sont envoyés aux zones de peuplement forcés en Sibérie. Les taux de mortalité sont élevés, en particulier chez les enfants et les personnes âgées. Une citoyens estimés 25.000 (1,25%) lettons sont victimes de la règle d’un an communiste.

22 Juin 1941 Allemagne nazie attaque l’URSS. Les fuit l’Armée rouge en plein désarroi. Environ 50.000 habitants fuient la Lettonie Lettonie ou sont emmenés comme prisonniers. Riga est occupée par les forces allemandes, le 1er Juillet. L’ensemble du territoire letton est aux mains des Allemands le 7 Juillet. Même si au premier abord accueillis comme des libérateurs de la terreur soviétique, les Allemands traiter avec la Lettonie en territoire soviétique occupé et ne reconnaît jamais son indépendance.

9 juillet 1941. Deutsche Wochenschau n ° 566. Les faubourgs de Riga sont aux mains des Allemands. En quelques heures, la ville est débarrassée de l’ennemi. Les sapeurs-pompiers se rendre immédiatement en action pour éteindre les feux allumés par les Soviétiques en retraite. Pour la troisième fois depuis 1917, cette ancienne ville hanséatique avec une histoire de 700 ans qui a un lien étroit avec le monde germanique, a été capturé par les troupes allemandes. L’entrée de nos troupes est accueilli par la population en liesse. Un peu de repos après la bataille difficile.

Juillet-Décembre 1941 Allemand Service de sécurité (SD) Un groupe opérationnel initie et guide l’anéantissement de la population juive de la Lettonie, la cooptation et l’implication des procurations lettons au assassiner en masse. Des Juifs 94000-avant-guerre en Lettonie environ 70.000 sont tués dans l’Holocauste. D’autres tués sur les ordres allemands sont communistes, des Roms et des malades mentaux. Commando les Arajs notoires, une unité auxiliaire SD, est impliqué dans la plupart des meurtres.
Octobre 12 1941 Le décret de Staline Division des fusiliers 201e letton avec environ 10.000 soldats est formé en Russie. Un an plus tard, elle devient la section des Gardes 43e lettons, et en 1944 la 130e Corps de fusiliers lettons est formé, qui est complétée par des hommes rédigés dans les territoires occupés par l’Armée rouge. On 80.000 Lettons servir dans des unités armées soviétiques pendant la guerre.

Fin 1941 Allemands commencer à organiser fermé lettons « police » bataillons à se battre au front de l’Est et de participer à des activités anti-partisanes derrière le front. Au premier volontaire, au cours de 1942 recrues sont de plus en plus obtenu par la propagande et incitation financière.

10 Février 1943 Hitler signe un décret portant création de la "Légion SS lettone bénévole », qui n’est ni « SS », ni « bénévole » et se compose en fait des unités combattantes, sous le commandement domaine de la Wehrmacht, bien que formellement appartenant à la Waffen-SS. La Légion subsume certains lettons « police » bataillons combattant sur le front de l’Est, mais la plupart de ses soldats sont rédigés en violation de la Convention de La Haye de 1907. Environ 20.000 désert à la fin de la guerre et de se rendre aux Alliés occidentaux, qui ont fini par reconnaître les légionnaires enrôlés illégalement en tant que citoyens de la Lettonie. À propos de Lettons sont estimés à 115.000 ont servi sous commandement militaire allemand.

Juillet 1944 L’Armée rouge entre à nouveau dans le territoire letton. Randonnées de réfugiés vers l’Ouest commencer. Environ 5000 risque de leur vie et atteindre les côtes suédoises, environ 150.000 sont évacués vers l’Allemagne et l’allemand zones tenues dans l’Ouest. Environ 200.000, y compris les travailleurs forcés et Lettons dans les camps de concentration allemands sont en Allemagne à la fin de la guerre.

6 Octobre 1944 Sur les ordres de Moscou, le Soviet suprême de la RSS de Lettonie cède la ville de Abrene (maintenant Pitalova) et six cantons de la Russie soviétique. En 2007, la perte de superficie a été reconnu dans un traité frontalier avec la Russie en Lettonie indépendante.

13 Octobre 1944 Les troupes soviétiques prendre Riga. Les rendements lettons gouvernement SSR. L’armée allemande du Groupe du Nord échappe à Kurzeme (Western Lettonie), qui devient une enclave, résiste au moins six grandes attaques soviétiques et détient jusqu’à la fin de la guerre.

1945-1956

1944-1956 Lettons partisans nationaux, aussi connu comme les Frères des forêts, mener une guerre après la guerre contre les occupants soviétiques et de leurs collaborateurs. La résistance armée commence dès que l’avant passe en 1944 et englobe toutes Lettonie après le fin de la guerre en mai 1945. Le nombre de partisans est estimé à 15-20,000, sans compter leurs partisans civils. Les autorités soviétiques envoyer des troupes locales et les militants du Parti communiste contre les partisans et d’employer des agents du KGB pour infiltrer les unités de partisans.

4-11 Février 1945 La conférence de Yalta des chefs des États-Unis, au Royaume-Uni et de l’URSS de gouvernement, Franklin D. Roosevelt, Winston Churchill et Joseph Staline, principalement décide des arrangements d’après-guerre en Europe, en concédant contrôle l’URSS en Europe de l’Est, mais en même temps appeler à des élections libres. Le sort de la Lettonie et les autres pays baltes a été effectivement déjà décidé lors de la Conférence de Téhéran 8 Novembre Décembre 1943 to 2

8 mai 1945 À la fin de la guerre, la Lettonie a perdu environ un tiers de sa population. Environ 120.000 Lettons dans l’Ouest refusent de revenir et finalement s’installer dans le Royaume-Uni, Etats-Unis, le Canada, l’Australie et d’autres pays. En Lettonie, les colons d’autres régions de l’URSS commencent à arriver. L’immigration est encouragée par l’industrialisation massive dans les années 1960 et 1970, la réduction de la proportion des Lettons de plus de 3/4 dans le recensement de 1935 à un peu plus de la moitié en 1989.

9 mai 1945 L’armée allemande dans l’enclave Kurzeme rachats, parmi eux une division de légionnaires lettons. Répressions soviétiques contre la population s’étend à l’ensemble de la Lettonie. Des dizaines de milliers sont arrêtés, envoyés dans des prisons et des camps de travail difficiles.

15 Août 1945 Un comité central letton est établi en Allemagne occidentale, le premier représentant des organisations lettones dehors de la Lettonie dans l’Ouest. Tant dans les camps de réfugiés et après l’émigration vers d’autres pays, les organisations représentatives nationales et locales, aux congrégations religieuses, les écoles, la culture et les organisations de jeunesse sont établis ; une vie sociale active et culturelle s’ensuit.

25 Mars 1949 Une déportation massive seconde environ 44000 est dirigée contre les agriculteurs lettons, qui ne veulent pas de collectiviser et lettons partisans partisanes. Des familles entières sont réglés « à vie », la plupart d’entre eux dans les régions sibériennes de Omsk, Tomsk et de Krasnoïarsk. Après la mort de Staline,

en 1953, un grand nombre sont autorisés à retourner en Lettonie, mais sont stigmatisés pour la vie. Une vague de collectivisation avoir lieu, mais les fermes collectives sont inefficaces, et les pénuries alimentaires deviennent monnaie courante. La déportation réduit considérablement les activités nationales partisanes.

1959

Juillet 1959 Soviétique et des partis communistes lettons c porte vers le bas contre la Lettonie nationaux-communistes pour s’opposer à la russification et les tendances de colonisation. Dissidence interne des partis continue, cependant, et en 1972, une lettre de protestation contre la politique soviétique atteint partis communistes et les publications de presse en Occident.

1986

1986 - 1991 La REVOLUTION CHANTANTE

1986 - Premières manifestations anti-soviétiques tenues par des militants nationalistes et de l’environnement.

26 avril 1986 Catastrophe de Tchernobyl, importante mobilisation balte : les contestations écologistes acquièrent une certaine respectabilité.

1986-88 Envoi de "nettoyeurs" baltes à Tchernobyl. Sur les quelques 6’000 "nettoyeurs" lettons, 2283 ont aujourd’hui un statut d’invalide. Des dissidents baltes firent plusieurs périodes de nettoyage.

Mai 1986 L’Union des cinéastes soviétiques se donne une nouvelle direction pour un dégel : libérer les films censurés et soutenir la liberté de création.

10 juillet 1986 Fondation du groupe letton Helsinki-86 à Liepaja.

Automne 1986 Film de Podnieks : "Est-il facile d’être jeune ?" panoramique de la jeunesse lettone, première critique de la guerre d’Afganistan, film-exemple de la Glasnost dans les cinémas occidentaux.

Octobre 1986-mai 1987 Campagne contre la construction du barrage hydroélectrique sur la Daugava. Dans le sillage de la politique de perestroïka et la nouvelle glasnost du président du PCUS Mikhaïl Gorbatchev, les protestations populaires contre la construction d’un barrage hydroélectrique sur la Daugava éclatent. Plus tard, le projet de construction d’un métro à Riga rejoint la liste douteuse des projets respectueux de l’environnement arrêtés par l’action populaire.

23 décembre 1986 : Libération de A.Sakharov. 200 dissidents libérés jusqu’à février 1987.

1987

17-20 février 1987 : Visite de Gorbatchev dans les Etats baltes. Programme de Riga.

24 février 1987 Fondation du mouvement écologiste VAK.

printemps 1987 Dégel politico-culturel à Moscou : publication de plusieurs livres significatifs et interdits : "Les enfants d’Arabat" de A.Rybakov sur la vie dans un quartier de Moscou sous Staline, "Un nuage avait passé la nuit" de A.Pristavskine : après la déportation des Tchétchènes-Ingouches, certains Tchétchènes prirent le maquis, "Les draperies blanches"… nomination de Korotitch rédacteur à la revue "Ogoniok".

14 Juin 1987 Le groupe des droits humains Helsinki-86, formé un an plus tôt, organise un événement non autorisé qui attire un grand nombre de personnes au Monument de la Liberté à Riga pour commémorer les victimes des déportations soviétiques . C’est le début des réunions et des manifestations de masse sur les journées commémoratives, en particulier les 25 mars et 14 Juin (déportations de masse), 23 Août (Pacte Hitler-Staline ) et 18 novembre (Jour de l’Indépendance lettone). Un certain nombre de groupes civiques non autorisées sont fondés en 1987, comme le Club de protection de l’environnement et groupe ministres luthérien "De renaissance et renouveau".

8 juillet 1987 Abandon définitif de la construction du barrage hydroélectrique sur la Daugava.

23 août 1987 Anniversaire du Pacte Ribbentrop-Molotov. Dépôt de fleurs au Monument à la Liberté, 7 à 10000 personnes se rassemblent, brutalités policières et quelques 200 interpellations ou arrestations.

Septembre 1987 1er numéro du périodique "Auseklitis", proche de Helsinki-86.
Septembre 1987 1er numéro du périodique des Verts (VAK) sous le nom symbolique de "Staburags", rocher lié à la mythologie lettone, noyé sous les eaux d’un barrage construit par les soviétiques. Les Verts lettons joueront un rôle important dans la mobilisation de la population et dans le grignotage des nombreux interdits. On doit, entre autre, à leur action la réhabilitation du drapeau letton.

2 novembre 1987 : Création à Moscou d’une commission d’enquête sur les victimes de Staline.

18 novembre 1987 69ème anniversaire de l’indépendance, état de siège, téléphone coupé avec l’extérieur, 20 à 40000 personnes manifestent. 5’000 policiers ceinturent le Monument de la Liberté.

20 novembre 1987 Le conseil municipal de Riga redonne à quelques rues leurs noms pré-soviétiques, débutant un long processus de 40 mois.

1988

1988 : la Lettonie crie pour se libérer de Moscou
Dans la capitale de Riga, des milliers de Lettons ont commencé un mouvement de masse pour presser Moscou et obtenir une plus grande indépendance de l’Union soviétique.

Dans son congrès inaugural, le Latvijas Tautas Fronte (LTF - Front populaire letton) a fait une demande sans précédent aux dirigeants soviétiques, tels que le droit à l’autodétermination. Le LTF exprime le désir de la Lettonie à prendre ses propres décisions avec le nouveau climat de la perestroïka du président soviétique Mikhaïl Gorbatchev.

Les foules participent à un énorme rassemblement , les services religieux et deux jours de conférence ont une large couverture médiatique locale.

La première messe a été célébrée dans la cathédrale luthérienne de Riga Domkirke depuis 30 ans et a été diffusée à la télévision et sur les radios locales.

janvier 1988 : Des queues particulièrement longues suite aux restrictions sur les alcools. Pénurie de sucre, base de la distillation clandestine. Empoisonnements à l’alcool frelaté (méthanol).

30 janvier 1988 Mémorandum de “Helsinki-86” au PC letton revendiquant le droit du peuple letton à l’autodétermination.

31 janvier 1988 Début de l’émission TV "Labvakar" (bonsoir), créée à la demande du Comité central du PCL, toujours à la pointe de l’actualité politique, quand elle ne la provoquait pas. La Lettonie s’arrêtait pour regarder l’émission.

13 mars 1988 Lettre ouverte de N.Andrejeva dans “Sovietskaya Rossia” mettant en question la Perstroika de Gorbatchov.

25 mars 1988 Grande marche jusqu’au Cimetière des Frères pour commémorer les déportations de 1949. Plusieurs arrestations préventives.

hiver-printemps 1988 Libération progressive de la mémoire et des émotions interdites pendant 48 ans. Début de la publication de nombreux témoignages de déportation.

avril 1988 Publication en letton de "la ferme des animaux" d’Orwell ; article critique mettant en relation les liquidations de 1937-38, les erreurs de stratégie de Staline et les revers soviétiques de 1941.

13 avril 1988 Création du Front Populaire d’Estonie (FPE), 1er FP en URSS, dont le congrès fondateur aura lieu le 30 septembre.

14 avril 1988 Accord sur le retrait militaire soviétique d’Afghanistan signé à Genève.

19 avril 1988 Enterrement du dissident Gunars Astra, en présence de 6000 personnes. G.Astra avait été libéré 6 semaines plus tôt.

27 avril 1988 Manifestation de 12 à 15000 personnes organisée par les Verts (VAK) contre le projet du métro de Riga, qui fait craindre une nouvelle vague d’immigration.

Printemps 1988 Manifestations hebdomadaires "écologiques" de VAK dans le parc de l’Arcadie. Forum important pour l’évolution des idées.

Mai 1988 Reconnaissance officielle des déportations soviétiques (15’051) du 13-14 juin 1941.

1-2 Juin 1988 Le plénum spécial élargi de l’Union des écrivains officiels lettons appelle à une plus grande autonomie culturelle, au renforcement du rôle de la langue lettone, et à la création d’organisations culturelles indépendantes. Pour la première fois sous le régime soviétique, le Protocole secret du Pacte Ribbentrop-Molotov est rendu public, évacuant le mythe de la révolution socialiste de 1940. la prise de contrôle de 17 Juin 1940 est ouvertement déclaré être une profession.

En Juin, pour la première fois le drapeau national est porté dans les rues ;

1-2.juin 1988 Au plénum élargi des Associations de créateurs (arts divers) lettons,

3 juin 1988 Création de Sajudis en Lithuanie, dont le congrès fondateur aura lieu le 22 octobre.

Juin 1988 Reconnaissance officielle des déportations soviétiques (43 231 paysans) du 23-25 mars 1949.

Juin 1988 Collecte de 800 000 signatures, qui seront remises à Gorbatchev, pour soutenir la modification de la Constitution de l’URSS dans le sens d’une large décentralisation.

14 juin 1988 Manifestations dans les 3 Etats baltes commémorant les déportations de 1941. 100 000 personnes à Riga, organisé par VAK.

18 juin 1988 Plénum du CC du PC letton. Début de l’action des pro-moscovites contre le processus de démocratisation.

21 juin 1988 - 21 juillet Création du Front populaire de Lettonie, dont le congrès fondateur aura lieu le 9 octobre.

24 juin 1988 A Vilnius, 50 000 personnes accompagnent à la gare leurs délégués à la XIX Conférence du PC de l’URSS.

28 juin 1988 19.Conférence du PC d’URSS. Accentuation d’un clivage libéraux-conservateurs

29 juin 1988 Premier blanc dans un journal pour montrer qu’il y a eu censure.

L’hymne national est chanté en Juillet.

8 juillet 1988 Premier débat public à l’Institut du PC sur les événements de 1940 en Lettonie. Le mot “occupation” est prononcé..

10 juillet 1988 Fondation du LNNK (Mouvement pour l’indépendance de la Lettonie).

13 juillet 1988 Festival "Baltica 88", avec des délégation de tout le pourtour de la Baltique, le drapeau letton d’antan est toléré, climat émotionnel et symbolique : 3 femmes d’une même famille chantent ensemble, l’une vient de Sibérie, la deuxième des Etats-Unis et la troisième de Riga.

8-13 août 1988 Visite en Lettonie et en Lithuanie de Jakovliev, membre libéral du Politburo.Critique des tendances conservatrices du Comité central du PC letton.

8 août 1988 Le Centre de coordination du Front populaire est opérationnel.

11 août 1988 Manifestation de commémoration du Traité de paix de 1920 avec la Russie qui reconnait l’indépendance de la Lettonie.

23 août 1988 Diverses manifestations totalisent plusieures centaines de milliers de manifestants.

23 août 1988 Première de l’opéra-rock “Lacplesis” (héros mythique de la lutte contre l’Ordre teutonique) de Zigmars Liepins et Mara Zalite...

30 août 1988 Mise en route de l’organisation du Congrès fondateur du Front populaire de Lettonie.

31 août 1988 L’URSS approuve l’autonomie économique des républiques baltes.

17 septembre 1988 Le jour de l’inauguration de Jeux Olympiques à Séoul, appel public à restaurer le Comité Olympique letton. 100’000 personnes apportent leur soutien.

29 septembre 1988 Le Soviet suprême de Lettonie légalise l’utilisation du drapeau letton et la symbolique nationale dans les commémorations.

30 septembre 1988 Congrès fondateur du Front Populaire d’Estonie, précédé d’une manifestation de 300’000 personnes.

4 octobre 1988 Le PCL se propose un candidat au poste de secrétaire différent du candidat désigné par Moscou.

6 octobre 1988 La langue lettone reçoit le statut de langue officielle.

7 octobre 1988 Meeting à l’estrade des festivals de chant : 150’000 personnes unies dans une joie profonde autour du thème "il n’y a pas d’alternatives à la décolonisation".

8-9 octobre 1988 Congrès fondateur du Front Populaire de Lettonie qui compte déjà 200 000 membres. Le Front populaire letton (LPF) est établi et devient la force motrice vers l’indépendance.

13 octobre 1988 Le Procureur de la République ouvre une enquête sur la liquidation d’officiers lettons à Litene par les soviétiques en 1941.

17 octobre 1988 Première rencontre du FPL avec les représentants es minorités pour organiser le Forum des peuples.

19 octobre 1988 Première pénurie de papier pour que les journaux lettons ne soient pas expédiés dans les autres Républiques.

22 octobre 1988 Congrès fondateur de Sajudis en Lithuanie.
22 octobre 1988 Publication du projet de modification de la Constitution de l’URSS. Les promesses de décentralisation n’ont pas été tenues.

2 novembre 1988 Le Soviet suprême de Lettonie réhabilite partiellement les déportés sur décision administrative du 25 mars 1949.

8 novembre 1988 1ère séance officielle de coordination des directions des Fronts populaires estonien et letton et du mouvement de restructuration lithuanien "Sajudis" : action commune d’explication dans toutes les autres Républiques pour critiquer le centralisme du projet de Constitution de l’URSS. Gorbatchev avait promis la décentralisation.

11 novembre 1988 Le drapeau letton est officiellement arboré sur la tour du St.Esprit du Château de Riga, symbole du pouvoir. C’est le jour du héros mythique Lacplesis, symbole de la lutte contre l’oppresseur, allemand à l’origine.

13 novembre 1988 Visite en Lettonie de V. Medvedev, membre du Politburo, chargé de la reprise en main.

16 novembre 1988 Le Soviet Suprême d’Estonie adopte sa Déclaration de Souveraineté.

18 novembre 1988 Commémoration de la Proclamation de l’indépendance au Théâtre National où elle eut lieu en 1918.

19 novembre 1988 Le Conseil du Front Populaire convie le Soviet suprême letton à adopter une Déclaration de souveraineté.

22 novembre 1988 Le Soviet suprême de Lettonie évite de prendre position contre le projet de Gorbatchev, qui restreint les droits des républiques contrairement à ses promesses.

26 novembre 1988 Le Soviet suprême d’URSS déclare inconstitutionnelle la Déclaration de souveraineté de l’Estonie. Pour la première fois dans l’histoire, un député, la lettone D.Skulme, ose exprimer un point de vue divergeant après l’exposé du Présidium.

29 novembre 1988 Fin du brouillage des émissions des radios occidentales à destination de l’URSS.

13 décembre 1988 Forum des nationalités de Lettonie, première redéfinition des rapports à l’intérieur de la République.

17 décembre 1988 1 002 829 signatures récoltées en Lettonie contre le nouveau projet de la Constitution de l’URSS de Gorbatchev.

18 décembre 1988 Première participation de lettons de Lettonie au congrès de l’Association lettone des Etats-Unis (ALA).

16 décembre 1988 1er numéro de "Atmoda" (le réveil), journal du FPL.

25 décembre 1988 Noël peut être fêté pour la première fois sous le régime soviétique.

1989

1989 - Les Lettons rejoignent les deux autres pays baltes dans des manifestations commémorant la perte de leur indépendance due aux protocoles secrets du pacte Ribbentrop-Molotov qui a conduit à l’occupation soviétique.

les voix Baltes de la "révolution chantante, créent "la voie Balte"

7 janvier 1989 Congrès fondateur de l’Interfront, mouvement loyaliste envers l’URSS : 26 lettons sur 713 membres.

16 janvier 1989 Décret du Présidium du Soviet suprême d’URSS réhabilitant les victimes des répressions de masse des années 1930, 1940 et 1950, à l’exception de celles qui ont fait l’objet de jugement d’un tribunal..

18 janvier 1989 La langue estonienne devient langue d’état, obligatoire pour certaines professions.

14 février 1989 Le Conseil des ministres de la RSS de Lettonie décide d’un contrôle de l’immigration.

15 février 1989 Fin du retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan.

Hiver 1989 Début des nombreux bizutages mortels des recrues baltes. Traumatisme de l’Afganistan. Désertions et refus de faire le service. Actions des mères pour protéger leurs fils et actions des OMON et des paras pour les capturer. Référence aux Conventions de La Haye de 1907 et de Genève de 1949 qui interdisent la conscription des populations de territoires occupés.

18 février 1989 Création des unités spéciales de la milice connues sous le nom de "bérets noirs" ou OMON. Ils dépendent directement de Moscou et des pro-moscovites du PC letton.

23 février 1989 Manifestation de l’Interfront (20000 à 40000) avec des slogans agressifs en particulier contre l’officialisation de la langue lettone.

début mars 1989 La Commission spéciale du CC du PC d’URSS enquête à Riga sur la conformité de l’idéologie dans la RSS de Lettonie.

6 mars 1989 Arrestation des principaux acteurs de théâtre manifestant pour la liberté d’expression.

12 mars 1989 Manifestation pacifique (250 000 à 300 000), organisée avec un soin particulier pour éviter toute possibilité de provocation : les lettons avec les représentants des nationalités des immigrés en protestation contre la manifestation de l’Interfront.

12 mars 1989 Rencontre à Stockholm, des représentants du FPL avec ceux des social-démocrates lettons en exil.

17-19 mars 1989 Festival "rock pour l’Indépendance" pour financer le FPL.

25 mars 1989 Commémoration des déportations de 1949.

26 mars 1989 Elections jugées démocratiques : 24 des 29 élus représentent les forces du changement. Plus de la moitié des 2’250 sièges du Congrès des députés du peuple appartiennent à la RFSS de Russie, contre 40 à l’Ukraine et à chacune des autres républiques fédérées (plus quelques représentants dans les organisations professionnelles).

26 mars 1989 Attribution de l’heure balte, une heure avant celle de Moscou. L’aéroport de Riga refuse de s’y plier.

printemps 1989 Début des Comités de citoyens qui recensent les citoyens baltes.

30 mars 1989 Plénum des associations de créateurs sur le thème “la Conférence de Vienne. Les droits de l’homme et des peuples en Lettonie”.

1-27 avril 1989 Délégation du FPL aux Etats-Unis.

9 avril 1989 Massacre (gaz et pelles de sapeur) de manifestants par l’Armée rouge à Tbilisi, Géorgie (20 morts). Le lendemain : manœuvres de l’Armée rouge dans les rues de Riga et ailleurs en URSS.

25 avril 1989 Les premières troupes soviétiques quittent la Hongrie.

5 mai 1989 Le Soviet suprême de la RSSL adopte la loi qui promeut le letton comme langue officielle.

13 mai 1989 Assemblée balte à Tallin, programme commun d’action .

15 mai 1989 1ère rencontre officielle entre le Front populaire de Lettonie et l’organisation faîtière des lettons de l’extérieur PBLA à "Abrene" en France.

18 mai 1989 Le Soviet Suprême de Lithuanie adopte la Déclaration de Souveraineté.

25 mai 1989 Congrès des députés du peuple à Moscou. Commence par une minute de silence à la mémoire des morts de Tbilissi.

31 mai 1989 Le Front Populaire de Lettonie appelle à l’indépendance totale.

1 juin 1989 Création à Moscou d’une Commission spéciale du Congrès des Députés du peuple pour faire le point sur l’annexion des Etats baltes en 1940.

8 juin 1989 Décret du Soviet suprême letton réhabilitant les victimes des années 1940-1950.

14 juin 1989 60 000 personnes manifestent pour une destalinisation à l’occasion de l’anniversaire des déportations de 1941.

26 juillet 1989 60’000 personnes manifestent pour que le Soviet suprême de Lettonie adopte une Déclaration de souveraineté.

27 juillet 1989 Le Soviet Suprême d’URSS admet le self-management balte selon la proposition. estonien.

28 juillet 1989 Le Soviet Suprême de Lettonie adopte sa Déclaration de souveraineté.

29 juillet 1989 Le Soviet Suprême de Lettonie associe l’éligibilité au niveau local à une domiciliation de 5 ans dans la république, mais à 10 ans pour l’éligibilité au niveau national.

Août 1989 La Commission sur l’annexion des Etats baltes rend publique et admet l’existence des protocoles secrets du Pacte Ribbentrop-Molotov.

23 août 1989 La "Voie balte", chaîne humaine de 1,5 à 2 millions de personnes sur 650 km entre les capitales baltes : Tallin en Estonie et Vilnius en Lithuanie en passant par Riga en Lettonie.

les voix Baltes de la "révolution chantante, créent "la voie Balte"

26 août 1989 Gorbatchev menace les baltes, début de la glaciation , montée en puissance de la propagande contre les baltes.

28 août 1989 En 2 jours le FPL recueille 204’000 signatures contre la déclaration de Gorbatchev.

31 août 1989 Le Conseil des Etats baltes, réuni à Riga, demande au Conseil de sécurité de l’ONU de mettre la Question balte à l’ordre du jour.

1 septembre 1989 Entrée des classes : l’enseignement dans les langues minoritaires minoritaires (polonais, hebreu, lithuanien, estonien, arménien…), supprimé par les soviétiques en 1940, est rétabli.

8 septembre 1989 L’exposition "La peinture soviétique lettone 1944-57" expose peintures et procès-verbaux de la prise en main stalinienne.

20 septembre 1989 Gorbatchev remanie la direction du Parti au profit des réformateurs.

21 septembre 1989 Manifestation de la Ligue des femmes de Lettonie contre les brimades parfois mortelles que subissent les recrues lettones.

septembre 1989 Début des tickets de rationnement : d’abord pour le sucre, pour éviter la distillation privée, puis pour la plupart des articles de base.

7-8 octobre 1989 2ème Congrès du Front populaire de Lettonie se fixe pour but l’indépendance totale.
[brun]
9 novembre 1989 Le mur de Berlin a vécu.[/brun]

10 novembre 1989 Décret du Soviet suprême d’URSS déclarant les déclarations estonienne, Lettone, Lithuanienne et Azéri sur la prééminence des lois des républiques sur les lois de l’URSS en contradiction avec la Constitution et donc nulles et non avenues.

10 novembre 1989 Le Soviet suprême de Lettonie modifie la Constitution pour introduire un service militaire alternatif. Décrète fêtes officielles : Noël, la St-Jean et le 18 novembre (proclamation de l’indépendance en 1918).

11 novembre 1989 La Commission d’enquête du Soviet suprême de Lettonie sur les événements de 1939-40 conclut que la Lettonie fut occupée et annexée en application du Pacte entre Hitler et Staline. En conséquence la Déclaration (doc.n°28-30) de la Saeima du 21 juillet 1940 pour le rattachement de la Lettonie à l’URSS et la décision soviétique du 5 août 1940 sont nulles et non avenue dès le jour de son adoption.

18 novembre 1989 Manifestation de 500 000 personnes pour l’indépendance.

27 novembre 1989 Gorbatchev accorde une loi sur l’autonomie économique aux 3 Républiques baltes.

2-3 décembre 1989 Sommet Bush-Gorbatchev à Malte : fin de la "guerre froide". L’OTAN affirme sa volonté de maintenir les frontières existantes.

10 décembre 1989 Victoire du FPL aux élections municipales : le FPL concrétise son implantation dans les structures administratives sur tout le territoire de la Lettonie.

12 décembre 1989 Gorbatchev obtient que le Congrès des Députés du peuple refuse le débat sur le rôle dirigeant du Parti.

14 décembre 1989 Mort d’Andrei Sakharov.

20 décembre 1989 Le PC lithuanien se sépare du PC d’URSS.

24 décembre 1989 Le Congrès des Députés du Peuple d’URSS reconnaît l’existence des protocoles secrets du Pacte Ribbentrop-Molotov , les condamne et les déclare nuls et non avenus.

28 décembre 1989 Le Soviet suprême de la RSS de Lettonie supprime l’art.6 sur le rôle dirigeant du Parti communiste.

1990

1990 - La statue de Lénine est descendue à Valmiera,
"Goodbye Lenin" : Statues tombé après l’indépendance

4 mai 1990 Après avoir remporté les élections de mars, les délégués LPF au Conseil suprême RSS de Lettonie obtenir la majorité des 2/3 à renoncer à adopter une loi comme illégale l’occupation soviétique et l’usurpation du pouvoir en 1940, le rétablissement de la constitution 1922 et le nom de la République de la Lettonie. La loi prévoit une période de transition avant l’installation de la nouvelle Saeima et la restauration de la pleine souveraineté.

Mai 1990 - Letton Conseil suprême (parlement) déclare « de jure » l’indépendance de la République de Lettonie. Godmanis Ivars du Front populaire, devient premier ministre.

11 janvier 1990 Visite de Gorbatchev en Lithuanie : 300’000 manifestent en faveur de l’indépendance.

11 janvier 1990 Le Soviet suprême letton adopte des modifications dans la constitution permettant aux citoyens de créer des partis politiques.

14 janvier 1990 Le Conseil balte à Pernau coordonne les actions en vue de la restaurations des indépendances baltes.

15 février 1990 Le Soviet supême de Lettonie adopte une Déclaration pour organiser l’indépendance, reofficialise la symbolique, le drapeau et l’hymne de la Lettonie de 1918.

6 mars 1990 Le Comité letton “Genève 1949” milite pour un refus de servir sous les drapeaux de l’armée d’occupation.

11 mars 1990 Déclaration restaurant l’indépendance de la Lithuanie.

12 mars 1990 La Mairie de Riga échappe à Rubiks.

16 mars 1990 Le III. Congrès des députés du peuple d’URSS adopte le multi-partisme, mais déclare nulle et non avenue la Déclaration restaurant l’indépendance de la Lithuanie. Election de Gorbatchev président.

18 mars 1990 1er tour des élections, victoire du Front Populaire.

30 mars 1990 Déclaration restaurant l’indépendance de l’Estonie avec une période de transition.

7 avril 1990 Scission du Parti communiste letton. Sur 180’000 membres, 37.7% étaient lettons, 43.1% russes, 17.2% divers.

9 avril 1990 Forum Lugano : Le président letton A.Gorbunovs annonce à la presse mondiale que le 4 mai sera proclamée la restauration de l’indépendance de la Lettonie.

18 avril 1990 Blocus économique de la Lithuanie.

21 avril 1990 L’Assemblée de 8’086 élus (sur 13’000) de tous niveaux appellent à la proclamation de l’indépendance.

printemps La pénurie de papier pour la presse s’accentue.

26 avril 1990 François Mitterand et Helmut Kohl appellent la Lithuanie à suspendre la Déclaration restaurant l’indépendance pour un compromis avec Moscou. Soutien occidental à Gorbatchev pour faire aboutir les négociations sur la réunification allemande.

29 avril 1990 Le Lithuanien Stanislovas Zemaitis s’immole par le feu en plein centre de Moscou pour protester contre l’occupation de son pays.

30 avril 1990 Le Congrès des citoyens de la République de Lettonie se proclame le représentant légal des citoyens de la Lettonie de 1918.

4 mai 1990 Adoption de la Déclaration restaurant l’indépendance de la Lettonie avec une période de transition et Déclaration d’adhésion à 51 instruments des Droits de l’homme. Le Soviet suprême sera renplacé par la Saeima après les premières éléctions libres dans une Lettonie totalement indépendante.

7 mai 1990 Ivars Godmanis (FPL) est confirmé premier ministre.

11 mai 1990 L’assemblée de la Milice (police) de Riga déclare son allégeance à Moscou.
12 mai 1990 Renouvellement du Traité d’entente et de coopération du 12 septembre 1934 (Entente baltique), création du Conseil baltique et candidatures conjointes à la CSCE.

14 mai 1990 Décret de Gorbatchev déclarant la restauration de l’indépendance des 3 Etats baltes nulle et non avenue.

15 mai 1990 Manifestations violentes de loyalistes soviétiques devant les parlements letton et estonien. Beaucoup avaient une coupe de cheveux militaire ou étaient en uniforme.

20 mai 1990 Fondation du Comité de défense de la Constitution de l’URSS avec Rubiks à sa tête.

24 mai 1990 Décès du cardinal letton J.Vaivods (1895-1990).

29 mai 1990 Election de B.Eltsine président du Soviet suprême de la FRSS de Russie.

juin 1990 La marine soviétique rebaptise le porte-avion "Riga" en "Variag".

06 juin 1990 L’Assemblée balte propose à Gorbatchov de commencer les négociations avec les Etats baltes.

12 juin 1990 Le Soviet Suprême de la Fédération de Russie adopte la Déclaration de Souveraineté.

30 juin 1990 Moratoire de 100 jours pour l’indépendance de la Lithuanie, levée de l’embargo sur l’énergie.

3 juillet 1990 Restauration de la propriété privée agricole.

5-8 juillet 1990 Festival de chant choral, qui fut dès 1873 l’âme du peuple letton.

10 juillet 1990 Le Soviet suprême de Lettonie nomme une délégation pour négocier l’indépendance avec Moscou.

16 juillet 1990 Le Soviet Suprême d’Ukraine adopte la Déclaration de Souveraineté.

27-31 juillet 1990 Les dirigeants baltes rencontrent Eltsine à Riga.

30 juillet 1990 Rencontre entre le Président américain Bush avec le 1er ministre letton I.Godmanis et le ministre des affaires étrangères J.Jurkans.

13 août 1990 Moscou réhabilite l’ensemble des victimes du stalinisme des années 1920 à 1950. Annulation des privations de citoyenneté d’entre 1966 et 1988.
Automne 1990 La force spéciale les OMON passent sous les ordres directs de Moscou et n’arrêteront pas leurs actes de provocation quotidiens jusqu’au 22 août 1991.

13 septembre 1990 L’article 2. du Traité de Réunification allemande exclut toute modification, même pacifique, des frontières dans l’Europe de l’Est . Réaction commune des parlements baltes.

14 septembre 1990 Accord de coopération économique entre les Etats baltes.

14 septembre 1990 Le Soviet suprême de Lettonie adoptent la Déclaration condamnant le génocide et l’antisémitisme.

27 septembre 1990 Les OMON occupent la maison de la presse.

6-7 octobre 1990 3ème Congrès du Front populaire de Lettonie.

8 octobre 1990 Ouverture d’un Bureau d’information balte à Copenhague.

18 octobre 1990 Le CC du PCL pro-moscovite demande à Gorbatchev d’annuler la Déclaration d’indépendance.

2 novembre 1990 Les OMON occupent à nouveau la maison de la presse.

8 novembre 1990 Le Conseil des Etats baltes demande aux membres du Traité sur les armes conventionnelles en Europe et aux membres de la CSCE de considérer les territoires des Etats baltes comme ne faisant pas partie de l’URSS.

11 novembre 1990 La Lettonie refuse de signer le Traité de l’Union.

17 novembre 1990 CSCE à Paris, Gorbatchev met son véto à la présence des représentants baltes, pourtant "invités de la République Française".

21 novembre 1990 Mémorandum à Gorbatchev pour que débutent les négociations et pour éviter que les extrêmes ne prennent le dessus. Une déclaration intempestive fait craindre que les municipalités n’approvisionnent plus l’armée soviétique.

novembre 1990 Prise de pouvoir des ultras à Moscou, retour du vocabulaire stalinien. Le ministre de l’intérieur libéral Balatine est remplacé par l’ultra Pugo (d’origine lettone).

novembre 1990 Création du Comité de Salut publique pro-moscovite sous la direction de A.Rubiks.

25 novembre 1990 Le prix Nobel de la paix Gorbatchev envisage "la nécessité d’une dictature pour reprendre le contrôle" de la situation.

1 décembre 1990 Appel de la session commune des 3 Parlements baltes à Vilnius à tous les parlementaires du monde d’user de leur influence pour que Moscou engage dans les plus brefs délais des négociations entre états sur l’indépendance des Etats baltes.

6 décembre 1990 Le Comité de Salut publique de Rubiks demande à Gorbatchev d’instituer en Lettonie le gouvernement direct du Président de l’URSS.

13 décembre 1990 Le Front populaire de Lettonie réunit 911’000 signatures contre le Traité de l’Union.

20 décembre 1990 Démission du ministre de Affaires étrangères soviétiques Schevarnadzé.

22 décembre 1990 Le ton et le vocabulaire du discours du nouveau ministre de l’intérieur soviétique B.Pugo et celui du chef du KGB Krioutchkov témoignent de la probabilité d’une intervention dans les Etats baltes pendant la guerre contre l’Irak. Schevernadze annonce la dictature.

1991

Indépendance

13 Janvier 1991 Une manifestation pour protester contre l’attaque des forces de l’URSS sur les institutions lituaniennes attire 500 000 personnes à Riga. Des barricades sont construites dans la vieille ville et autour des objets importants, gardé par quelques 100.000 défenseurs désarmés. Plusieurs sont tués par les forces de sécurité soviétiques, mais l’utilisation massive de la force n’est pas employée

2 janvier 1991 Les OMON occupent la Maison de la Presse où sont imprimés tous les journaux de la République. Coups de feu.

4 janvier 1991 Décret de Gorbatchev : s’assurer, par tous les moyens, que les recrues rejoignent l’Armée rouge.

7 janvier 1991 Le Ministre de la Défense Yazov envoie des unités parachutistes dans les Etats baltes, la Moldavie, l’Ukraine, l’Arménie et le Géorgie.

9 janvier 1991 Une Commission du 4ème Congrès arrive à Riga pour s’informer sur la situation, en particulier sur les discriminations que subirait l’Armée rouge.

11 janvier 1991 Le Soviet de la Fédération privilégie la solution politique dans les Républiques baltes.

11 janvier 1991 A Riga, dans une réunion commune, les présidents des "rajons" et des municipalités de toute la Lettonie expriment leur soutien à la politique du Gouvernement et du législatif.

11 janvier 1991 A Vilnius des blindés légers procèdent à l’occupation de plusieurs bâtiments, dont la Maison de la Presse, plusieurs blessés. La population se rassemble autour des objets stratégiques.

nuit du 12-13 janvier 1991 Massacre à Vilnius par l’armée soviétique qui engagea des des paras et des chars d’assaut qui tirent près de la TV : 15 morts, 331 blessés. Arrêt des opérations après un entretien téléphone entre Bush et Gorbatchev. Présence d’unités alpha du KGB probables.

13 janvier 1991 Couvre-feu à Vilnius. Ultimatum aux Parlementaires : évacuer le bâtiment du Parlement.

13 janvier 1991 Manifestation à Riga 500 000 personnes. Les barricades (beaucoup de machines agricoles) dans la vieille ville et autour des ministères affirment clairement la volonté de se défendre.

13 janvier 1991 Traité sur les relations entre Etats entre les 3 Etats baltes et la Fédération de Russie à Tallin (qui ne sera pas ratifié par le Parlement russe). Les 4 Etats invitent le Secrétaire général de l’ONU à convoquer une conférence internationale pour régler la question balte.

14 janvier 1991 Ultimatum du général Kuzmin, commandant de la région militaire de la Baltique, pour la révocation de toutes les lois en contradiction avec le décret de Gorbatchev du 14 mai 1990.

15 janvier 1991 Manifestation de soutien aux baltes à Moscou, malgré un accroissement de la désinformation.

15 janvier 1991 Expéditions des OMON : un mort.

16 janvier 1991 Les OMON tuent un chauffeur du Ministère de l’intérieur letton.

17 janvier 1991 Diverses délégations soviétiques, dont une du Soviet suprême d’URSS, arrivent à Riga pour constater qu’il n’y a aucune raison d’engager l’armée.

20 janvier 1991 A Riga, dans le cadre des activités contre le mouvement indépendantiste, des forces pro-soviétiques spéciales de police lettone Omon pénètrent au ministère de l’Intérieur (le ministre est à Moscou) , résultat : massacre par les OMON et les unités spéciales retransmis en direct dans toutes les télévisions du monde : 6 morts et 10 bléssés. Le sang froid permet de ne pas céder à la provocation, qui devait servir de prétexte à l’intervention des troupes de l’Armée rouge. On reparle de la présence d’unités alpha.

21 janvier 1991 Le Gouvernement décide la création d’unités d’autodéfense.

23 janvier 1991 La Banque mondiale interrompt les négociations avec Moscou. Le Congrès américain condamne l’agression de l’URSS dans les Etats baltes. Vague de solidarité dans tous les Etats. Les journalistes, vexés par la désinformation qu’ils subissent dans le Golf, donnent un relief inespéré aux événements dans les Etats baltes.
25 janvier 1991 100 000 personnes assistent aux funérailles.

31 janvier 1991 Le Conseil nordique ouvre un Bureau d’information à Tallin.

9 février 1991 Référendum en Lithuanie : 90.5% pour l’Indépendance, participation 84.4%.

11 février 1991 Le Parlement islandais recommande le rétablissement des relations diplomatiques avec les Etats baltes.

28 février 1991 Le Danemark reconnaît "de facto" les Etats baltes.

3 mars 1991 Référendum en Lettonie, 73.7% pour l’indépendance et 87.6% de participation, en Estonie : 77.8% pour l’indépendance et 82.8% de participation.

9 mars 1991 Commentant ces résultats, le Secrétaire général de l’ONU Perez de Cuellar déclare sur France 1 que la question balte est une affaire intérieure de l’URSS. C’est le reflet des préoccupations du Conseil de Sécurité.

16 mars 1991 Le Secrétaire d’Etat américain James Baker reçoit à Moscou les représentants des Etats baltes et leur déclare que les Etats baltes, n’ayant pas adhéré volontairement à l’URSS, ne sont pas tenus de se soumettre à la procédure définie par l’URSS pour en sortir.

17 mars 1991 6 Républiques, dont la Lettonie, compte tenu du résultat du 3 mars, refusent d’organiser le référendum sur le projet d’une Union rénovée.

9 avril 1991 Proclamation de l’indépendance de la Géorgie.

13 avril 1991 Rencontre entre les délégations baltes venues négocier et une délégation soviétiaue venue discuter.

23 avril 1991 L’URSS et 9 des Républiques commencent à définir une Union rénovée.

7 mai 1991 Devant le Congrès des Etats-Unis, les 3 Premiers ministres baltes
demandent de l’aide. Le lendemain ils rencontrent le Président Bush.

16 mai 1991 Le président Mitterand reçoit le président letton A. Gorbunovs.

Mai 1991 Les OMON attaqueront et bruleront plusieurs postes de douane baltes en passant à tabac les douaniers, filmeront les opérations qui seront diffusées à la télévision de Moscou. Manoeuvres d’intimidation de l’Armée rouge à Riga. Commission d’enquête envoyée par Moscou n’a aucune effet sur la suite : 24 attaques de postes de douane jusqu’en août.

28 mai 1991 A Kishinev, les Fronts Populaires des 6 Etats (les Etats baltes, l’Arménie, la Géorgie et la Moldavie) condamnent l’action de Gorbatchev.

3 juin 1991 Le jour où fut publié le rapport officiel déchargeant l’armée soviétique de la responsabilité du massacre du 13 janvier à Vilnius, les troupes soviétiques firent des manœuvres d’intimidation près du Parlement lituanien.

13 juin 1991 4 autres postes frontière incendiés. Résolution du Parlement européen condamnant l’action.

18 juin 1991 le président de la RFSS de Russie exprime son soutien à l’indépendance des Etats baltes.

1-19 juillet 1991 CSCE à Genève, un groupe de 8 Etats décide de prendre dans leur délégations officielles, en tant qu’invités, des représentants des Etats baltes.

8 juillet 1991 Le CIO décide que les athlètes baltes pourront participer aux Jeux Olympiques sans que ce soit obligatoirement sous le drapeau soviétique.

11 juillet 1991 Les 3 Premiers ministres baltes demandent au Président Bush que les Etats baltes soient explicitement exclus de tout accord commercial entre les Etats-Unis et l’URSS.

27 juillet 1991 Jakovlev, inspirateur de la Peresroika, démissionne de son poste de conseiller de Gorbatchev.

31 juillet 1991 7 gardes frontières du poste de douane de Medininkai sont tués. Tout porte à croire que c’est le fait des OMON de Riga.

31 juillet 1991 Sommet Bush-Gorbatchev à Moscou.

1 août 1991 A Kiev, Bush met en garde les républiques soviétiques contre "la voie sans espoir de l’isolement". Vives réactions contre cette propagande moscovite.

17 août 1991 Réunion à Riga de députés d’opposition de tous rangs des 3 Républiques baltes pour lutter pour la conservation de l’URSS.

19-21 août 1991 Coup d’état à Moscou. 3 tués et 12 bléssés par les OMON à Riga. Dernier baroud d’honneur dans la vieille ville de Riga 3 heures après la fin du putsch à Moscou.

19 août 1991 La Suisse, présidant la CSCE, condamne dès le 19 à 11 heures le coup d’état. John Major une heure plus tard. Mitterand hésite, Bush a un décalage horaire...

20 août 1991 Les grandes puissances radicalisent leur pression.

1991 Août - Au cours de la tentative de coup d’Etat anti-Gorbatchev à Moscou, Omon vigueur frappe à nouveau à Riga, causant six morts. Conseil suprême déclare l’indépendance complète.

20-21 août 1991 Déclarations de restauration de l’indépendance totale des 3 Etats baltes.
Comme la tentative de coup d’Etat pour renverser le gouvernement soviétique de Mikhaïl Gorbatchev échoue, le Conseil suprême de Lettonie adopte la Loi constitutionnelle déclarant la Lettonie république démocratique indépendante conformément à la Constitution de 1922 et l’annulation de la période de transition décrétée le 4 mai 1990. L’île est le premier État à rétablir les relations diplomatiques. D’autres suivent en succession rapide. La Fédération de Russie sous la signature du président Boris Eltsine reconnaître l’indépendance lettone, le 23 Août ; l’Union soviétique le 6 Septembre. La Lettonie devient membre de l’Organisation des Nations Unies le 18 Septembre 1991.

1991 Novembre - Citoyenneté loi adoptée, donner la citoyenneté à ceux qui le détenait avant l’occupation soviétique de 1940 et leurs descendants.

Source :
chronologie du Groupe Suisse-Romand de Soutien au Front Populaire de Lettonie de 1991 contrôlée et enrichie en utilisant diverses sources. Compléments apportés par Mme Sandra Kalniete qui fut, pendant ces événements, secrétaire exécutive du Front Populaire de Lettonie.

1991 Septembre - Lettonie admis à l’ONU.

Informations issues du Groupe Suisse-Romand de Soutien au Front Populaire de Lettonie de 1991 contrôlées et enrichies en utilisant diverses sources. Compléments apportés par Mme Sandra Kalniete qui fut, pendant ces événements, secrétaire exécutive du Front Populaire de Lettonie.

1992-93

1993 - Restauration de 1922 la constitution.

1993 Juin - Premières élections indépendantes au Saeima, le parlement de 100 sièges.

5-6 Juin 1993 Les élections à la cinquième Saeima, en continuant la numérotation à partir de la période de l’indépendance d’abord, a lieu. La Saeima se réunit le 6 Juillet et le 7 Juillet élit le premier président après la restauration, Guntis Ulmanis. En 1999, il est remplacé par Vaira Vīķe-Freiberga. En 2007, Valdis Zatlers suppose le bureau du président.

31 Août 1994 Les troupes de la Armée Russe quittent le territoire letton. Pour la première fois depuis Septembre 1939, il n’y a pas de troupes étrangères sur le territoire letton. La localisation stratégique inachevée de Skrunda a été détruit le 4 mai 1995. Les localisateurs russes restantes ont été mis hors service le 31 Août 1998.

1995 - La Lettonie a admis au Conseil de l’Europe.

1996 - Ulmanis réélu.

1999 - fin du mandat de la suite dans le bureau du président Ulmanis, Vaira

[brun]Vaira Vīķe-Freiberga, première femme présidente de la Lettonie[/brun]

, la première femme présidente en Europe de l’Est.

Vaira Vīķe-Freiberga, née le 1er décembre 1937 à Rīga, est une femme d’État lettonne.

Élue présidente de la République de Lettonie en 1999, Vaira Vīķe-Freiberga fut réélue en 2003 et occupa ses fonctions jusqu’en 2007, date de la fin de son mandat. En décembre 2007, les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne la nommèrent vice-présidente du groupe de réflexion sur l’avenir de l’Europe 2020-2030. Ce groupe doit proposer des recommandations pour l’avenir du projet européen à l’horizon 2020 dans le cadre institutionnel du traité de Lisbonne lors d’un Conseil européen extraordinaire qui se tiendra sous présidence espagnole au premier semestre 2010.

En 2005, elle est classée à la 48e place, dans un classement consacré aux femmes les plus puissantes au monde par le magazine américain Forbes.

Elle a parfois été critiquée pour avoir autorisé des manifestations d’anciens nazis dans la capitale Riga.

(Source wikipedia)

2001

2001 -Riga célèbre 800e anniversaire.

Mai 2002 - Le Parlement vote pour changer la loi électorale dans le but de renforcer les chances d’adhésion de l’OTAN. La nouvelle loi omet une clause exigeant des candidats parlementaires pour être lettophones, une disposition considérée par les experts des droits humains comme discriminatoire à l’égard de la minorité russe.

Novembre 2002 - Einars Repse du parti Nouvelle Ere invité à la tête du gouvernement de coalition de centre-droit après les élections du mois précédent.

Lettons célèbrent résultat du référendum de l’UE, 2003

Lettons ont voté massivement pour adhérer à l’UE

2002 Décembre - Sommet de l’UE à Copenhague invite formellement la Lettonie de rejoindre en 2004.

2003 Juin
- Le Parlement élit la présidente Vike-Freiberga à une deuxième mandat de quatre ans dans le bureau.

Septembre 2003 - référendum letton donne un soutien fort à l’Union européenne.

2003 : voix de la Lettonie ’Oui’ à l’entrée de l’UE

2004

Février 2004 - Les protestations que le parlement adopte une loi limitant l’usage de la langue russe dans les écoles.

S’effondre coalition au pouvoir et le Premier ministre Einars Repse Démission querelles personnelles et les conflits. Indulis Emsis des Verts et Union des agriculteurs devient Premier ministre en la nouvelle coalition.

29 Mars 2004 Lettonie devient membre de l’Alliance de l’Atlantique Nord. Il participe à des missions de l’OTAN en Bosnie-et-Herzégovine, au Kosovo et en Afghanistan.

2004 : Protestations marque Lettonie entrée dans l’UE

2004 le 4 mai - la Lettonie est l’un des 10 nouveaux États membres à adhérer à l’UE.
Le 4 mai 2004 Lettonie devient membre de l’Union européenne.

Octobre 2004 - Un gouvernement de coalition de Indulis Emsis démissionne après que le parlement rejette le projet de budget. Gouvernement de son successeur, Aigars Kalvitis, est approuvé en Décembre.

Mars 2005 - Des anciens combattants de la Lettonie SS brigade, qui a combattu l’Armée Rouge en la Seconde Guerre mondiale, de mars à Riga et faire appel à la présidente Vike-Freiberga de se retirer de la cérémonie anniversaire de la guerre de Moscou. Des dizaines d’arrestations suite à des affrontements avec les rivaux manifestants anti-fascistes.

Mai 2005 - Le président américain George Bush en visite à Riga.
Bâtiment points noirs, Riga
Riga bâtiment points noirs, un centre de commerce hanséatique

Présidente Vike-Freiberga est le seul président de la Baltique pour assister aux célébrations de Moscou Jour de la Victoire.

Juin 2005 - Le Parlement ratifie la Constitution européenne proposé.

Octobre 2005 - Ministre de l’Intérieur Eriks Jekabsons démissionne, citant le financement à petit budget pour la police et les services d’urgence à payer.

Décembre 2005 - L’ancien Premier ministre Einars Repse, démissionne comme ministre de la défense après une enquête criminelle a lancé dans ses relations d’affaires. Il nie toute faute.

Août 2006 - Les lois rigoureuses de la citoyenneté en introduire de nouveaux obliger les gens à avoir une bonne connaissance de la langue lettonne.

Octobre 2006 - Parties au sein du gouvernement de coalition dirigé par Aigars Kalvitis ensemble gagner la majorité parlementaire lors des élections générales.

Mars 2007 - traité de démarcation des frontières signé avec la Russie.

Décembre 2007 - Le Premier ministre Kalvitis démissionne, cédant aux pressions sur les tentatives de limoger anti-corruption du pays chef. Sa coalition est revenu au pouvoir par un vote parlementaire, avec Ivars Godmanis comme nouveau Premier ministre.

Mars 2008 - Letton accord bilatéral des États-Unis sur les voyages sans visa critiqué comme portant atteinte à des pourparlers de l’Union européenne en la matière.

Mai 2008 - parlement letton approuve l’Union européenne du Traité de Lisbonne.

La crise financière

Décembre 2008 - Fonds monétaire international (FMI) approuve 1.68bn plan de sauvetage d’euros pour aider la Lettonie à rouler sévère récession économique.

2009 Janvier - Des centaines de manifestants affrontement avec la police à Riga que manifestations anti-gouvernementales au cours de l’effondrement de l’économie tournent à la violence.

2009 Février - s’effondre la coalition au pouvoir au milieu du mécontentement généralisé au cours serrer la ceinture imposée comme le prix du forfait de sauvetage du FMI. Valdis Dombrovskis du parti de centre-droit Nouvelle Ere désigné pour former un nouveau gouvernement.

2009 Mars - Valdis Dombrovskis est assermenté à la tête d’un gouvernement de coalition de six partis nouvelle.

2009 Juin - La Banque centrale passe près d’un milliard d’euros en 2009 pour soutenir la monnaie lat, éviter la dévaluation et éviter un effet domino ailleurs en Europe orientale.

2009 Août - syndicats professionnels, gouvernementaux et les employeurs acceptent de profondes réductions des dépenses publiques visant à sauver le pays de la faillite et obtenir le FMI pour libérer une tranche supplémentaire de prêts de sauvetage.

2009 Octobre - Le gouvernement s’engage à réduire le déficit budgétaire en 2010 afin d’atteindre les objectifs imposés par l’UE, en échange de 7,5 milliards d’euros de prêts de sauvetage.

2010 Janvier - monte en flèche du chômage à 20%, ce qui donne la Lettonie le plus haut taux de chômage dans l’UE.

Fractures de la Coalition

2010 Mars - parti de la coalition la plus grande part du gouvernement suite à des désaccords répétés sur les mesures d’austérité, privant PM Valdis Dombrovskis de sa majorité.

2010 Octobre- centre-droit du gouvernement de Valdis Dombrovskis PM remporte la majorité aux élections parlementaires.

2010 Novembre - Le PM fait le gouvernement Dombrovskis avec l’Union des Agriculteurs et des Verts.

2011 Juin - Andris Berzins est élu président.

2011 Septembre - Élections. Centre de l’harmonie pro-russe apparaît comme le plus grand parti, mais est exclue de la coalition gouvernementale.

Sources

  1. Informations traduites par nos soins depuis le site du Museum of the Occupation of Latvia http://okupacijasmuzejs.lv

[N’hésitez pas à nous signaler les erreurs et oublis, les corrections à effectuer pour améliorer la traduction parfois approximative. ]

  1. La partie d’information chronologique succincte de la "REVOLUTION CHANTANTE" entre 1986 et 1991 est issue des pages du site réalisé par Ansis Reinhards, Suisse Romande, Mis à jour : 05 avril 2001
    http://www.letton.ch/lvltfchr.htm
  1. Les cartes sont issues du site : altvianhistory
    http://latvianhistory.wordpress.com/selected-maps/


Forum
Répondre à cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les gazouillis du site Lettonie-Francija






pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce



2009-2018 © Lettonie-Francija - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 4.0.85