Lettonie-Francija
Amitié, news et enchantements France - Latvija ♫ Draudzība, apmaiņa, sadarbību, starp Latvija un Francijā

Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija. Média participatif d’informations entre lettons & francophones pour favoriser amitié et projets solidaires avec un pays balte enchanteur centenaire au nord-est de l’Europe.

L’avenir européen de la Lettonie par Madame Vaira Vike-Freiberga

Traduction d’un interview donnée par Madame Vaira Vike-Freiberga ex-présidente de la Lettonie et actuelle présidente du Club de Madrid, au journal New Europe de Bruxelles.

Article mis en ligne le 25 février 2014
dernière modification le 26 février 2014

par BD
logo imprimer

Ce 23 février 2014, dans une interview exclusive donnée à Theodoros Benakis du journal New Europe de Bruxelles., Vaira Vike-Freiberga, ex-présidente de la Lettonie, parle de ses préparatifs pour la zone euro et de la place de la Lettonie en Europe.

"Avant que la Lettonie entre dans la zone euro, certains journalistes ont déclaré que ce serait traumatisant pour le pays", a t-elle dit à New Europe. "Mais le jour est arrivé et le passage à l’euro a été un succès - le plus réussi."

L’entrée de la Lettonie dans la zone euro est arrivé à un moment assez critique pour l’Union européenne et sa monnaie.

Vaira Vike-Freiberga : Officiellement, les dernières nouvelles sont que la confiance dans l’euro est en hausse. Nous ne pouvons que croiser les doigts et espérer que la reprise se poursuive. Après tout, les économies continuent d’aller dans les cycles. L’Europe a touché le fond, mais j’espère que maintenant on commence à se déplacer encore vers le haut .

La confiance dans le projet de l’UE diminue, contrairement aux Etats-Unis, parce que le rêve européen - le rêve d’une Europe où les emplois sont toujours sécurisés, cette confiance a commencé à disparaître ?

Les Américains diraient que, l’Europe a été pendant un temps dans une illusion de prospérité perpétuelle. L’idée était que l’Europe, grâce à l’innovation et la technologie, à l’exportations et grace à ses liens avec les anciennes colonies en rapport avec les grands pays, continuerait à devenir de plus en plus riche et que le marché commun aiderait dans ce sens, et que l’Europe continuerait encore de s’enrichir.

La crise financière mondiale, qui d’ailleurs a commencé aux Etats-Unis, a frappé l’Europe. Mon opinion personnelle, et je ne suis pas économiste, c’est que ce sont les marchés financiers mondiaux, le comportement des institutions financières, et l’absence de réglementation des institutions financières.

L’euro, par exemple, a été créé sans avoir un programme de coordination financière comme protection. Il était basé sur la bonne foi et la bonne volonté qui ne sont pas définies assez clairement. On a besoin de mécanismes de contrôle.

Au 20e siècle, les banques étaient un symbole de confiance. Vous mettiez votre argent dans une banque avec la confiance que l’argent serait là pour toujours. Aujourd’hui, les gens se moquent de l’idée. Les gens ne font plus confiance aux banques.

Vous ne pensez pas qu’ils connaissaient tous ces problèmes quand ils ont commencé à construire l’Union européenne ?
L’Allemagne est le moteur de la croissance en Europe, surtout si vous regardez le revenu par habitant, le PIB et ainsi de suite. Les pays du Nord ont été les grands moteurs de la croissance - les exportations, l’innovation technologique et payer dans le panier commun - la sécurité sociale.
La France a le plus grand nombre de fonctionnaires par habitant dans le monde entier et plus de garanties sociales et ainsi de suite. Comment est-ce possible ?
Les gouvernements ne peuvent pas juste imprimer de l’argent. Les pays doivent gagner de l’argent.

Quand l’industrie remplit les caisses de l’Etat, l’État peut se permettre d’avoir ses grands programmes de sécurité sociale, et cela aide les politiciens élus à rester dans leurs bureaux.

Mais vous avez besoin d’un moteur économique pour générer de la richesse
et vous avez besoin d’institutions financières à qui faire confiance lorsque vous déposez vos ressources, et de caisse de retraite où il vous reste quelque chose pour votre temps de retraite.

N’était-ce pas trop tôt pour accueillir de nouveaux membres dans l’Union européenne avant que l’ensemble du projet européen n’ait été consolidé ?

La forte expansion de mon pays, est due en partie aux normes plus élevées pour les nouveaux membres (de la zone euro) que pour les précédents.
Nous avons dû sauter à travers des cerceaux comme des caniches de cirque.
Chaque semaine quand parfois mon parlement se réunissait, nous avons dû passer 30 projets de loi, que j’ai, en tant que présidente, dû signer avant qu’ils ne deviennent loi. Nous avons vraiment travaillé très dur et nos citoyens ont montré un grand engagement à être prêt sur les choses qui ont été exigées de nous.
Mais nous avons eu beaucoup de rattrapage à faire après un demi-siècle de paradis communiste et vous ne pouvez pas le faire en 10 jours ou 10 ans ou 20 ans.

"Nous serons tous plus heureux si le reste de l’Europe continue à aller de l’avant"

Et nous n’avons pas encore tout à fait encore rattrapé. Mais nous serons tous plus heureux si le reste de l’Europe continue à aller de l’avant comme il l’a fait dans le passé.

Une orientation vers une Europe fédérale ?

Pas encore. L’Europe n’est tout simplement pas prête pour cela.

Je pense que Robert Schuman et Jean Monnet ont eu l’idée originale de faire tranquillement, étape par étape, en commençant par l’intégration économique et de voir jusqu’où vous pouvez aller avec l’intégration politique. Je pense que c’était la bonne idée parce que vous ne pouvez pas avoir une Europe à dix vitesses ou trois vitesses ou même d’une Europe à deux vitesses. Il ya certains principes comme la démocratie et les droits humains et la primauté du droit. Vous ne pouvez pas avoir une Europe à deux vitesses sur ce point.

Mais n’est-ce pas une situation plutôt étrange aujourd’hui ? D’un côté, il y a le Royaume-Uni qui est pratiquement contre l’union politique et de l’autre côté, il y a l’Allemagne, qui est en faveur d’une union politique.

La Grande-Bretagne avait l’habitude d’être le plus grand empire et je pense qu’ils ne l’ont jamais tout à fait oublié. Je pense que l’idée de devenir un membre parmi de nombreux autres dans le cadre de l’Union européenne est très difficile à avaler.
Et se voir commencer à devenir un mauvais rocher économique, reveille les sentiments anti-continentaux.

Il s’agit d’un modèle différent de coopération entre les uns et les autres. C’est le modèle auquel je crois. Comment le mettre en œuvre effectivement, cela dépend de la continuité de l’intégration politique. C’est un processus politique et les membres doivent être prêts pour cela.

Comme je l’ai dit avant, les membres n’étaient pas prêts pour prendre des mesures suffisantes quand ils ont créé l’euro.

Comment l’Allemagne gère la situation ?

L’Allemagne est prise entre le marteau et l’enclume.
La roche est le reste de l’Europe et l’endroit sensible est le public allemand.

Le citoyen allemand est un peu comme Atlas transportant la majeure partie de la masse économique du reste de l’Europe. Quand les politiciens allemands regardent cette situation internationale, ils se rendent compte que l’Allemagne doit continuer à le faire ainsi que fait la France et pour parler franchement il en va de même pour la Grande-Bretagne, les politiciens ne le reconnaissent pas toujours.

À l’automne, nous aurons deux référendums, l’un en Ecosse et l’autre en Catalogne. Quelle est votre opinion à ce sujet ?

L’Union européenne est composée d’États-nations qui sont des constructions artificielles de l’histoire.

Lorsque l’Union a été créée, nous avons accepté l’intégrité territoriale des pays qui ont adhéré. Après tout, vous ne voulez pas commencer à avoir des conflits ou des guerres territoriales. Mais dans le même temps, Woodrow Wilson - il n’était pas européen mais américain - est venu avec l’idée de l’auto-détermination des peuples.
Et nous en Lettonie, qui avions été depuis le 18ème siècle sous le régime tsariste, pensions que nous avions ce droit. Tout comme les Estoniens, les Lituaniens et les Hongrois. Tous voulaient leur propre pays.

Donc, vous voyez, c’est un point de vue humain de l’identité des personnes
et de la façon dont ils s’identifient à un État-nation. Si à un moment ils sentent
que le gouvernement central ne représente pas leurs intérêts et qu’ils ont une identité qu’ils veulent défendre, selon le principe de l’autodétermination, il convient de faire un référendum car un référendum est l’expression de choix et de l’opinion des gens.

Source : http://www.neurope.eu/article/latvia%E2%80%99s-european-future?


Forum
Répondre à cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les gazouillis du site Lettonie-Francija






pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce



2009-2018 © Lettonie-Francija - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 4.0.61