Pour transmettre et perpétuer le souvenir de notre ami Bruno alias "Le jaseur Boreal", le site est consultable sur https://lettonie-francija.spipfactory.fr/

Lai pārraidītu un iemūžinātu mūsu drauga Bruno pseidonīma "The jester Boreal" atmiņu, vietni var meklēt vietnē https://lettonie-francija.spipfactory.fr

logo site
Lettonie-Francija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija. Média participatif d’informations entre lettons & francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un pays balte enchanteur centenaire au nord-est de l’Europe.

logo article ou rubrique
Inta Ruka, photographe humaniste lettone
Photographe du peuple letton pendant plus de deux décennies

Depuis ses 19 ans, cette photographe autodidacte lettone sublime le quotidien d’une Lettonie rurale en dévoilant la réelle nature de la vie du peuple letton : l’alliance de l’émotion et de la simplicité.

Article mis en ligne le 9 janvier 2019
dernière modification le 13 mars 2019
Exposition photos Inta Ruka à la VOZ’Galerie de Boulogne-Billancourt du 16 janvier au 24 mars 2019 et ensuite à Strasbourg, ...

My Country People - Inta Ruka, photographe humaniste (Lettonie)

Inta Ruka, photographe humaniste lettone

Inta Ruka, photographe lettone est née en 1958, à Riga. Pendant près de 40 ans elle travailla comme couturière puis femme de ménage, et consacrait ses moments de liberté à la photographie.

Inta Ruka a grandi pendant l’occupation communiste soviétique de la Lettonie. Pendant des années, le temps semblait s’être arrêté dans la région de Balvi, ville natale de sa mère, à l’est de la région Latgale et à Riga, où ses photographies ont été prises. Les villageois lui ont fait confiance et elle a adoré les photographier. Peu à peu, sa quête est devenue plus ciblée : décrire leur vie difficile avec empathie et respect.

Elle commence sa carrière photographique vers la fin des années 1970.

A 19 ans, elle tire son premier portrait : sa mère dont elle a reçu un vieux Rolleiflex de 1937 en cadeau. Puis, Inta Ruka acquiert des compétences de base en photographie dans un photo club d’usine, et elle rejoint ensuite des collectifs de photographie à Riga et à Ogre.

En parcourant les catalogues des premières expositions importantes de photographie lettone de la fin des années 1980 au début des années 1990, on trouve souvent le nom d‘Inta Ruka dans la liste des participants, aux côtés d’Andrejs Grants, Egons Spuris, Gvido Kajons ou de Valts Kleins.

Andrejs Grants et Inta Ruka sont issus d’un milieu lié au Ogre Camera Club, qui doit son nom à la ville d’Ogre, aujourdhui jumelée avec Joué-les-Tours en France. Le club était dirigé par le photographe Egons Spuris (1931-1990), qui fut le professeur d’Inta Ruka et devint son mari..

Inta Ruka a tiré des centaines d’images, principalement du peuple letton à travers différentes séries :

  • My Country People (1983-1998),
  • People I happened to meet (1999-2004),
  • 5a Amalijas Street (2004-2008),
  • Daina’s life (2008 -...)

My Country People - Inta Ruka, photographe humaniste (Lettonie)

En 2006, elle a travaillé sur une autre série photographique, Neighbours.De plus, elle a reçu une bourse de l’IASPIS pour "deux mois d’artiste en résidence" à Stockholm en 2007[3] et en 2009 a reçu la plus haute distinction "Chevalier" de l’Ordre des trois étoiles de l’État de Lettonie". Depuis la fin des années 1980, Ruka a participé à environ vingt expositions à l’étranger et en Lettonie. Elle a également participé à une multitude d’expositions collectives dans le monde.


My Country People - Inta Ruka, photographe humaniste (Lettonie)

Inta Ruka a travaillé avec des appareils Rolleiflex jusqu’en 2004.

Elle mettait l’appareil Rolleiflex sur un trépied et photographiait à la lumière naturelle, en attendant que la bonne lumière arrive, ce qui n’est pas toujours simple pendant les mois d’hiver dans les pays baltes. Anna Tellgren déclare qu’ Inta Ruka travaille avec du papier gélatine-argent. Inta Ruka décrit son travail comme un documentaire dans le cadre de ses propres projets, elle travaille à son compte.

Elle développe et fait ses tirages dans le laboratoire artisanal qu’elle a aménagé dans son petit appartement de Riga.

Inta Ruka s’intéresse aux gens et c’est pourquoi elle prend des photos.

Plus précisément, elle se concentre sur les individus et non sur les groupes. Elle veut montrer que chaque personne a un sens et un but dans la société.

Ses portraits en noir et blanc se caractérisent par une chaleur et une présence qui font de son travail un aperçu exceptionnel de la vie quotidienne des gens de son pays, des portraits compatissants d’individus d’un monde maintenant disparu.

Ruka a reçu une bourse de la Fondation Hasselblad en 1998, le prix Spidola de la Fondation culturelle lettone en 1999 et une bourse de la Villa Waldberta à Feldafing en 2002. Un an plus tard, l’Union des Artistes de Lettonie lui décernait le "Prix de l’année 2003".


My Country People - Inta Ruka, photographe humaniste (Lettonie)

Les photographies d’Inta Ruka ont déjà été présentées dans plusieurs expositions internationales importantes. En 1999, elle participe à la 48ème Biennale de Venise qui fait enfin connaître son nom au niveau international. En 2006, le Centre de photographie d’Istanbul a organisé une grande exposition personnelle de ses photos. Avant 2007, ses photographies avaient été exposées avec des œuvres de Wolfgang Tillmans, Boris Mikhailov et d’autres dans l’exposition In the Face of History : Les photographes européens au XXe siècle au Barbican Arts Centre à Londres.


My Country People - Inta Ruka, photographe humaniste (Lettonie)

Pendant plus de deux décennies, Inta Ruka a photographié le peuple letton - de 1984 à 2000, principalement dans la région rurale de Balvi ("Mon Pays") et, plus tard, de plus en plus dans la capitale de Riga. Dans la série « People I happened to meet », elle entame des conversations avec des inconnus pour leur demander un portrait. En revanche, dans « Amalias Street 5 », elle se concentre sur les habitants d’un certain ensemble d’appartements à Riga. Hors des sentiers battus de la pittoresque vieille ville, avec ses vastes travaux de restauration, elle donne un aperçu non dissimulé de l’état actuel des flux en Lettonie depuis son intégration à l’Union européenne.


My Country People - Inta Ruka, photographe humaniste (Lettonie)

Parmi les photographes des pays de l’ancien bloc soviétique, Inta Ruka partage son approche documentaire et anthropologique avec Antanas Sutkus et Boris Mikhailov ; au niveau international avec ceux des Américains Walker Evans et Dorothea Lange.

« Et puis, il y a eu Imogene Cunninghem et August Sander. J’aime toujours autant leurs oeuvres. Avec le temps, j’ai aussi découvert d’autres photographes dont j’admire le travail : Lars Tunbjork, Walker Evans, Brassaï, Robert Doisneau, Vivian Maier, Nan Goldin, Henri Cartier-Bresson, Joakim Brolin, Ville Lenkeri... »


Inta Ruka, photographe humaniste (Lettonie)

Le plus beau souvenir photographique d’Inta Ruka :

En ce moment je réalise une nouvelle série qui s’appelle « Sous le même ciel ». Je vais souvent dans une petite ville à 40 km de la frontière russe. Ces gens sont formidables. L’été dernier j’ai rencontré Valdis Kamaldinš. Un homme fantastique. Quand il était petit, il regardait le ciel, en rêvant de se mettre à voler. Il a trouvé un livre russe qui expliquait comment fabriquer un avion. Il a construit un prototype. Cela a pris des années. Mais il a fait une erreur. Et l’avion n’a pas pu voler. Récemment, ne perdant pas de vue son rêve, il s’est remis à la construction de son engin. A 68 ans ! » a raconté Inta à Xavier Renard.

Troisième livre d’Inta Ruka : « People I know »

« People I Know » est un recueil des photographies d’Inta Ruka. Il a été publié en 2012 par l’éditeur suédois Max Ström, et notamment, à l’occasion de nombreuses expositions de la photographe en Suède en 2012 et 2013. Il s’agit d’une rétrospective, qui comprend des textes en anglais et en suédois, et présente plus de 150 photographies tirées de trois de ses séries de photographies les plus célèbres : « My Country People », « People I Met » et « Amalija Street 5a ».
« People I know » (titre original), Bokforlaget Max Strom, 2012, 30 x 31 cm, 240 p.

Plusieurs films documentaires sur Inta Ruka

Film documentaire "Photo - Inta Ruka" de Arvīds Krievs, Lettonie
"Le photographe de Riga", film documentaire de Maud Nycander, film Mantaray, pour la télévision suédoise 2009


Prendre contact avec Inta Ruka

Riga, Latvia
https://intaruka.wordpress.com/
inta.ruka.web chez gmail.com

qrcode:https://www.lettonie-francija.fr/inta-ruka-photographe-humaniste-lettone-1666